Phytophthora : comment lutter contre cette maladie cryptogamique ?

Maladie faisant intervenir plusieurs types de champignons, le phytophthora s'en prend à des végétaux variés, causant des dégâts tout aussi variés depuis les profondeurs des sols jusqu'aux parties aériennes des plantations. Pour lutter contre ses attaques, des gestes simples peuvent être bénéfiques. Pour tenter de réduire le développement des champignons ou de les éradiquer, des traitements curatifs, parmi lesquels des fongicides, sont nécessaires.

Phytophthora : comment lutter contre cette maladie cryptogamique ?
© Elena Masiutkina/123RF

Quels sont les caractéristiques et symptômes du phytophthora ?

Sous le terme de phytophthora, se cachent différents champignons qui s'en prennent aux arbres fruitiers, plantes ornementales ou encore végétaux du potager : on parle donc des phytophthoras. L'autre particularité de cette maladie est d'infecter autant les sols que le feuillage, ce qui rend plus compliqué son éradication d'autant qu'elle est responsable de la venue du mildiou sur les feuilles, maladie cryptogamique courante. De plus, les champignons infectent de nombreuses matières organiques, incluant les débris de racines, les terreaux mais aussi les cours d'eau et les étangs. Enfin, ces colonisateurs sont capables de stagner dans les sols durant quelques années grâce à l'action de leurs spores.

Les principaux phytophthoras :

  • Le phytophthora cinnamomi, autrement dit champignon des sols et de l'eau, est parmi les plus courant. Il s'attaque aux rhododendrons, aux conifères, aux myrtilles et aux argousiers ;
  • Le phytophthora nicotianae, champignon des agrumes et des tomates, est également fréquent ;
  • Le phytophthora citrophthora attaque également les familles d'agrumes ;
  • Le phytophthora infestans, quant à lui, infecte les tomates et les pommes de terre ;
  • Le phytophthora cactorum contamine les fraisiers, les framboisiers, les familles de rosacées mais aussi les arbres fruitiers (poiriers, cerisiers, pommiers).

D'autres champignons existent aussi même s'ils agissent de façon plus aléatoire :

  • Le phytophthora capsici touche les poivrons ;
  • Le phytophthora drechsleri infecte les pastèques ;
  • Le phytophthora phaseoli contamine les haricots.

Les facteurs de développement des phytophthoras :

  • Des sols trop lourds pour les cultures ;
  • Un surplus d'eau sur une courte période ;
  • Une trop grande quantité d'azote ;
  • Des cultures trop nombreuses.

Quels sont les végétaux touchés et les dégâts causés par les phytophthoras ?

Nous l'avons mentionné plus haut, les végétaux touchés par la maladie aux multiples formes sont variés et parmi eux, les cultures potagères. Mais les champignons touchent aussi la vigne, les framboisiers, les fraisiers, les azalées, les aulnes, les ifs ou encore, les cyprès…

Les dégâts causés sont tout aussi variables. Les champignons peuvent, par exemple, infecter les racines, les collets et le bas des tiges. Mais ils s'attaquent aussi aux troncs et branches des arbres, ce qui dessèche leur feuillage et finit par pourrir l'arbre de l'intérieur. Et bien sûr, ils s'en prennent aux parties aériennes des feuilles, des fleurs et des fruits, ce qui a pour conséquence de stopper la photosynthèse et faire mourir les végétaux.

Quels sont les gestes de prévention utiles ?

Afin de limiter les dégâts du phytophthora, vous pouvez agir au quotidien :

  • Optez pour des végétaux certifiés et sains ;
  • Drainez mieux vos sols afin de leur éviter trop de lourdeur et d'humidité ; en cela, le sable est bénéfique ;
  • Supprimez les végétaux infectés et brûlez-les ;
  • Aérez vos cultures afin d'éviter les contacts et déplacements des champignons ;
  • Préférez un arrosage au goutte-à-goutte ;
  • Arrosez vos plantations le matin ;
  • Misez sur la rotation des cultures.

Quels traitements pour lutter contre les phytophthoras ?

Quand le feuillage est touché et que cela apporte aussi le mildiou, n'hésitez pas à utiliser un fongicide efficace tel que la bouillie bordelaise en la pulvérisant sur les zones contaminées.

Des fongicides, naturels, se montrent efficaces afin de lutter contre les phytophthoras :

  • La décoction de prêle ;
  • L'infusion de sauge.

Mais aussi les huiles essentielles à base de sarriette, de romarin ou même de clou girofle en y ajoutant de l'huile d'olive et du savon noir. Pour un bon dosage, déposez 20 gouttes dans 5 ml d'eau, ajoutez 10 ml de d'huile d'olive et finalisez la préparation avec 10 ml de savon noir.

Parasites et maladies