Entrez dans les backstages Vivienne Westwood

C'est au Palais de Tokyo qu'a été présentée la première collection Andreas Kronthaler pour Vivienne Westwood. Au programme, des pièces ultra féminines qui côtoient des silhouettes unisexe. Le look beauté, à la fois sombre et lumineux sied aussi bien aux femmes qu'aux hommes.

C'est dans les sous-sols du Palais de Tokyo, temple de l'art moderne à Paris, que nous découvrons les backstages du défilé de la créatrice anglaise. Et ce n'est pas un show comme les autres puisqu'il signe l'officialisation de la collaboration entre Vivienne Westwood et Andreas Kronthaler, son partenaire à la ville comme au podium. Le duo, pour son premier-né créatif, propose une collection empreinte de spiritualité, et plus précisément de Bouddhisme. On a pu voir des chapeaux tibétains faits de tissus précieux aux tons dorés, des "kesa" revisitées (robes portées par les moines tibétains ndlr). Mais le dressing Kronthaler X Westwood compte aussi des smoking oversize, des doudounes XXL et manteaux de fourrure. Un joyeux mélanges des genres qui, contre toute attente, fonctionne. 
La mise en beauté du défilé est plus sage que les saisons précédentes. Le make-up imaginé par Val Garland pour M.A.C met l'accent sur le noir. Mais un noir lumineux qui inspire la vie. La coiffure, très naturelle, est l'oeuvre d'Eugene Souleiman, Directeur artistique Monde Wella Professionals. Les cheveux sont libres mais texturisés afin d'obtenir un fini brillant. Marian Newman, s'est chargée de la manucure à travers laquelle on retrouve l'esprit Westwood. Les ongles teintés d'un bleu noir sont longs et limés en pointes. Les mains sont soignées mais rappellent le Londres punk. Découvrez les différents éléments du beauty look du défilé en images.

Entrez dans les backstages Vivienne Westwood
Entrez dans les backstages Vivienne Westwood

C'est dans les sous-sols du Palais de Tokyo, temple de l'art moderne à Paris, que nous découvrons les backstages du défilé de la créatrice anglaise. Et ce n'est pas un show comme les autres puisqu'il signe l'officialisation de la...