Porte-greffe : comment bien le choisir pour réussir un greffage ?

Le greffage est un mode de multiplication qui associe deux arbres différents : une première variété d'arbre (qui donnera les fruits) est greffée sur un autre arbre, qui fournit les racines et une partie de son tronc. Il s'agit du porte-greffe et son importance est primordiale.

Porte-greffe : comment bien le choisir pour réussir un greffage ?
© Andrii Tsynhariuk/123RF

Quel est le rôle du porte-greffe ?

Le greffage de deux arbres est similaire à la greffe humaine  : on prélève un organe (le bourgeon d'un arbre que l'on souhaite multiplier, le greffon) que l'on vient fixer sur le corps (le tronc) d'un arbre receveur : il s'agit du porte-greffe. Les deux arbres se soudent alors ensemble. Cette technique est couramment utilisée pour multiplier les arbres fruitiers, les rosiers ou certaines autres variétés d'arbustes.

Le porte-greffe fournit les racines de l'arbre multiplié et l'influence sur plusieurs points :

  • sa hauteur
  • sa résistance aux maladies
  • sa résistance au froid (par exemple on peut greffer bon nombre d'agrumes sur Poncirus trifoliata, un agrume qui résiste à des températures allant jusqu'à -20 °C)
  • la vitesse de sa première production fruitière (la greffe permet de transmettre l'âge du donneur au receveur)
  • la qualité et la quantité de ses productions de fruits
  • son adaptation à certains types de sols : en effet certains fruitiers ont du mal à pousser sur des sols calcaires

Quel arbre choisir pour en faire un porte-greffe ?

Avant de choisir un porte-greffe, vérifiez sa compatibilité avec le greffon. Les deux arbres doivent appartenir à la même espèce ou à la même famille végétale. Dans l'idéal, pour une meilleure réussite de la greffe, le porte-greffe devrait être issu d'un semis (dans ce cas, on appelle ces arbres les francs). 

  • Pour l'abricotier : vous pouvez utiliser des variétés de pruniers par exemple la variété Prunus myrobolan qui permet une culture sur tous types de sols.
  • Pour les agrumes : le poncirus est l'espèce rustique la plus couramment utilisée comme porte-greffe pour les agrumes.
  • Pour l'amandier : il peut être greffé sur un pêcher franc dans des sols non-calcaires ou sur un Prunus myrobolan pour des sols calcaires.
  • Pour le cerisier : il s'adapte facilement. Vous pouvez le greffer sur un merisier Prunus cerasus avium ou sur un cerisier franc. Si vous souhaitez obtenir un arbre de grande forme, il pourra être greffé sur un merisier.
  • Pour le pêcher : en général, il fournit plus de fruits et vit plus longtemps quand il est cultivé en porte-greffe. Comme pour l'abricotier et de nombreux prunus, vous pouvez le greffer sur un Prunus myrobolan.
  • Pour le poirier : en France, les cognassiers sont souvent utilisés comme porte-greffes des poiriers.
  • Pour le prunier : le Prunus myrobolan sera également un excellent porte-greffe pour les pruniers. 
  • Pour le pommier : les porte-greffes pour les pommiers sont nombreux mais on retrouve souvent ces trois variétés : le pommier franc "bittenfelder" (Malus sylvestris), le pommier doucin (Malus pumila), le pommier paradis (Malus pumila).
  • Pour les rosiers : les églantiers (Rosa canina) sont souvent utilisés comme porte-greffes de rosiers. 

Comment faire un porte-greffe ?

Il existe différentes techniques pour le greffage : la greffe en fente est la plus facile. Si vous débutez, vous pouvez également utiliser la greffe en écusson ou en incrustation. Les techniques de la greffe en anglaise ou la greffe en placage sont plus complexes. 

Afin de maximiser vos chances de réussir votre greffage, prélevez des greffons sains et vigoureux, constitués de jeunes pousses de l'année prélevées à l'extrémité des branches. Soyez précis et rapides dans vos gestes, pour que la sève ne sèche pas.

Multiplication des végétaux