Aphrodisiaques : ces aliments naturels qui nous excitent

Les aphrodisiaques sont-ils vraiment efficaces pour stimuler le désir ? Entre le gingembre, les huiles essentielles et les médicaments vendus sans ordonnance sur Internet, difficile de faire la part des choses.

L'unique but de la consommation d'aphrodisiaques est de faire monter son désir sexuel ou celui du partenaire. Les aphrodisiaques ne sont pas réservés aux hommes, les femmes aussi peuvent en consommer pour pimenter la vie du couple. "Tout est dans la représentation psychique de l'autre : si l'un des membres du couple sait que l'autre a pris des aphrodisiaques, il y a de grandes chances pour que ça augmente aussi son désir", explique Caroline Leroux. Sans parler de l'effet d'une prise mutuelle qui augmentera encore l'excitation.

Mais les aphrodisiaques peuvent aussi avoir un rôle dans la recherche de confiance en soi. Prenons l'exemple d'un homme qui manque de confiance en lui. Après la prise d'aliments ou de substances qu'il juge aphrodisiaques, il sera plus confiant et moins stressé au moment du passage à l'acte. "Et sans la pression qu'il se mettait habituellement, il y a fort à parier que tout se passera bien", ajoute Caroline Leroux.

Effets réels ou psychologiques : les aphrodisiaques, ça marche ou pas ?

Si aucune étude scientifique n'a pu prouver l'effet des aphrodisiaques sur la vie sexuelle, il n'est pour autant pas admis qu'ils sont inefficaces. "En fait, ils ont un effet placebo : ils pimentent les ébats sexuels mais ne sont pas actifs au sens scientifique du terme. Ils servent à attiser la vie sexuelle plus qu'autre chose, grâce à une représentation quasi magique de leurs effets", explique Caroline Leroux, sexologue.

Le mythe des aphrodisiaques

Les aphrodisiaques sont des substances naturelles (ou tirées de produits naturels) qui "ont pour objectif d'augmenter le plaisir, le désir et les performances sexuelles" explique Caroline Leroux, psychologue clinicienne et sexologue. D'ailleurs, le mot aphrodisiaque vient de la déesse grecque Aphrodite (renommée Vénus chez les Romains), déesse de l'amour et des plaisirs. Ainsi, les hommes et les femmes ont de tous temps utilisé des plantes pures ou des mélanges pour l'excitation sexuelle. Le poivre, les orties, la camomille jaune, la roquette, le miel, la moutarde... ont tous été consommés dans un but de désinhibition et de performance sexuelle. 

Les épices, mais aussi le chocolat, ont eu leur heure de gloire comme aphrodisiaques, même si le christianisme a parfois cherché à combattre ces substances. La science ne parviendra pas à mettre au point de substance aphrodisiaque à proprement parler, comme si seule la nature pouvait engendrer le désir. Les phéromones ne peuvent pas être considérées comme des aphrodisiaques car ce sont des hormones, issues du corps, dont l'action est de l'ordre de l'inconscient, de la biochimie du corps.

Traditions folkloriques

C'est le fait de les consommer en imaginant qu'ils sont excitants qui les rend "efficaces", comme des placebos. "Mais les aphrodisiaques sont en général assez folkloriques, culturels, loin de la médecine occidentale. Le plus souvent on se transmet les astuces ou conseils d'aphrodisiaques entre connaissances", ajoute Caroline Leroux. Ensuite, comme le produit ou l'aliment a été recommandé, l'effet placebo le rend efficace. Car avec les aphrodisiaques il ne s'agit pas d'effets hormonaux ou physiques mais plutôt d'un effet psychologique qui induit un désir.

Les aliments dits aphrodisiaques

Il existe de nombreux aliments qui sont réputés aphrodisiaques. Pourtant, il s'agit le plus souvent de croyances, de traditions dont on ne connait pas l'origine et dont l'efficacité n'a jamais pu être prouvée scientifiquement. Ainsi, les huîtres bénéficient de ce "label" aphrodisiaque tout comme les fruits de mer, l'ail, le foie gras ou encore parfois le céleri. Difficile de comprendre comment sont nés des supposés effets excitants, mais les générations perpétuent les légendes aphrodisiaques, sans preuve formelle de leur efficacité. Viennent ensuite les épices qui sont aussi souvent réputées comme aphrodisiaques. Une des explications possibles ici est que les épices sont souvent utilisées dans des plats chauds et peuvent entraîner une augmentation de la température corporelle, peut-être à l'origine d'une excitation des sens.

Chocolat, gingembre sont-ils réellement aphrodisiaques ? Pour le chocolat, Caroline Leroux explique d'où vient cette réputation : "Le chocolat a un effet antidépresseur reconnu, il entraîne un certain plaisir. Et la clé est là : plaisir des papilles, plaisir des sens, essentiels pour aboutir au plaisir sexuel." Enfin, en ce qui concerne le gingembre, il s'agit là aussi d'une légende transmise de siècle en siècle puisqu'il est connu depuis plus de 2 000 ans dans la médecine chinoise. Mais c'est la médecine arabe qui lui a attribué des vertus aphrodisiaques.

Les parfums et produits naturels aphrodisiaques

Vous marchez dans la rue quand, soudain, en sentant le parfum de votre amoureux, vos sens se mettent instantanément en éveil. Vous le cherchez dans la foule, en vain. Eh oui, le parfum peut-être très aphrodisiaque, comme le confirme Caroline Leroux : "Comme le chocolat, les parfums mettent les sens en émoi par l'odorat. Et le plaisir olfactif peut amener au plaisir sexuel." Il en est de même pour les huiles parfois utilisées en massage : le plaisir du toucher ajouté au plaisir olfactif peut exciter les sens. "Les parfums sont une porte ouverte vers le plaisir sexuel", ajoute Caroline Leroux.

Huiles essentielles et massages peuvent-ils être aphrodisiaques ?

Parmi les huiles essentielles de massage réputées aphrodisiaques, vous pouvez opter pour le gingembre, le muscadier, le poivre noir ou encore le thym saturéioïde.  Attention tout de même avant de vous lancer : certaines personnes peuvent faire des réactions allergiques à certaines huiles de massages. Si vous n'aimez pas porter de parfums et que vous recevez un prétendant, vous pouvez opter pour l'option parfums ou huiles essentielles en diffusion. De la même manière, le plaisir olfactif sera activé et pourra amener à d'autres plaisirs. L'huile de giroflier est particulièrement réputée comme aphrodisiaque.

Viagra, Cialis... : Il n'y a pas de médicaments pour le désir

Il est important de préciser qu'il n'existe aujourd'hui aucun médicament aphrodisiaque autorisé sur le marché. Les pilules vendues sur de nombreux sites internet ou dans des boutiques (qui ne sont pas des pharmacies) ne sont pas autorisées et peuvent être dangereuses pour la santé. Car contrairement aux idées reçues, le Viagra n'est pas un aphrodisiaque ! "Le Viagra est un médicament, il n'est disponible que sur ordonnance. Comme le Cialis et le Levitra, il s'agit de médicaments contre la dysfonction érectile mais sans aucune action sur le désir", explique Caroline Leroux. Non seulement ces médicaments seront inefficaces mais, en plus, ils ont de nombreuses contre-indications et nécessitent un suivi régulier.

Pas question, donc, de s'en procurer (par exemple sur Internet) sans en parler avec son médecin traitant. Caroline Leroux insiste : "Il ne faut jamais prendre ce qui est vendu sur Internet, jamais. Soit il s'agit de produits sans effet (au lieu du principe actif du médicament il y a, au mieux de la farine ou du sucre, au pire du plâtre) et généralement vendus très chers. Soit il s'agit de produits dangereux dont on ignore la composition (ils sont parfois vendus sans boîte, dans un simple sachet plastique) et peuvent avoir de graves effets secondaires".  Le bon réflexe en cas de problèmes de désir est donc d'aller consulter un sexologue (choisi sur le site du Syndicat national des sexologues cliniciens, par exemple), un psychologue ou son médecin traitant pour en parler et trouver ensemble des solutions.

Les anti-aphrodisiaques

Il existe aussi des anti-aphrodisiaques qui sont d'ailleurs rarement pris volontairement dans ce but. Si l'absorption d'alcool peut désinhiber certaines personnes, lorsqu'il est consommé en trop grande quantité il devient rapidement un anti-aphrodisiaque très efficace. Il en est de même pour la majorité des drogues (cannabis, cocaïne, etc.). Un repas trop copieux ou trop gras peut aussi limiter le désir et le plaisir sexuel. Il est préférable de privilégier des menus légers et qui limitent les ballonnements et somnolences après le repas.

Certains médicaments peuvent aussi avoir comme effets secondaires d'entraîner une baisse importante du désir et donc nuire à la vie sexuelle. La ménopause est une période difficile à passer pour certaines femmes, avec parfois des baisses de désir et de plaisir liées aux variations hormonales mais aussi à l'acceptation du changement de leur corps.  Lorsque les problèmes deviennent récurrents, il ne faut pas hésiter à en parler avec son médecin qui pourra trouver des alternatives pour éviter ces désagréments.

Aphrodisiaques : contre-indications et précautions

Les aphrodisiaques sont donc des placebos parfois capables de relancer le désir en agissant au niveau psychologique. Néanmoins, il ne faut en aucun cas négliger les effets secondaires que certains aphrodisiaques peuvent provoquer. Par exemple, en cas de problème de rein, de cœur ou de foie, un suivi strict est indispensable notamment pour éviter des interférences avec les traitements déjà en cours. Car des produits dits naturels peuvent réduire l'efficacité des traitements médicamenteux. Caroline Leroux insiste : "Ils doivent être consommés avec modération ou pas du tout en cas de problèmes rénaux ou cardiaques". En plus, il est indispensable de prendre conseil auprès du médecin ou du pharmacien avant toute prise d'aphrodisiaques, aussi naturels soient-ils et quel que soit l'âge de la personne qui souhaite en consommer.

Pour l'utilisation d'huiles essentielles ou de massage, il est important de s'assurer qu'il n'y aura pas de réaction allergique et d'éviter de les utiliser chez la femme enceinte.  Enfin, méfiez-vous des médicaments vendus sur Internet qui ne sont pas sans danger : leur composition et leur origine sont inconnues et peuvent parfois engendrer des effets secondaires dangereux. Relancer le désir autrement Il est possible de raviver la flamme et le désir dans un couple sans passer par les décoctions étranges à base d'épices ou de plantes aux noms bizarres, comme l'explique Caroline Leroux.

"L'important est de se recentrer sur le couple avant de se centrer sur le sexuel. En effet, il ne faut pas chercher à pimenter tout de suite la vie sexuelle : il faut d'abord se redécouvrir mutuellement, comme au début de la relation, quand l'affectif et l'attention étaient encore très présents." Eh oui, c'est parfois la routine qui use le désir : "On oublie ou on n'a plus le temps de sortir en couple, plus de gestes tendres, de sensualité, donc pas d'émoustillements", indique Caroline Leroux.

Retrouver la sensualité

Caroline Leroux nous explique comment procéder. "Dans un premier temps il faut privilégier le sensuel au sexuel. Parce qu'il ne faut pas se leurrer : les femmes sont moins dans le domaine sexuel au bout d'un moment. Pour elles, la tendresse et les attentions sont importantes (fleurs, câlins, baisers, dîners en tête à tête...)". Ensuite, des solutions existent pour être à nouveau totalement fou de désir : "Des petits gestes comme s'embrasser, se faire un câlin sont souvent oubliés par la routine des couples que je rencontre en consultation, commente Caroline Leroux. Tout ce qui est sensuel (le toucher, la tendresse, l'érotisme) sont des points importants dans la séduction de l'autre et donc la montée du désir. Et quand on a retrouvé l'autre, le désir va généralement revenir de lui-même".