Julie Zenatti : "Pour moi, le maquillage est un jeu"

Naturelle avant tout, Julie Zenatti raffole du maquillage, mais n'en porte quasiment pas au grand désespoir de sa fille de 9 ans. La chanteuse de 39 ans nous dévoile ses secrets de beauté, parle chirurgie et cheveux blancs...

Julie Zenatti : "Pour moi, le maquillage est un jeu"
© Slam Photography

Rose, jaune, vert : dans son single Tout est plus pop, Julie Zenatti met des couleurs dans sa pop et nous en met plein la vue ! Tout est plus pop et ce n’est que le début. Ce premier extrait de l'album annonce le grand retour de la chanteuse dans un nouvel opus.
Son Pop Tour démarrera en grande pompe le 13 septembre à Nantes. Tout est plus pop nous fera aussi bouger sur les scènes de Marseille (4 octobre), Lille (16 octobre), Bordeaux (30 octobre), Toul (20 novembre), Cluses (24 novembre), Albertville (25 novembre) et Paris, le 10 janvier 2021.

En attendant de hisser les couleurs sur scène, Julie Zenatti nous raconte l'envers du décor de... sa salle de bains.

Le Journal des Femmes : Etes-vous coquette ?
Julie Zenatti : Je fais partie des femmes qui sont assez natures. Je fais des nettoyages de peau régulièrement, je fais attention au soleil, à ce que je mange et je bois beaucoup d’eau. Je fais un travail à l’intérieur pour que cela fasse du bien à l’extérieur.

Vous arrive-t-il de sortir sans maquillage ?
Julie Zenatti : 
Tout le temps ! Je me maquille quand je chante mais, même quand je sors, je ne porte quasiment rien et cela donne des photos terribles sur tapis rouge (rires). Cela étant dit, j’y viens petit à petit car j’ai une petite fille très coquette qui me dit souvent : "Maman, tu devrais mettre un peu de rouge à lèvres".

Vous avez une très jolie peau, comme votre mère, j'imagine...
Julie Zenatti : Oui, j’ai hérité du patrimoine génétique de ma mère qui a une peau fine mais uniforme. Elle s’est toujours maquillée les yeux mais n’a jamais mis de fond de teint. C’est sans doute pour cette raison que je ne me maquille pas ou peu.

Pourtant vous adorez le maquillage ?
Julie Zenatti : 
Oui, j’en raffole ! J’adore maquiller mes copines, mais moi non. Quand j’essaie d’appliquer du mascara par exemple, j’en mets partout et ça colle. J’ai essayé le maquillage permanent des cils mais rien n’y fait. Quand on a des cheveux à la place des cils, c’est compliqué (rires)

Les produits qui vous font craquer ?
Julie Zenatti : 
J’adore les palettes de fards pour les yeux et j’en ai beaucoup. Lors de la tournée Méditerranéennes, Chimène Badi, qui se maquille très bien, m’a appris plein de trucs. J’aime les fards gras comme ceux de Shiseido parce qu’ils sont faciles à appliquer et qu’ils ne coulent pas sous les yeux. Je craque aussi pour les bâtons pour les lèvres qui s’utilisent comme des crayons. J’ai un rapport très enfantin et ludique au maquillage. Je considère le make-up comme un jeu ou un déguisement.

Votre maquilleur vous a-t-il donné ses trucs ?
Julie Zenatti : Mon maquilleur qui travaille avec moi depuis des années m’explique pas à pas ses différents gestes afin que je puisse les reproduire en concert. Il me maquille le teint avec des fards gras de Paris Berlin car ma peau fragile ne supporte pas certains fonds de teint. Il commence par ombrer sous les pommettes, car j’aime avoir le visage creusé, sinon je me sens trop grosse (rires). Ensuite il dépose des touches claires sur le nez et sous les yeux avec une petite éponge en tapotant.

À quelle zone de votre visage accordez une importance capitale ?
Julie Zenatti : Mes sourcils ! On ne plaisante pas avec ce sujet et ne sort pas avec le sourcil broussailleux ! J’adore les crayons pour redessiner leur ligne de l’atelier du sourcil, car ils sont faciles à utiliser. Dans mon sac, j’ai tout le temps une pince à épiler et un crayon avec d’un côté la brosse pour coiffer et de l’autre le crayon pour masquer les petits trous.

Comment prenez-vous soin de votre peau ?
Julie Zenatti : 
J’ai une peau réactive, donc j’utilise Toleriane de La Roche-Posay. Je viens aussi de découvrir Plant Gold de Clarins, un mélange d’huile et de crème. J’alterne avec Toleriane en fonction du froid et des conditions extérieures.

Comment nettoyez-vous votre peau ?
Julie Zenatti : J’utilise de l’eau micellaire. Sous la douche, je mets l’huile lavante Lipikar de La Roche-Posay. Cela m’évite de ne pas mettre de crème ensuite et de me rhabiller immédiatement.

Comment entretenez-vous vos cheveux ?
Julie Zenatti : Comme ma mère, j’ai des cheveux blancs depuis l’âge de 25 ans. Mon coloriste s’appelle Guillaume Zilioli et il a un petit atelier dans le 14ème arrondissement de Paris. Il me fait des mèches et un fond de couleur grâce exclusivement aux produits Aveda car les autres sont trop agressifs et virent. Comme j’ai le cuir chevelu sensible, il me fait aussi un scrub du cuir chevelu. A la maison, je lave mes cheveux avec le shampoing neutre de chez Phyto et j’applique une huile Léonor Greyl.

Etes-vous fidèle en ce qui concerne le parfum ?
Julie Zenatti : Je suis très fidèle d’autant que, quand je change de parfum, ma fille et mon mari ont l’impression que ce n’est pas moi ! Je me parfume avec Musc de Reminiscence. Ma sœur l’utilisait et je le lui ai piqué ! De temps en temps, je lui fais des infidélités en utilisant Petite Chérie d’Annick Goutal. J’aime aussi la pharmacie Santa Maria Novella à Florence et leur eau à base de fleur d’oranger que j’utilise l’été.

Un sport chouchou ?
Julie Zenatti : J’ai arrêté le Pilates car je suis trop speed et je m’ennuie. J’ai tenté la boxe mais c’est trop intense ! Je joue beaucoup au tennis et c’est un sport qui me correspond bien : il demande de l’endurance et s’accompagne d’un enjeu. A Paris, je fais du vélo depuis que j’ai arrêté la voiture. C’est devenu un vrai plaisir.

Envisageriez-vous la chirurgie esthétique ?
Julie Zenatti : J’ai fait des injections d’acide hyaluronique au niveau de la ride du lion il y a deux ans, car je fronce beaucoup les sourcils quand je chante. En revanche, la chirurgie esthétique me fait peur, car il y a tellement de femmes qui ont changé de visage à cause d’elle. Ma mère n’a jamais fait de chirurgie et je la trouve belle aujourd’hui. Il n’y a rien de pire qu’un visage lisse et des mains fripées ou un cou ridé. Je pourrais en revanche faire des peelings ou du laser. J’ai une tache de grossesse juste au-dessus de la lèvre ; j’ai voulu la faire enlever car elle donne l’impression que j’ai une moustache ! Je me suis renseignée et on m’a dit que cela laisserait une tache blanche donc j’y renoncé. En revanche, je mets tous les matins de la crème solaire, même quand il pleut. 

L’été, êtes vous du genre à vous exposer ou à vous tartiner ?
Julie Zenatti : 
Je me tartine d’Anthélios 50 de La Roche Posay et surtout je mets une casquette pour bien cacher mes lèvres et mes pommettes. En revanche, comme toutes les mamans qui jouent avec leurs enfants dans le sable, j’ai toujours le dos hyper bronzé (rires).