Rentrée des classes : protocole, programme, changements

La rentrée des classes s'est déroulée ce jeudi 2 septembre pour les 12,4 millions d'élèves, avec un protocole sanitaire de niveau 2 de la maternelle au lycée. Laïcité à l'école, programme, sport à l'école ... Le point sur les changements de la rentrée scolaire 2021.

Rentrée des classes : protocole, programme, changements
©  yarruta-123rf

[Mise à jour du 2 septembre à 10h50]. La rentrée scolaire a eu lieu ce jeudi 2 septembre pour les élèves de la maternelle au lycée, en France métropolitaine, tandis qu'elle est reportée au 13 septembre en Outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Saint-Barthélémy, Saint-Martin et les zones rouges de la Guyane). Malgré la circulation du variant Delta, les établissements scolaires doivent respecter un protocole sanitaire à l'école de niveau 2 (dans l'hexagone), et des campagnes de vaccination sont déployées dès cette rentrée pour les 12-17 ans. Invité sur France Inter ce 1er septembre, Jean-Michel Blanquer a tenu à rappeler que l'école n'est pas "un lieu spécifique de contaminations (...) parce qu'on y respecte davantage les gestes barrières". Pour autant, l'augmentation des cas à la rentrée est un scénario possible, admet-il. "Nous avons un handicap supplémentaire, le variant Delta, mais un atout supplémentaire, le vaccin, que nous n'avions pas auparavant", a-t-il ajouté.

Quelle organisation Covid pour cette rentrée scolaire ?

Le niveau 2 (niveau jaune) prévoit des cours en présentiel,  le masque obligatoire à l'intérieur dès le primaire, une limitation du brassage par niveau et une aération renforcée. 600.000 tests salivaires par semaine seront effectués au primaire et dans le secondaire, les collégiens et lycéens auront des autotests, ainsi que la possibilité de se faire vacciner pour les plus de 12 ans. "Si on a un enfant de plus de 12 ans, il faut qu'il soit vacciné si on veut protéger son enfant", a précisé Jean-Michel Blanquer qui a révélé que 57 % des 12-17 ans étaient déjà vaccinés et que 98 % des enseignants étaient en passe d'avoir un schéma vaccinal complet. Enfin, le pass sanitaire ne s'applique pas aux établissements scolaires et la vaccination ne deviendra pas obligatoire pour les enseignants. Au niveau 2, les collégiens et les lycéens qui ont été vaccinés pourront continuer à assister à leurs cours dans leur établissement en présence d'un cas positif au coronavirus dans leur classe. En revanche, leurs camarades qui ne sont pas vaccinés devront rester chez eux pendant 7 jours. Au primaire,  "lorsqu'il y aura un cas de contamination dans une classe, on fermera", a précisé le ministre de l'Education nationale.

Quels autres changements pour la rentrée de septembre 2021 ?

  • Pass'Sport et extension du Pass Culture. Proposé pour la rentrée 2021, le Pass'Sport permet de financer l'inscription d'enfants de 6 et 17 ans dans un club de sport pour l'année scolaire. D'un montant de 50 euros, il doit permettre aux enfants d'accéder plus facilement aux pratiques sportives. Les familles éligibles ont reçu cet été un courrier du ministère des Sports qui stipule qu'elles peuvent bénéficier de ce dispositif. Il leur suffit de présenter ce courrier au club sportif lors de l'inscription (qui doit obligatoirement avoir lieu avant le 31 octobre) pour bénéficier d'une réduction de 50 euros. Autre nouveauté, le pass culture est désormais ouvert à tous les élèves de la quatrième à la terminale dans les académies de Rennes et Versailles et devrait être généralisé à toutes les académies en 2022. Réservé jusque là aux personnes de plus de 18 ans, il prend la forme d'une somme de 25 euros par an à partir de la 4e et de 50 euros par an pendant les années de lycée. qui permet d'acheter des billets de cinéma, des places de concert, des entrées de musée mais aussi des biens culturels, des cours artistiques ou des services numériques.
  • Quelles nouveautés dans les lycées d'Ile-de-France ? Ce 31 août, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a précisé les nouveautés de l'année scolaire pour les lycéens. Dès octobre, 100% des lycées auront le wifi et les élèves bénéficieront, dès la seconde, d'un ordinateur. A la cantine, le prix varie désormais de 50 centimes par repas (au lieu de 1,54 euro) à 4,09 euros au maximum. Des distributeurs de protections périodiques en coton bio seront par ailleurs distribués gratuitement aux lycéennes pour lutter contre la précarité menstruelle. Contre le Covid, Valérie Pécresse propose de délivrer des kits dès la rentrée, contenant deux masques, un autotest, un tube de gel hydroalcoolique, et des informations pour répondre aux questions des jeunes sur la vaccination. Elle compte également augmenter le nombre d'agents de sécurité, recruter des enseignants à la retraite pour aider les jeunes en difficulté à faire leurs devoirs, et renforcer l'intérim. 
  • A Nantes, deux repas végétariens par semaine. Les 88 restaurants scolaires de la ville bénéficieront d'un deuxième repas végétarien dès la rentrée des classes, a annoncé la maire de Nantes, Johanna Rolland. "Avec cette mesure, on est en avance sur la loi égalim qui fixe les règles, un menu par semaine", se félicite-t-elle. Une mesure qui permettra de favoriser notamment les circuits courts et les producteurs locaux. 
  • Une campagne sur la laïcité. Ce 26 août, Jean-Michel Blanquer a annoncé le lancement d'une campagne sur la laïcité à partir du 30 août. "En ce début d'année, nous allons avoir une campagne sur la laïcité pour que tous les élèves puissent avoir à la fois une information, une formation et une sensibilisation au fait que c'est la laïcité qui nous permet de vivre ensemble ", a indiqué le ministre de l'Education qui a aussi confié que le programme de lutte contre le harcèlement scolaire Phare sera généralisé à la rentrée.
  • Primes des enseignants. Jean-Michel Blanquer est revenu sur les primes allant de 57 euros net par mois pour les plus jeunes à 29 euros pour les milieux de carrière qui seront versées aux enseignants. "L'objectif, c'est qu'il n'y ait pas un seul professeur de France qui gagne moins de 2 000 euros par mois", a déclaré Jean-Michel Blanquer tout en confirmant que la prime de rentrée des directeurs d'école sera pérennisée à 450 euros.
  • Priorité au sport. Jean-Michel Blanquer souhaite que le sport devienne une priorité. "La France doit être une nation sportive (...) Faites du sport et de l'activité physique tous les jours !", a-t-il expliqué. Le "savoir nager" et le "savoir rouler à vélo" seront les deux axes sportifs principaux développées à l'école a confié Roxana Maracineanu, la ministre déléguée aux Sports .
  • Une campagne de vaccination dans les collèges et les lycées. Face à la recrudescence des cas liés au variant Delta, une campagne de vaccination aura bien lieu dans les collèges et les lycées à la rentrée même si le pass sanitaire ne sera pas demandé à l'école.
  • Un nouvel enseignement de spécialité en "éducation physique, pratiques et culture sportives" sera proposé aux lycéens de la voie générale dès la classe de première. Au-delà de la pratique sportive, cette spécialité permettra d'abord d'autres champs disciplinaires (sciences, humanités…) afin d'ouvrir à certains métiers dans le domaine de la santé et du bien-être, de l'enseignement, l'entraînement, la gestion, la communication, le secteur événementiel, la recherche et la sécurité.  
  • Lancement du programme "Je réussis au lycée". Il prend la forme de moyens supplémentaires qui seront être octroyés pour la rentrée de septembre 2021, afin de mettre en place une action de soutien renforcé dans les lycées généralistes, technologiques et professionnels. Les lycéens qui rencontrent des difficultés pourront ainsi bénéficier, toute l'année, d'un accompagnement renforcé ou d'une prise en charge en petits groupes. L'objectif de ce dispositif assuré par leurs professeurs est d'accompagner les élèves qui entrent en seconde ou en première année de CAP et qui pourraient avoir besoin d'un coup de pouce. "Ces élèves, qui sortent du collège et ont vécu leur 4ème et leur 3ème sous la contrainte de la situation sanitaire, doivent pouvoir bénéficier d'un accompagnement renforcé notamment en début d'année, pour leur permettre de pleinement " prendre pied " dans le lycée", précise le ministère de l'Education nationale dans un communiqué. Ce dispositif concernera aussi les élèves des classes de 1ère et Terminale qui en auraient besoin.
  • Rentrée à l'université. Frédérique Vidal a annoncé sur France Info un budget de "3,3 milliards d'euros pour accompagner les étudiants", qui permettra notamment la revalorisation des bourses, le gel des droits d'inscription à l'université et la mise en place des repas à un euro pour les étudiants qui en ont besoin.

Quelles sont les dates des vacances scolaires ? 

Le calendrier scolaire de la rentrée 2021 comprend une pré-rentrée pour les enseignants le 1er septembre 2021, et une rentrée le jeudi 2 septembre pour les enfants sauf dans les Antilles où elle a été reportée au 13 septembre. Pour les vacances scolaires, voici comment elles seront réparties : 

  • Vacances de la Toussaint : du 23 octobre eu 8 novembre
  • Vacances de noël : du 18 décembre au 3 janvier 2022
  • Vacances d'hiver : du 12 au 28 février pour la zone A, du 5 au 21 février pour la zone B, du 19 février au 7 mars pour la zone C. 
  • Vacances de printemps : du 16 avril au 2 mai pour la zone A, du 9 au 25 avril pour la zone B, du 23 avril au 9 mai pour la zone C. 
  • Vacances d'été : à compter du 7 juillet 2022. 

Rentrée des classes : comment gérer le budget ?

La rentrée scolaire est synonyme de nombreux achats : la liste des fournitures scolaires est publiée chaque année pour les écoliers, et les enfants ont, en général, envie de changer de cartable à chaque nouvelle rentrée. Sans compter les vêtements et les baskets qu'il faudra leur acheter parce qu'ils grandissent trop vite. Pour accompagner les parents, le gouvernement verse chaque année l'allocation de rentrée scolaire. Nos conseils pour gérer le budget de la rentrée des classes.

Comment bien s'organiser pour la rentrée scolaire ?

Retrouvez tous nos conseils pour mieux vous organiser au quotidien et gérer le stress de la rentrée. 

Peur de l'école : comment rassurer son enfant ?

Qu'il s'agisse de la première rentrée des classes à la maternelle (obligatoire dès 3 ans) ou de sa première rentrée à l'école primaire ou au collège, de nombreux enfants sont terrorisés à l'idée d'aller à l'école. Les nouveaux camarades de classe, le maître ou la maîtresse, ou encore le changement d'établissement scolaire sont autant d'éléments perturbants pour les petits et les grands. Nos conseils pour le rassurer et l'aider à s'adapter à ces changements.

Comment gérer les premières rentrées scolaires ?

Votre enfant fait sa toute première rentrée à la maternelle, au CP ou en 6e ? Chacune de ces classes, tout comme le lycée, fait partie d'une étape importante dans la vie de votre enfant. Pour mieux l'accompagner, voici quelques conseils pratiques.

Première rentrée à l'école maternelle

Les enfants ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas, et cela semble tout à fait logique. D'où l'importance de parler au vôtre de l'école quelques jours avant la rentrée scolaire afin de le préparer à la maternelle. Parlez-lui de choses simples, qu'il peut comprendre facilement : comment se déroulera la journée, les activités qu'il va faire... Et mettez en avant les nombreux points positifs de l'école : il va se faire plein de copains, il va apprendre à dessiner... N'oubliez pas de lui préciser qui viendra le chercher à la sortie de l'école : vous, son papa, la nounou, sa grand-mère... Tout doit être bien défini pour rassurer votre enfant !

Première rentrée à l'école primaire

L'entrée à l'école primaire annonce un grand changement pour votre enfant : c'est désormais un grand. Et cela doit se répercuter dans son quotidien. Pour bien lui montrer l'importance de cet événement, vous pouvez par exemple décider de réaménager sa chambre, de manière à ce qu'il puisse choisir ses vêtements seul le matin... Dans les jours qui précèdent son entrée à l'école primaire, assurez-vous que votre enfant dorme suffisamment afin qu'il soit en pleine forme le jour J. Profitez-en également pour mettre en place les nouveaux horaires de coucher et de lever. Votre enfant avait l'habitude, pendant les vacances scolaires, de se coucher à 22 h ? Amenez-le progressivement à se coucher plus tôt, vers 20 h environ. Cela lui permettra de faire une vraie bonne nuit de sommeil avant d'attaquer la journée qui l'attend ! L'entrée à l'école primaire marque aussi une étape importante dans l'autonomie de votre enfant. Désormais, il doit être capable de faire plein de choses tout seul. Encouragez-le dans son sens, en lui montrant que vous êtes à ses côtés, que vous êtes là pour l'aider si nécessaire, mais que vous n'êtes pas là pour tout faire à sa place !

Première rentrée au collège

Contrairement à l'univers réconfortant de l'école primaire, le collège entraîne de nombreuses modifications dans les habitudes de votre enfant qui sera, désormais, confronté à des professeurs différents, à un emploi du temps plus chargé ou encore à un nouveau système de notation. Devenir "grand" suppose de s'adapter à de nouvelles contraintes, à un nouvel environnement et... à de nouveaux copains. Pas facile tout ça, quand on n'a que 11 ou 12 ans ! Pour préparer votre fils ou votre fille à ce grand bouleversement, pensez à visiter son futur établissement avant la rentrée - lors de son inscription, par exemple - afin de l'aider à se familiariser avec les lieux. De nombreux collèges organisent d'ailleurs des journées d'information à destination des nouveaux collégiens afin de leur présenter les professeurs, les différentes salles d'enseignement et le fonctionnement de l'établissement. N'hésitez pas à y assister avec votre enfant pour le rassurer... et vous aussi par la même occasion ! Car si le collège est un changement important pour l'enfant, il l'est aussi pour les parents.

Enfin, l'entrée au collège génère souvent de l'angoisse chez l'enfant qui sait que sa vie confortable va changer. Peur de se perdre dans les couloirs, d'être séparé de ses copains, de ne pas réussir à suivre les cours... Toutes ces craintes sont légitimes et fréquentes chez les enfants qui s'apprêtent à faire leur rentrée au collège. Pour dédramatiser la situation, la meilleure solution reste encore d'en parler avec lui et de lui expliquer comment vont se dérouler ses journées.

Première rentrée au lycée

Après l'école primaire et le collège, votre enfant s'apprête à franchir une nouvelle étape fondamentale de sa scolarité : l'entrée au lycée. Si la seconde s'avère être une classe charnière, elle est également synonyme d'autonomie et de changements de méthodes de travail. Le brevet des collèges fraîchement en poche et les grandes vacances achevées, votre futur lycéen va devoir s'inscrire dans une nouvelle démarche en prenant désormais une part plus active dans son apprentissage.

L'enseignement au lycée diffère considérablement de celui dispensé au collège. En effet, les enseignements s'appuient désormais sur des bases solides, que votre enfant doit avoir acquises tout au long de sa scolarité, pour développer son propre esprit critique et un cheminement de pensée plus personnel. Mais à 16 ans, il n'est pas toujours évident de faire preuve d'autant de maturité pour franchir ce cap sans difficulté. Certains lycéens se sentent grisés par cette nouvelle indépendance qui leur est offerte. C'est la raison pour laquelle les parents jouent un rôle majeur pour informer leurs enfants et les inciter à se poser les bonnes questions.

Par ailleurs, ce n'est pas parce que votre futur lycéen apparaît confiant qu'il ne ressent pas de stress à l'idée d'entrer en seconde. À l'adolescence, les enfants peinent à exprimer leurs angoisses. Aussi est-il primordial d'en parler avec lui pour comprendre de quelle manière il envisage cette rentrée cruciale. Ce dialogue est essentiel pour aider votre enfant à définir son projet. Car c'est à l'entrée en seconde qu'il va devoir choisir ses options obligatoires qui peuvent s'avérer déterminantes, par la suite, dans le cadre de son orientation future. Si votre enfant souhaite également opter pour des options facultatives, encouragez-le, mais en le mettant bien en garde sur la charge de travail supplémentaire que cela occasionnera.

Ecole et covid