A quoi vont ressembler les nouveaux internats ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé la création d'une centaine d'internats d'excellence d'ici à 2022. Un projet ambitieux destiné à dépoussiérer un modèle en perte de vitesse.

A quoi vont ressembler les nouveaux internats ?
© rawpixel

Pour certains, l'internat sonne comme une menace aux mauvais résultats, un synonyme d'adieux déchirants avec les parents et les copains, un grand sentiment de solitude. A l'inverse, d'anciens internes louent un formidable outil d'émancipation et une possibilité d'enrichissement infini. Pour réconcilier les élèves avec cette formule éducative, le ministre de l'Education a détaillé, ce lundi 1er juillet, son Plan internat, "un projet éducatif ambitieux". Jean-Michel Blanquer prévoit donc de relancer 240 établissements et revitaliser un modèle en perte de vitesse en accueillant 13 000 élèves supplémentaires. Depuis les années 60, le pourcentage des internes au sein des effectifs du second degré public est en baisse constante, passant de 22% en 1961 à seulement 3,6% en 2018. Résultat, un grand nombre d'établissements ont aujourd'hui des lits vides.

Des internats d'excellence ouvert à tous

Comme l'a annoncé d'emblée le ministre de l'éducation nationale en ouverture de la conférence de presse : le gouvernement veut redonner aux élèves l'envie d'être interne :"il faut susciter le désir, l'appétit d'internat chez les jeunes d'aujourd'hui". Comment le gouvernement compte-t-il s'y prendre ? Premièrement, en adaptant le mode de fonctionnement des établissements aux besoins des élèves, des familles, et des territoires. Mais aussi en rendant ces internats accessibles à tous. "La politique d'égalité des chances que nous menons passe aussi par l'internat qui permet d'étoffer l'accompagnement pédagogique des élèves, de renforcer le suivi des enseignements et d'enrichir l'offre culturelle. C'est un élément majeur pour lutter contre les déterminismes sociaux et donner accès à tous à l'excellence scolaire". Ainsi ces internats visent tous les types d'élèves et de populations. Certains établissements seront situés à proximité "des quartiers", mais d'autres ouvrirons "dans les villes et les territoires ruraux". Jean-Michel Blanquer l'a rappelé à plusieurs reprises, ces internats ne seront pas seulement destinés aux collégiens et lycéens modestes car "il faut introduire de la mixité sociale". Si les résultats scolaires seront pris en compte dans la sélection des élèves, l'élément le plus important de la candidature sera une lettre de motivation dans laquelle le collégien ou le lycéen devra montrer "son envie et sa motivation". 

Trois nouvelles catégories d'internats

Trois grandes catégories d'internat vont ainsi voir le jour, avec chacun un programme éducatif bien distinct. 

  • 100 résidences à thèmes

Ces établissements accueilleront les élèves, principalement dans les collèges des zones rurales et de montagne. L'internat ne sera pas seulement un lieu où les jeunes seront hébergés. Il s'agira "d'un projet éducatif construit autour de thèmes porteurs pour l'avenir des élèves", a précisé le ministreLe projet éducatif de ces internats sera bâti autour de sept thématiques : les arts, le sport, le numérique, l'ouverture internationale, l'environnement, la biodiversité et les sciences.

  • 100 internats d'excellence

Ces internats d'excellence concerneront les quartiers et les jeunes de l'éducation prioritaire. Ils seront créés dans ou à proximité des établissements scolaires des quartiers, avec une politique d'affectation par projet. Le gouvernement veut impliquer les familles et faire de ces internats "une promesse de réussite scolaire grâce à une offre pédagogique et éducative ambitieuse et un accompagnement personnalisé renforcé."

  • 40 internats des campus pro

Ces établissement seront destinés à promouvoir la voie professionnelle et accompagner les élèves préparant un CAP, un bac professionnel ou un BTS. 

Des mesures financières pour accompagner le coût de l'opération

Construction de nouveaux bâtiments ou rénovation, embauches et formation du personnel, accueil des élèves... Le coût de l'opération s'annonce colossal. Pour accompagner les collectivités, la Caisse des dépôts et consignations a mis en place un nouvel instrument de financement baptisé "Édu Prêt". Doté d'un milliard d'euros, il est destiné à la construction, la rénovation et la transformation du bâti scolaire des collectivités locales. Du côté des familles, le gouvernement promet une revalorisation de la "prime internat" (qui s'élève actuellement à 258 euros) mais sans préciser le montant exact de cette augmentation. Jean-Michel Blanquer a également précisé que les fonds sociaux du ministère de l'éducation seront mobilisés pour aider les internes lycéens professionnels. 

Lire aussi

A quoi vont ressembler les nouveaux internats ?
A quoi vont ressembler les nouveaux internats ?

Pour certains, l'internat sonne comme une menace aux mauvais résultats, un synonyme d'adieux déchirants avec les parents et les copains, un grand sentiment de solitude. A l'inverse, d'anciens internes louent un formidable outil...