Sport à l'école : 30 minutes par jour en primaire

Ce 8 juin, Emmanuel Macron a confirmé que la pratique de 30 minutes de sport par jour à l'école primaire deviendra obligatoire à la rentrée scolaire de septembre dans les écoles primaires. 500000 élèves de 7000 écoles volontaires appliquent déjà ce dispositif qui a pour objectif de lutter contre la sédentarité des enfants.

Sport à l'école : 30 minutes par jour en primaire
© Stylephotographs-123RF

[Mise à jour du 9 juin 2022]. Ce 8 juin, lors d'un déplacement en Seine-Saint-Denis, Emmanuel Macron a insisté sur l'importance du sport à l'école et a confirmé que 30 minutes d'activités physiques seront bien obligatoires dès la rentrée prochaine "dans toutes les classes de primaires". "Le sport (...) c'est hyper important pour avoir des médailles (aux Jeux Olympiques) mais c'est aussi essentiel (pour être) en bonne santé", notamment parce qu'il permet de lutter contre le surpoids et plein de maladies", a expliqué le chef de l'Etat. Près de 500 000 élèves de 7000 écoles volontaires appliquent déjà ce dispositif qui a pour objectif de lutter contre la sédentarité des enfants et ses conséquences négatives sur leur santé. Aussi, à l'occasion du Comité interministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, l'Etat s'était engagé à généraliser les "30 minutes d'activité physique quotidienne" dans l'intégralité des écoles élémentaires d'ici 2024, soit près de 36 000 écoles, en complément des trois heures d'EPS par semaine. Des financements du ministère de l'Education nationale devraient permettre de doter les écoles primaires de matériel sportif.

En janvier dernier avaient été publiées au Bulletin officiel de l'Éducation nationale deux circulaires majeures : 30 minutes d'activité physique quotidienne et Une école – un club qui renforcent encore la place du sport dans le cadre scolaire.

Le sport à l'école : un enjeu de santé, d'épanouissement, d'égalité et de réussite

"Les valeurs du sport sont celles de la République : respect d'autrui, engagement, don de soi", avait rappelé Jean-Michel Blanquer en février 2021 lors de la 5e édition de la Semaine Olympique et Paralympique,. "Nous voulons renforcer la place du sport et du corps à l'école : pour inscrire dès le plus jeune âge un rituel sportif durable dans la vie de l'enfant, contribuer à la réussite des élèves et à l'égalité des chances, mais aussi forger des citoyens éclairés., avait pour sa part déclaré Roxana Maracineanu. Le ministre de l'Education et son homologue des sports de l'époque avaient insisté sur l'importance d'encourager la pratique du sport à l'école, non seulement pour offrir aux élèves la pratique régulière d'une activité physique mais aussi pour encourager le "vivre ensemble". Outre l'ambition d'offrir 30 minutes de sport par jour aux élèves, le projet est construit autour de deux actes prioritaires : l'apprentissage de la natation et la prévention des noyades avec le plan "aisance aquatique", et le plan "savoir rouler à vélo" qui s'adresse aux 6/11 ans. Deux apprentissages qui viennent s'ajouter "aux savoirs fondamentaux que porte l'école : lire, écrire, compter.

  • Savoir rouler à vélo : permettre aux élèves d'apprendre à faire du vélo et à le maîtriser, mais aussi à connaître les panneaux de signalisation et à s'initier au code de la route. L'objectif de ces 10 heures de formation destinées aux enfants de 6 à 11 ans est de permettre "la pratique du vélo en autonomie pour l'ensemble des enfants avant l'entrée au collège." Le déploiement de cet apprentissage dans le cadre scolaire ou périscolaire doit avoir lieu massivement d'ici 2022.
  • Aisance aquatique : l'objectif de ce plan initié en avril 2019 est de permettre aux enfants dès le plus jeune âge d'être à l'aise dans l'eau et d'apprendre la natation. Il vise les enfants  dès le plus jeune âge puisqu'il s'adresse aux écoliers âgés de 4 à 6 ans dans le cadre d'un apprentissage dans le temps scolaire, périscolaire ou extrascolaire.

Ecole maternelle et primaire