Motricité : fine, globlale, activités avec bébé

Sandra Noel, psychomotricienne, nous éclaire sur les différents types de motricité et leur rôle dans le développement de l'enfant.

Motricité : fine, globlale, activités avec bébé
© domen.grogl@gmail.com

Quels sont les différents types de motricité ? 

Si la motricité est l'ensemble des facultés motrices d'un individu, elle ne peut être résumé en quelques mots. Il n'existe pas une motricité mais plusieurs. "Notre motricité nous permet de communiquer, d'apprendre et de s'enrichir cognitivement mais aussi de s'exprimer affectivement et tout cela dans les deux sens. C'est autant pour donner que pour recevoir.",  explique Sandra Noel, psychomotricienne

La motricité globale 

"La motricité globale correspond aux activités motrices générales, cela comprend notamment les grandes coordinations/dissociations entre le haut et le bas du corps mais aussi entre les 4 membres". détaille la spécialiste. "Cela nous permet de nous mouvoir en régulant posture et action. Cela permet des compétences de maitrise corporelle comme la gestion des équilibres. Mais c'est aussi des capacités intimement liées à l'activité cognitive avec le besoin conscient ou inconscient d'une planification et d'une programmation gestuelle et à la rectification si besoin, qu'on appelle feedback.", ajoute-t-elle. 

La motricité fine

"La motricité fine est dissociée de la motricité globale car elle entraine une posture générale plus stabilisée pour favoriser la motricité des membres supérieurs", définit la spécialiste. Dans la motricité fine, on retrouve de nombreux aspects : 

- soit on se situe selon les différents types : préhension, coordinations bi-manuelles, prise d'outils, déliement digital etc.

- soit on se situe en fonction des étapes : on retrouve d'abord la préhension, les coordinations similaires puis complémentaires qui permettent d'investir l'espace dans son ensemble, puis progressivement elle joue un rôle clef dans l'autonomie avec les praxies d'habillage puis dans les praxies d'apprentissages avec le dessin/le découpage. 

Le graphisme

"Le graphisme est une composante encore plus complexe que la motricité fine, on la dissocie souvent car ce sont vraiment des coordinations à part entière", rappelle Sandra Noel. On retrouve 3 niveaux dans ce domaine : la motricité, le perceptif (l'espace est un élément fondamental en psychomotricité, un corps se meut forcément dans un espace) et le représentatif. 

la motricité relationnelle

La motricité ne se limite pas aux activités purement motrices. D'un point de vue psycho-cognitivo-affectif, on retrouve la motricité relationnelle liée au dialogue infraverbal. "Ce sont par exemple les gestes symboliques mais aussi dès le plus jeune âge le dialogue tonico-émotionnel présent entre le nourrisson et ses parents. La motricité est aussi une source d'apprentissage avec l'imitation gestuelle qui joue un rôle très important dans le développement, notamment des fonctions cognitives.", explique la spécialiste.  Enfin, notre motricité amène au fur et à mesure une meilleure représentation de notre corps ce qu'on appelle en psychomotricité le schéma corporel. Notre posture, nos gestes sont intimement liés à cette connaissance.

Activité motrice : de quoi s'agit-il ?

Après avoir défini les différents types de motricité, il est plus aisé de comprendre ce qu'est une activité motrice. Il s'agit d'une action complexe que la Sandra Noel résume par cet enchainement : 

Intentionnalité ou non => planification motrice (analyse des différentes possibilités) => programmation motrice (choix du schèma moteur qui va être utilisé => réalisation motrice => constat avec feedback de modification ou de validation.

La motricité libre : qu'est-ce que c'est ? 

La motricité libre, ou motricité autonome, est un concept inventé par Emmi Pikler dans les années 60. Cette pédiatre hongroise est la première à avoir observé et théorisé le rôle primordial joué par l'activité spontanée dans le développement du bébé. "C'est un concept clé pour le développement de l'enfant car cela consiste à créer un environnement favorable à l'enfant pour se développer sans avoir besoin de le solliciter passivement. C'est le rendre actif de son développement.", détaille Sandra Noel. 

L'objectif de la motricité libre n'est évidemment pas de laisser l'enfant seul sur un tapis et d'attendre ses premières acquisitions. "Le but est de trouver des espaces adaptés au développement du bébé, apprendre à le regarder pour comprendre ses besoins afin de le guider verbalement et dans le jeu vers les nouvelles acquisitions qu'il a envie de faire.", explique la psychomotricienne. On évitera par exemple d'asseoir un enfant qui ne sait pas le faire seul car il dépend alors de l'adulte pour faire cette action.

La motricité libre est très à la mode depuis quelques années, et les jeunes parents encouragés à laisser leur bébé évoluer à son rythme, sans brûler les étapes. Une méthode qui présente de nombreux avantages. "La motricité libre permet à l'enfant de ne pas passer d'étapes de développement. Elle valorise ses compétences et permet de construire chez lui une belle estime de soi et une confiance en lui. Cela crée aussi de la motivation chez l'enfant et de bonnes compétences exploratoires," ajoute Sandra Noel. Elle a également un intérêt pour les parents car, l'enfant gagnant en autonomie, elle permet d'éviter de tomber dans des dépendances inutiles où l'enfant sollicite en permanence son parent pour accomplir une action, par exemple pour se mettre en position assise. 

Quel est le rôle du psychomotricien ?

"Notre champ d'action est très vaste et concerne tout le monde, du nourrisson à la personne âgée.", explique Sandra Noel. Cette dernière rappelle que la psychomotricité est au carrefour entre la motricité, l'affectivité et le cognitif. Le rôle du psychomotricien va ainsi de la prévention à la rééducation et concerne tous les domaines psychomoteurs : motricité globale, fine, graphisme, latéralité, schéma corporel, sensorialité, tonus, organisation spatio-temporelle, attention. "Chez l'enfant, on l'aidera dans son développement psychomoteur par des activités ludiques avec un climat thérapeutique contenant et valorisant. Pour les parents, nous sommes présents en guidance parentale pour les aider à aiguiser leur regard et les aider dans leur quotidien de parents par rapport aux fonctions psychomotrices de leur enfant.", détaille la spécialiste.  

Merci à Sandra Noel, psychomotricienne 

Développement du bébé