Mon enfant est-il amoureux ?

A partir de quel âge peut-on parler de premier amour chez les tout-petits ? Que ressentent-ils ? Quelle différence avec les adultes ? Comment gérer sa première rupture ?... Conseils de Stephan Valentin, psychologue.

Mon enfant est-il amoureux ?
© ulkas-123rf

Tout le monde se souvient, même une fois adulte, de son tout premier amour... Lorsque, dans la cour de récréation, nous recevions une lettre en cœur et que notre petit(e) camarade nous embrassait et nous tenait la main, tout fier. Votre enfant est lui aussi en train de tomber amoureux ? Votre fillette ne vous parle que de son cher Thomas ou votre garçon de sa copine Alexandra ? Pour mieux comprendre les relations et le sentiment amoureux chez l'enfant, le Journal des Femmes a interviewé Stephan Valentin, psychologue et auteur du livre "Arthur est amoureux", aux éditions Pfefferkorn*. 

A quel âge peut-on parler de sentiments amoureux chez l'enfant ? 

"L'enfant peut tomber amoureux dès la maternelle. Les tout-petits ont de grandes capacités à s'attacher à l'autre : les parents, les grands-parents, les frères et sœurs… Et avec leurs pairs, ils aiment tout aussi créer des liens forts. Mais c'est surtout à partir de 6 ou 7 ans qu'une attirance forte pour un autre garçon ou une fille permet de parler d'un premier grand amour". Quant aux bébés qui s'embrassent sur la bouche, il s'agit simplement de la reproduction de ce qu'ils voient de leurs parents. "Les tout-petits observent leurs parents et la manière dont ils se montrent qu'ils s'aiment. Pour l'enfant, donner un bisou est alors le signe qu'on s'aime et le désir d'être avec l'autre, de passer du temps ensemble", explique le spécialiste.

Que ressentent les enfants ?

"Chez les enfants, ce sont souvent des émotions fortes qui peuvent devenir très profondes. Il ne faut  pas le sous-estimer. Très souvent, c'est romantique : ils s'embrassent et se tiennent la main, s'enlacent... Ils se promettent la vie à deux lorsqu'ils seront grands, s'inventent un langage que les autres ne comprennent pas, et veulent passer beaucoup de temps ensemble", précise Stephan Valentin. Mais alors, quelle différence y a-t-il avec le sentiment amoureux chez l'adulte ? "Mis à part la sexualité qui ne devient intéressante qu'à partir de la puberté, il n'y a finalement pas de différence", explique-t-il. Néanmoins, "tomber amoureux de l'autre est pour un enfant le signe d'une certaine prise d'autonomie et d'indépendance. Il se détache de ses parents". Par ailleurs, l'enfant aura tendance a préserver son jardin secret : "le premier amour est d'abord caché. L'enfant ne voudrait pas en parler à sa maman ou à son papa. C'est une expérience qu'il veut vivre seul, avec l'autre. Même si l'enfant entretient de très bons rapports avec ses parents, c'est tout à fait compréhensible", ajoute le spécialiste. 

Que faire si mon enfant est toujours collé à son amoureux(se) ? 

"Il est important de veiller à ce que l'enfant ne soit pas trop exclusif et qu'il continue à voir ses autres amis. Ce n'est pas l'intensité qui est en question, mais le fait que les deux amoureux vivent dans une bulle. En lui proposant de jouer avec ses autres camarades, l'enfant apprend tôt qu'être amoureux ne devrait pas mettre en danger les relations amicales". Pour Stéphan Valentin, il est également important que les parents approuvent la relation de leur tout-petit. "Les parents doivent montrer qu'ils sont d'accord sur le fait que leur enfant aime une fille ou un garçon et qu'ils ne deviennent pas "jaloux" de ce sentiment amoureux". 

En cas de rupture, comment gérer son chagrin d'amour ?

"Montrez à votre enfant une grande sensibilité et signalez-lui que vous êtes là pour l'écouter et en parler avec lui. Consolez-le, prenez-le dans vos bras si besoin, et faites-lui comprendre que vous êtes présent(e) pour lui", conseille le psychologue. "Acceptez aussi de prendre des distances si votre enfant veut être un peu seul dans sa chambre. Tout comme chez l'adulte, il faut du temps pour se remettre de ce chagrin. Mais cela apprend aussi à l'enfant qu'on ne peut pas remplacer facilement un être que l'on aime".

*Stephan Valentin, psychologue, est aussi l'auteur du livre "Arthur est amoureux" aux éditions Pfefferkorn.

Lire aussi