Zara collabore avec la fille d'une mannequin hyper connue

C'est Kaia Gerber, la fille du mannequin Cindy Crawford, qui s'associe à Zara pour créer une collection de vêtements minimalistes et faciles à porter, inspirés des années 90.

Zara collabore avec la fille d'une mannequin hyper connue
© Zara X Kaia Gerber

A 21 ans, la jeune mannequin Kaia Gerber a déjà travaillé avec les plus grands : Marc Jacobs, Versace, Saint Laurent, Miu Miu, Valentino ou encore Chanel. Et pourtant aujourd'hui, c'est avec une marque de prêt-à-porter un peu plus abordable que Kaia Gerber créer une collection capsule.

kaia-gerber-zara
Look issu de la collab © Zara X Kaia Gerber

Dans les pas de sa mère, Cindy Crawford, Kaia Gerber est déjà une icone de mode avec ses looks street style très pointus. Dans cette collaboration avec Zara, la jeune mannequin explore sa garde-robe et propose au grand public une ligne de vêtements facile à porter et à s’approprier. Le mood ? Les années 90, dont les 41 pièces de la collection s'inspirent : des vêtements oversize, une robe moulante, une minijupe microscopique, des crop tops sexy, ainsi que des bottes, des baskets et des accessoires. Bref, dans cette collection, il y a de tout, les pièces se portent facilement tout en étant stylées et bien coupées, et ce, à prix Zara ! Que demander de plus ?

Quelles sont les dernières collaborations de Zara ?

Le 8 septembre, Zara a sorti une nouvelle collection capsule créée en collaboration avec le designer américain d'origine cubaine Narciso Rodriguez. Depuis sa nomination à la tête de Zara en avril dernier, Maria Ortega, fille du fondateur du groupe, mise sur des partenariats haute couture pour réaliser une montée en gamme des produits Zara. 

zara-narciso-rodriguez-collab
Le mannequin Supernova portant un ensemble de la collab © Zara x Narciso Rodriguez

De ce nouveau positionnement de l'entreprise découle l'opportunité de cette collaboration avec Narciso Rodriguez, ami de la famille Ortega. Cette collection automne 2022 est composée de vingt-cinq pièces must have, fidèles au style minimal et sensuel du créateur. Narciso Rodriguez, aujourd'hui connu pour ses parfums à succès, n'a plus proposé de défilé depuis 2018. Pour cette capsule, il s'est replongé dans les archives de ses débuts et modernise ses pièces les plus iconiques, comme sa robe nuisette imaginée pour le mariage de son amie Carolyn Bessette Kennedy en 1996. Au final, c'est une garde-robe complète que propose le créateur : un manteau long en laine noire, une combinaison oversize blanche, une robe midi rouge, un bustier en laine ou encore un ensemble ample et satiné composé d'un top et d'un pantalon, le tout à des prix compris entre 29,95 euros et 359 euros. Pour mettre en image ces looks, Zara et Narciso Rodriguez ont fait appel au photographe de mode britannique Craig McDean et à la muse de la collection, la mannequin Supernova aka Natalia Vodianova, elle aussi emblème mode des années 90. Le résultat ? Des clichés à l'allure architecturale et angulaire, mettant en valeur des pièces fluides, sobres et élégantes. Comme le souhaitait Narciso Rodriguez : "Le résultat est une série de pièces qui célèbrent l'essence de mon travail avec une sensibilité moderne". 

Qui doit payer les frais de retour sur Zara et comment ?

L'enseigne espagnole de prêt-à-porter Zara, figure phare de la fast fashion internationale, prend de nouvelles mesures concernant sa politique de renvois. Désormais, les retours de colis seront facturés ! Depuis le 28 avril 2022, Zara a ajouté sur son site Internet une petite ligne d'abord passée inaperçue, mais qui risque de ne pas faire l'unanimité auprès des consommateurs. En fait, le géant espagnol a opéré un changement radical dans sa politique de vente : les retours de colis (hormis pour les articles défectueux) sont désormais payants s'ils sont effectués par voie postale. En plus des frais de livraison déjà établis, le renvoi des commandes est désormais facturé 1,95 euros, un montant déduit directement de la somme remboursée. En revanche, pas de frais de retours pour les vêtements ramenés en magasins, qu'ils soient achetés en ligne ou en boutique.

Si cette annonce peut paraître soudaine et surprenante, puisque le retour gratuit était un atout incontestable de la marque, il semblerait que l'enseigne ait revu ses plans d'avenir suite à la pandémie. Marquée par les changements de consommation de ces deux dernières années, la griffe ibérique a décidé d'œuvrer en faveur de l'environnement. Instaurer des frais de retour permettrait de limiter l'impact environnemental causé par les transports et la consommation excessive de COqu'ils engendrent. Ainsi, les clients sont encouragés à consommer de manière plus vertueuse, en achetant moins et en retournant leurs articles directement en boutique. Une décision plutôt étonnante pour le leader de la fast fashion, qui a construit son économie sur un modèle de production rapide et abusive. Pour le moment, le groupe Inditex (qui possède Bershka, Pull&Bear, Massimo Dutti et bien d'autres marques) a décidé d'appliquer cette nouvelle réglementation uniquement à Zara, mais les clients craignent que par la suite d'autres enseignes adoptent le même changement. Bon à savoir : c'est également déjà le cas chez H&M, qui applique des frais de 0,95€ par retour en ligne (et permet toujours également les retours gratuits en magasin).

Mais l'écologie est-elle la véritable raison de ce changement tarifaire ? Si c'est l'explication la plus légitime avancée par Zara, de nombreux analystes économiques soupçonnent tout simplement que les retours individuels étaient trop compliqués et trop coûteux à gérer au cas par cas, d'où la décision de les faire payer au consommateur, d'autant que certaines personnes, attirées par la facilité de commande et de retours dans le monde de l'e-commerce, devenaient de plus en plus adeptes des retours. La suite dira si d'autres marques lui emboîtent le pas !

Comment la marque Zara est-elle devenue la reine du prêt-à-porter ?

Avant de devenir un mastodonte de la mode féminine, Zara était un atelier de confection, ouvert en 1963 à La Corogne (en Galice) par Amancio Ortega Gaona, également fondateur de Inditex. Ce dernier, avec son épouse Rosalia Mera, son frère Antonio et sa belle-sœur Franca, se spécialise dans la confection de pyjamas et de robes de chambre.

Dix ans après sa création, l'entreprise emploie déjà 500 personnes et en 1975, conforté par son succès, Amancio Ortega Gaona, décide d'inaugurer son premier magasin de prêt-à-porter. Il ouvre à La Corogne et s'appelle Zara. Si la marque rencontre immédiatement le succès, c'est parce qu'elle a une approche innovante. Elle fait le pari de proposer des collections de vêtements au plus proche des tendances, sans cesse renouvelées, dans un environnement premium qui s'inspire des boutiques de luxe, à un prix franchement attractif. Le succès est au rendez-vous et Zara Espagne intéresse rapidement à l'étranger, avec l'ouverture d'un premier magasin international à Porto en 1988, puis à New York en 1989. Mexico, Athènes, Bruges, La Valette, Nicosie… Aujourd'hui, la marque est présente dans 202 marchés et dispose de plus de 6 500 magasins à l'échelle mondiale. De quoi engendrer un chiffre d'affaires de 18 milliards d'euros en 2018 ! Et comme Zara, ce ne sont pas que des vêtements, en 2002, la marque lance une nouvelle branche, Zara Home, qui propose des pièces de décoration pour la maison. C'est d'ailleurs Zara Home qui en premier lance son magasin en ligne, en 2007. Pour les vêtements, c'est en 2010 que la marque s'ouvre au e-commerce.

Mais l'épidémie de coronavirus ne laisse pas indemne l'enseigne espagnole. En mai 2020, elle annonce qu'elle va fermer 1 200 de ses 7 412 magasins dans le monde. Touché de plein fouet par les mesures sanitaire de clôture, Inditex accuse une perte de 409 millions d'euros au premier trimestre de 2020. Pour autant, Zara rebondit et tire son épingle du jeu en misant sur une nouvelle stratégie. En effet, outre les 1 200 fermetures, 450 nouvelles boutiques ont ouvert pour faire place à des espaces plus grands, plus riches du point de vue de l'expérience client et renforcer le lien entre points de ventes physiques et digitaux. La marque peut d'ailleurs se féliciter de ses ventes en ligne. Durant le premier trimestre de 2020 et particulièrement pendant le confinement, celles-ci ont augmenté de 50%. 

Où shopper du Zara en France ?

Les Français, quant à eux, ont attendu jusqu'en 1990 pour que le premier magasin Zara Paris voit le jour. Et c'est au 2, rue Halévy, dans le IXème arrondissement, que l'enseigne pose ses valises. Désormais, Zara France représente 125 magasins répartis dans tout l'Hexagone. Parmi les boutiques les plus incontournables, il faut compter sur le Zara Opéra. Inauguré en avril 2017, il court sur 4 000 mètres carrés, répartis sur quatre étages. On y trouve tous les ingrédients du succès de la marque espagnole : des collections directement inspirées des défilés et des petits prix !

Les accessoires ne sont pas en reste. Les sacs, les foulards, les chaussures Zara ont tous l'air de s'être échappés des derniers catwalks. Et toute la famille en profite, parce qu'en plus de ses gammes féminines, l'enseigne propose des lignes Zara Homme et Zara Kids. C'est aussi l'endroit rêvé pour succomber aux soldes Zara, quand les plus belles pièces de la saison sont vendues à des prix défiant toute concurrence. En revanche, en France, pas d'outlet Zara. Il faudra se rendre à l'outlet du groupe Inditex situé à Alicante pour shopper les collections de l'enseigne espagnole à prix mini mini.

Pourquoi Zara plaît autant aux stars ?

L'engouement pour la marque est planétaire : Kate Middleton, Letizia d'Espagne, Jenifer, Selena Gomez, Caroline Receveur, Iris Mittenaere… Elles craquent toutes pour Zara ! Et pour son mariage en février 2018 avec l'artiste Sebastian Bear-McClard, l'actrice, activiste et mannequin Emily Ratajkowski avait même craqué pour un ensemble tailleur jaune cumin de l'enseigne espagnole, rapidement devenu sold out

Comment Zara innove pour attirer de nouveaux clients ?

Pour continuer à surprendre ses aficionados, Zara poursuit les innovations. Depuis la fin 2018, la marque, qui communique très rarement dans les médias, propose, en plus de Zara Man, Zara Woman, Zara Kids et Zara TRF, des produits de maquillage, mais aussi une ligne en édition limitée inspirée du vestiaire militaire, nommée SRPLS. En 2021, la marque a aussi imaginé une collaboration avec l'artiste française Charlotte Gainsbourg. Un vestiaire idéal qui faisait la part belle aux jeans, un indispensable du vestiaire de la chanteuse et comédienne.

L'enseigne, comme bon nombre dans le domaine de la mode, réfléchit de plus en plus à réduire son impact sur l'environnement : d'ici à 2025, Zara souhaite que 100% des collections soient fabriquées en matière durable et de façon responsable. Un défi pour lequel il faudra redoubler d'effort, la marque ayant été accusée par plusieurs associations, ainsi que par le député européen Raphaël Glucksmann, de contribuer à l'exploitation des Ouïghours en Chine.