Physalis

Véritable plante ornementale, le physalis est originaire d'Europe et d'Asie. Aussi appelé amour en cage, le physalis fait partie de la famille des solanacées. Il se cultive aussi bien en massif qu'en pot.

Physalis
© Harry Huber/123RF

Riches en vitamines A, B et C, les fruits du physalis prennent la forme d'une boule enveloppée dans un calice et sont comestibles lorsqu'ils sont mûrs. On les utilise notamment dans le traitement des infections urinaires et pour l'ornement de gâteaux. Il est également possible de réaliser des confitures avec les fruits du physalis. 

Quand et comment semer des physalis ?

À partir de la fin du mois de mars, semez les physalis sous abri. Pour cela, remplissez des godets d'un mélange de terreau spécial semis et de sable. Déposez 2-3 graines par godet que vous recouvrez d'une fine couche de substrat. Arrosez en pluie fine et maintenez humide jusqu'à la levée. Une fois que les plantules comptent 2-3 feuilles, gardez les plus robustes et retirez les plus chétives. En mai, une fois tout risque de gelées écarté, repiquez en pleine terre. Pour cela, désherbez bien avant plantation et ameublissez légèrement la terre. Veillez à laisser environ 80 cm entre chaque plant.

Quand et comment planter un physalis ?

Le Physalis alkekengi n'est vraiment pas difficile ! Il s'accommode aussi bien d'une terre sèche que d'une terre argileuse. Il apprécie le soleil et la mi-ombre. Dans le sud de la France, mieux vaut l'installer à une exposition ombragée aux heures les plus chaudes de la journée. Si vous achetez vos plants godets, il vous suffit de procéder ainsi :

  1. Sortez la motte du godet.
  2. Défaites le chignon de racines délicatement sans les abîmer.
  3. Creusez un trou légèrement plus profond et plus large que la motte.
  4. Ameublissez la terre sur les parois du trou.
  5. Mettez la motte en terre, de manière à ce que le collet arrive au niveau du sol.
  6. Placez un tuteur.
  7. Rebouchez, tassez et arrosez.

Quel entretien pour un physalis ?

Au fur et à mesure de la pousse du physalis, guidez ses rameaux souples autour du tuteur. En effet, sans cela, ils risquent de s'affaisser. Faites des apports d'eau régulièrement durant la première année, ensuite seulement lors des fortes chaleurs. Apportez de l'engrais aux physalis en pot deux fois par mois. S'il devient envahissant, n'hésitez pas à arracher les rejets.

Comment multiplier un physalis ?

Vous pouvez récolter les graines du physalis de la même manière que la tomate : en coupant le fruits en deux et en récupérant les petites graines. Il faut ensuite les nettoyer, les sécher, puis les conserver dans une enveloppe jusqu'au printemps suivant, pour les semer.

Les fruits du physalis : quand les récolter ?

On récolte plutôt les fruits du Physalis peruviana, aussi appelé coqueret du Pérou, groseille du Cap ou prune des Incas. Attention à ne pas le confondre avec le Physalis alkekengi, ou amour en cage, cultivé davantage pour son aspect décoratif une fois séché.

Quand ramasser les fruits du Physalis peruviana ? Entre août et octobre, selon les variétés ! Il faut impérativement récolter avant les gelées qui vont anéantir la récolte. Il est assez facile de savoir quand recueillir les fruits, puisque leur enveloppe brunit et s'ouvre lorsqu'ils sont mûrs. Riches en vitamines A, B et C, les fruits comestibles sont ronds, jaune-orangé et ont un goût acidulé. Ils ne se conservent que quelques jours alors mieux vaut les cueillir au fur et à mesure. Vous pouvez en faire des confitures et autres desserts savoureux. 

Maladies du physalis

Le physalis n'est pas couramment attaqué par des nuisibles, ni touché par des maladies. Il arrive que le feuillage soit grignoté par des chenilles. Vous pouvez aussi diviser les rhizomes en déterrant votre physalis au printemps. Puis tranchez des sections de rhizomes qui comptent des tiges et replantez chaque section dans un endroit différent.