Thuya

Conifère très utilisé en haie pour sa haute forme conique et son feuillage vert touffu, le thuya existe sous six espèces et de nombreuses variétés aux tailles très variées : de 30-60 mètres de haut à naines. A la fois américain et asiatique selon sa variété, le thuya, appelé aussi arbre de vie, thuya de Virginie ou encore cèdre blanc, est très apprécié pour sa croissance rapide et sa robustesse.

Thuya
© sosiukin/123RF

Quel thuya choisir ?

Parmi les 6 espèces de thuya, les variétés diffèrent par leurs caractéristiques. Les espèces les plus courantes restent le thuya du Canada (Thuya occidentalis), le thuya de Chine (Thuya orientalis) et le thuya géant (Thuya plicata). Selon l'usage que vous désirez faire de ce célèbre conifère ou votre région, une variété sera à privilégier.

  • Très courant chez nous, le Thuya occidentalis, originaire d'Amérique du Nord, a un port étroit élégant qui fleurit dès mars. Il est très rustique et dégage de bonnes odeurs. Il apprécie le soleil mais pas direct et se plaît à l'ombre. Sa croissance est lente et il peut atteindre 15 mètres de haut (haie) comme rester nain (isolé). Il fleurit au printemps, puis des cônes apparaissent.
  • Le Thuya orientalis, originaire de l'est de la Chine et de Corée, est un conifère de petite taille, de 8 à 12 m. Il fleurit en mars et son feuillage persistant, aromatique mais toxique, est vert foncé. Il apprécie le soleil et quelques moments d'ombre. Sa croissance est lente également et il supporte bien le froid. Il est utilisé en haie, isolé ou encore aligné, selon la variété choisie.
  • Originaire d'Amérique du Nord, le Thuya plicata bénéficie d'une croissance très rapide, il est agréable à toucher et à sentir. Mais pas seulement. Selon la variété, il peut atteindre parfois jusqu'à 60 mètres de haut, ce qui en fait un conifère idéal pour une culture en haie ou isolé. Le soleil lui va comme un gant mais il peut se plaire à la mi-ombre. Il supporte très bien les températures négatives. Après plantation en mars, il doit être arrosé copieusement pour arborer un port florissant et verdoyant aux beaux jours.

Pour un sujet isolé

Les arbres de vie cultivés isolés ne demandent pas un arrosage régulier, hormis lors de la première année de plantation. Durant la période estivale, l'arrosage sera plus courant bien sûr même si la plupart des thuyas supporte bien la sécheresse.

Si vous souhaitez lui faire garder sa belle forme iconique, une taille une à deux fois par an sera bénéfique, qu'il s'agisse du thuya du Canada ou du thuya de Chine par exemple.

Pour une haie

La culture des thuyas en haie se doit d'être réalisée en respectant les distances de plantation. Laissez au moins un mètre entre chaque sujet de façon à ce que vos conifères se développent bien. Une taille deux fois par an sera bénéfique en haie. Le thuya géant et le thuya du Canada sont les candidats parfaits pour la réalisation d'une haie.

Néanmoins, qui dit haie, dit surveillance plus régulière car les conifères ont tendance à être plus touchés par les maladies s'ils sont en nombre et proches.

Autres utilisations

Les thuyas sont également utilisés pour la création de bordures, pour embellir de grands pots, notamment les variétés naines, ou encore pour l'art des topiaires, à l'instar du buis ou du cyprès.

Thuya ou cyprès : quelle différence et lequel choisir ?

Thuya et cyprès sont très semblables d'autant qu'ils appartiennent à la même famille, celle des Cupressacées. Tous deux conifères au feuillage persistant, ils possèdent de nombreux points communs. Mais la croissance du cyprès s'avère plus rapide, ce qui peut être avantageux dans le cas de la réalisation d'une haie ou d'un brise-vue. Et pour cause, sa pousse est de 60 cm par an en moyenne contre 30 cm environ pour le thuya, notamment pour le thuya Bradant et le thuya Plicata.

Les thuyas sont plus volumineux alors que le cyprès, même s'il prend de l'épaisseur en grandissant, est plus fin. Si vous avez envie d'une haie de grande taille, nul doute, le thuya géant est tout trouvé même s'il grandit plus lentement.

Le choix doit aussi se faire en fonction du climat de votre région. Certaines variétés de thuyas supportent les températures négatives allant au-delà de -25 °C, alors que les variétés de cyprès, et c'est aussi valable pour le thuya géant, le vivront moins bien. Alors que les thuyas supportent la sécheresse, le cyprès, lui, n'en est pas friand, tout comme il n'aime pas les terres humides.

Sauf si vous souhaitez faire un choix entre les deux espèces de conifères, rien ne vous empêche de les mélanger afin de créer un ensemble ornemental original et très esthétique.

Quand et comment planter un thuya ?

Le thuya peut être planté à l'automne ou au printemps. Choisissez une zone isolée, à l'abri des vents et ensoleillée. Prévoyez un sol riche, profond et bien drainé.

  1. Creusez un trou volumineux
  2. Ajoutez du compost et du sable si vos sols sont argileux. Cela permettra d'obtenir un drainage plus important et ainsi, cela évitera l'humidité stagnante et l'apparition de maladies.
  3. Positionnez votre thuya
  4. Recouvrez de terreau
  5. Arrosez abondamment

L'arrosage doit rester régulier les premiers temps, notamment en cas de chaleur (1 fois par semaine) aux beaux jours.

Si votre thuya est conditionné en container, il peut être planté toute l'année, hors période de gel.

Quand et comment planter une haie de thuyas ?

Si vous envisagez de réaliser une haie de thuyas, mieux vaut le faire à l'automne. Cela laissera le temps à vos conifères de profiter des pluies de mi-saison.

  1. Pensez à espacer chaque arbre de vie de 1 mètre.
  2. Creusez des trous volumineux ou une tranchée.
  3. Fertilisez de suite afin de stimuler leur pousse (engrais de plantation, corne broyée).
  4. Si la terre est lourde ou argileuse, ajoutez du compost et du sable.
  5. Faites tremper chaque motte.
  6. Positionnez vos thuyas avec soin, en veillant à bien placer les racines et à laisser le collet visible.
  7. Recouvrez de terre.
  8. Arrosez abondamment, et, ce, de façon régulière, à raison d'une fois par semaine en cas de sécheresse.

Tailler des thuyas

La taille des thuyas peut être évitée en fonction du mode de culture. Les conifères isolés ne sont, ainsi, pas concernés par la taille. Celle des thuyas en haie ou en topiaire, oui. Opération bénéfique, elle peut se faire au printemps car cette saison est propice à leur repousse donc à une haie bien volumineuse. La taille d'été sert à freiner sa pousse au contraire, notamment si vos arbres deviennent envahissants ou s'ils perdent leur forme. Pour tailler, vous pouvez le faire de façon droite ou conique, selon la forme d'origine de vos conifères.

Maladies du thuya

Les maladies cryptogamiques sont courantes chez le thuya, surtout pour ceux érigés en haies en raison de leur proximité. La première règle d'or est donc de bien surveiller vos arbres. Ces maladies se manifestent par un brunissement des écailles, du feuillage. Pour en venir à bout, vous devez arracher les zones infectées. Et si les pieds sont touchés, nous vous conseillons de retirer le conifère entier.

Un autre mal peut sévir par ailleurs, le phytophtora cinnamomi, appelé aussi dépérissement des conifères. Il s'agit d'un champignon qui naît par temps de pluie trop abondante. Il crée un brunissement, puis dessèche les conifères jusqu'à leur dépérissement. Dans ce cas ultime, là aussi, coupez l'arbre. L'aliette peut être utilisé en prévention. Ce fongicide est particulièrement efficace pour venir à bout de ce champignon.

Les parasites courants, du type araignées rouges et cochenilles, n'aident pas non plus vos thuyas. Toute zone atteinte doit être supprimée. En prévention, appliquez de la bouille bordelaise ou du purin d'ortie.

Autres parasites connus de l'arbre de vie, les buprestes. Il s'agit d'insectes coléoptères xylophages. En pondant leurs œufs sur les branches, ils donnent naissance à des larves qui creusent et affaiblissent les écorces. A terme, cela peut entraîner la mort de vos conifères.

En gardant des thuyas en pleine forme et à l'abri de tout stress, vous éviterez la venue de ces coléoptères ravageurs qui, en général, s'attaquent aux arbres en faiblesse. Difficiles à combattre, ces insectes peuvent être écartés en appliquant un insecticide spécifique composé de deltaméhrine. Ce dernier est également utilisé lors d'épandages dans l'agriculture ou de traitements de démoustication.