Allaitement mixte : comment s'y prendre ?

Que vous l'ayez choisi ou que l'allaitement mixte se soit imposé de lui-même, il n'est pas toujours facile de savoir comment s'y prendre. Comment procéder, quels sont les avantages et inconvénients de cette méthode ? On fait le point avec Isabelle Cloutier, consultante en lactation IBCLC.

Allaitement mixte : comment s'y prendre ?
© Alena Ozerova

Toutes les femmes enceintes font un jour face à cette question : "Alors, tu vas allaiter ?". Si pour certaines la réponse à cette question est l'évidence même, d'autres préfèrent attendre la naissance pour décider. Et si l'allaitement mixte apparaît parfois comme l'option idéale, tout ne se passe pas toujours comme les mères l'avaient imaginé. Car, comme l'énonce d'emblée Isabelle Cloutier, "il y a beaucoup de fantasmes autour de l'allaitement mixte et souvent un immense fossé entre ce que les femmes veulent et la réalité."

L'allaitement mixte : qu'est-ce que c'est ?

"L'allaitement mixte consiste à introduire une autre méthode d'alimentation que le sein, l'enfant reçoit alors du lait infantile", explique la consultante en lactation. Attention toutefois, rappelle la spécialiste, à ne pas faire de confusion : "C'est la présence de lait infantile de manière régulière dans l'alimentation de l'enfant qui fait parler d'allaitement mixte. Si l'enfant reçoit des biberons de lait maternel, on parlera  plutôt de tire-allaitement, qui est un néologisme". 

Pourquoi choisir l'allaitement mixte ?

Dans le cadre de sa pratique, Isabelle Cloutier observe fréquemment que les femmes qui se tournent vers l'allaitement mixte sont bien souvent celles qui ne sont pas assez aidées. "Il y a évidemment toutes sortes de contextes. Mais par exemple, une femme qui va avoir des douleurs aux mamelons ou des difficultés dans la mise en place de l'allaitement devrait pouvoir prendre conseil auprès d'une consultante en lactation afin d'identifier le problème", explique la spécialiste. L'allaitement mixte ne devrait pas être choix par dépit parce qu'un problème est survenu et n'a pu être résolu. Mais pourquoi les femmes se tournent-elles vers l'allaitement mixte ? Outre la question de la reprise du travail, qui est évidemment centrale, le motif le plus souvent invoqué est celui de l'implication du papa. Un leurre, pour la consultante en lactation. "Souvent, les femmes disent qu'elles souhaitent que le père s'implique. Mais cela n'a rien de miraculeux. Un homme effacé le restera... allaitement mixte ou pas". A la jeune maman, aussi, de laisser le papa trouver et prendre sa place. "Il ne peut pas donner le sein, mais il peut faire beaucoup de choses. Bercer, donner le bain mais aussi tout simplement prendre sa part dans le partage des tâches ménagères ou des repas pour soutenir sa compagne", explique Isabelle Cloutier. 

L'allaitement mixte dès la naissance : est-ce possible ?

Dans les faits, rien ne s'oppose à la mise en place d'un allaitement mixte dès la naissance. Mais introduire des biberons de lait infantile alors que l'allaitement n'est pas encore mis en place présente un risque majeur : celui de voir la lactation se tarir très rapidement et donc aboutir à un sevrage précoce et non souhaité. Dans l'idéal, la consultante en lactation recommande d'attendre au minimum 4 à 6 semaines, le temps que la lactation se mette en place, mais aussi que bébé soit efficace au sein. Isabelle Cloutier tient toutefois à mettre les jeunes mamans en garde  : "le lait infantile n'est pas l'équivalent du lait maternel qui est l'aliment optimal pour les nourrissons. Il faut notamment être particulièrement vigilant s'il y a des antécédents d'allergie dans la famille car la fermeture de la porosité intestinale ne se produit qu'à 4 mois.

Allaitement mixte : quels avantages ?

La réalité du monde du travail et la durée réduite du congé maternité compliquent la vie des femmes. L'allaitement mixte peut justement être salvateur pour les mamans qui reprennent le travail très rapidement après la naissance de leur enfant ou ont des activités prenantes. Le maintien d'un allaitement exclusif au sein peut en effet être difficile dans ces conditions. "Cela peut vraiment sauver l'allaitement dans certains cas, pour peu que les tétées et les lactations soient maintenues", observe Isabelle Cloutier. L'allaitement mixte permet évidemment plus de liberté, puisqu'un tiers peut facilement donner un biberon à bébé. Pendant que son compagnon prend en charge le repas de bébé, la femme devrait pourvoir prendre ce temps pour elle... et non pour gérer le quotidien de la maison !

Les inconvénients de l'allaitement mixte

"Le risque principal est celui d'une confusion sein tétine", explique Isabelle Cloutier. Avec le biberon, le lait coule beaucoup plus vite et facilement, et l'enfant peut alors se désintéresser de l'allaitement au sein qui demande plus d'effort. "L'allaitement mixte peut empêcher le bébé de bien téter au sein, mais surtout induire un sevrage précoce", ajoute la spécialiste. Il est donc important que les femmes gardent ces données à l'esprit avant de se lancer. 

Le biberon, pas une obligation !

Si le biberon est évidemment la solution la plus commune, il existe d'autres méthodes pour donner du lait infantile à bébé. Certaines mamans optent par exemple pour un biberon cuillère, une cuillère adaptée ou même un DAL (dispositif d'aide à l'allaitement). 

Allaitement mixte : comment trouver le bon rythme

Il existe plusieurs configurations. Parfois, on complète directement avec un biberon de lait infantile après la tétée ou alors le biberon vient en remplacement d'une tétée. "Il faut observer le rythme de l'enfant et respecter sa physiologie", explique la consultante en lactation. Pour maintenir la lactation, et particulièrement les premières semaines, il faut que la jeune maman tire son lait très régulièrement, au moins deux fois par jour tous les jours. "Il faut garder autant de tétées que possible pour éviter un tassement de la lactation. Il est également important de conserver les tétées nocturnes car la production de prolactine est plus élevée la nuit", conseille Isabelle Cloutier. Par ailleurs, le code du travail octroie aux femmes qui allaitent 1 heure par jour (30 minutes le matin, 30 minutes l'après-midi) pour tirer leur lait. La période d'allaitement, ou de tirage, est toutefois réduite à 20 minutes si l' employeur met à disposition des salariées un local dédié à l'allaitement. Dans les faits, ces pauses sont plus ou moins bien acceptées et souvent peu valorisées. Une grande majorité des femmes va donc adopter ce rythme : tétée le matin, tétée le soir et tétées à volonté la nuit. 

Allaitement mixte : quel lait choisir ?

"Pour minimiser le risque d'allergies, l'idéal est de choisir un lait hypoallergénique", recommande la consultante en lactation. Les jeunes parents peuvent aborder cette question avec leur pédiatre qui saura les orienter vers le lait le plus adapté en fonction des besoins de leur bébé. 

Merci à Isabelle Cloutier, consultante en lactation IBCLC.