Virose végétale : comment détecter et lutter contre les phytovirus ?

Phytovirus assez courants, les viroses végétales peuvent être conséquentes au point de détruire une plante entière. Les modes de transmission sont aussi complexes que la façon d'en venir à bout. Afin d'éviter de gros dégâts sur vos cultures, voici quelques conseils utiles pour prévenir ou réduire les effets destructeurs des viroses végétales.

Virose végétale : comment détecter et lutter contre les phytovirus ?
© slertwit/123RF

Comment détecter une infestation de viroses végétales ?

A l'origine

Les viroses végétales infestent les cellules vivantes des cultures de deux manières principales :

  • Elles profitent de l'état de faiblesse d'un végétal, après une bouture, un semis ou encore une greffe, par exemple ;
  • Elles sont apportées par d'autres hôtes qui, du coup, transmettent à plusieurs plantes. Cochenilles, thrips et pucerons sont les principaux vecteurs.

La douceur hivernale et l'humidité sont aussi des facteurs aggravants de l'installation du virus.

Quels sont les symptômes et dégâts causés par un phytovirus ?

Parmi les premiers signes assez reconnaissables, vous aurez une décoloration nette ou aléatoire des feuilles, notamment les plus jeunes. On parle de "mosaïque du feuillage" ou de marbrures. Le phytovirus finit par déformer, nécroser, faire jaunir, et dessécher complètement les feuilles plus anciennes.

Le phytovirus s'attaque aussi aux tiges dont il freine le développement et fait naître des nécroses. Quant aux fleurs, elles se nécrosent aussi et meurent.

Et sur les fruits et légumes des arbres et du potager ? Les viroses végétales déforment également les fruits et légumes qu'elles infectent ; vous remarquerez aussi une dépigmentation du feuillage, là aussi décoloré. Quand les marbrures se généralisent, cela signifie que le tissu végétal est mort. Le feuillage finit par se dessécher. La culture des fruits et légumes peut se réduire à peau de chagrin. Quant à ceux qui parviennent à se développer, ils sont en général de petite taille, mettent beaucoup de temps à mûrir et ont un rendu peu esthétique.

Quels sont les végétaux touchés par les viroses végétales ?

Difficiles parfois à détecter tant ils causent des dégâts variables d'un végétal à l'autre, les phytovirus tels que les viroses végétales touchent de nombreux végétaux :

  1. Parmi les plantes fleuries : les glaïeuls, les hortensias, les dahlias, les impatiens ou encore les tulipes ;
  2. Parmi les cultures du potager : les laitues, les pommes de terre, les concombres ou encore les tomates avec le "tomato brown rugose fruit virus" ;
  3. Par les arbres : les poiriers, les peupliers ou encore les cerisiers… Le phytovirus attaque aussi les vignes.

Comment lutter contre les viroses végétales ?

Pour éviter la propagation trop grande du phytovirus, voici quelques gestes préventifs à effectuer régulièrement ou au quotidien :

  • Entretenez votre terrain et le sol afin de ne pas favoriser un milieu propice au développement des viroses végétales : désherbez, taillez, coupez car les hôtes tels que les pucerons peuvent hiverner sans problème ;
  • Privilégiez des semences ou plants en godets certifiés et sûrs ;
  • Supprimez tous les végétaux atteints et brûlez-les sans attendre ;
  • Évitez toute opération de multiplication sur des plants ayant été infestés ou que vous soupçonnez de l'être.

Hormis ces quelques gestes, il n'y a malheureusement pas de traitement curatif face aux viroses végétales : la prévoyance est de donc de mise !

Parasites et maladies