Syndrome du biberon : comment éviter les caries du biberon ?

Le syndrome du biberon, ou carie du biberon, peut se produire chez les bébés qui s'endorment en tétant. Le pédiatre Arnault Pfersdorff nous explique comment il se manifeste et nous livre ses conseils.

Syndrome du biberon : comment éviter les caries du biberon ?
© 123RF / famveldman

Le syndrome du biberon peut intriguer. Aussi appelé carie du biberon, il peut se manifester quand de mauvaises habitudes sont prises pour que l'enfant s'endorme. Si cela se produit, on vous explique comment réagir et les risques que cela représente pour le bébé, avec les conseils du Dr Arnault Pfersdorff, pédiatre.

Qu'est-ce que le syndrome du biberon ?

Le syndrome du biberon va provoquer des caries précoces de l'enfant (CPE), c'est pour cela qu'on l'appelle aussi carie du biberon."Cela se produit chez les enfants dont les parents ont tendance à les laisser s'endormir avec un biberon. En général, il contient quelque chose que le bébé veut bien boire, donc c'est souvent du lait ou une tisane légèrement sucrée. Cela va provoquer des caries car les parents le font généralement dès que leur nourrisson a ses premières dents, voire même avant qu'elles soient sorties", explique le Dr Pfersdorff. Lorsque cette habitude se met en place, c'est souvent parce que le tout-petit a du mal à s'endormir seul, et donc le biberon va le rassurer. "L'enfant, en tétant, en suçant, va s'apaiser. Il va fabriquer des endorphines du bien-être, qui vont l'aider à s'endormir", précise le pédiatre. Le cas se présente parfois dès l'âge de 6-7 mois, chez des enfants qui ont déjà la motricité fine suffisante pour tenir leur biberon seuls dans leur lit.

Syndrome du biberon et allaitement

Au vu du nom, on peut se demander si le phénomène peut aussi se produire quand on allaite, par exemple avec la tétée de confort avant de coucher l'enfant. Arnault Pfersdorff souligne qu'il s'agit de deux phénomènes différents : "Il faut bien distinguer les nourrissons à qui on donne le sein ou un biberon supplémentaire parce qu'ils ne s'endorment pas, et les bébés plus grands, qu'on laisse avec un biberon dans le lit. Ce dont deux problèmes distincts". Dans le premier cas, ce n'est pas forcément une bonne chose, puisque l'enfant risque de prendre l'habitude de s'endormir ainsi. "L'inconvénient, c'est que si ce n'est pas l'heure du repas, le bébé va avoir une tétée en plus, ce qui peut créer une surcharge pondérale. En plus, il va digérer pendant son sommeil, ce qui n'est pas forcément conseillé, surtout après un repas supplémentaire. Il va se réveiller une ou deux heures après, parce qu'il aura peut-être des gaz ou des coliques, donc cela ne va pas régler le problème longtemps. Je vois parfois des parents qui donnent 4 à 5 tétées par nuit à leur enfant de 3 ou 4 mois, alors qu'il ne devrait plus manger autant la nuit, en particulier quand on arrive vers la diversification alimentaire", indique le pédiatre. Dans l'autre cas, il s'agit uniquement des enfants que l'on met dans le lit avec un biberon, et ce sont eux qui ont un risque de développer des caries dentaires.

Pourquoi cela favorise-t-il les caries ?

"Dans le biberon, il y a des hydrates de carbone, des glucides, pour simplifier : du sucre. S'il faut absolument éviter de coucher un enfant en lui laissant un biberon dans son lit, c'est parce que ces nutriments vont fermenter entre les dents", explique le Dr Pfersdorff. Cela va permettre à des bactéries de se développer, qui vont attaquer les dents, créant ainsi des caries.

Des dents de lait abîmées

Si un enfant a des caries du biberon, cela va se voir sur sa dentition. "Les dents vont prendre une coloration inhabituelle, noircir notamment. Ensuite, on verra apparaître des caries, des trous dans les dents", indique notre pédiatre.

Syndrome du biberon : que faire ?

Il est recommandé d'avoir un suivi régulier chez le pédiatre, entre autres pour prévenir les risques. "Si une ou plusieurs dents sont atteintes, le danger est que la dent primitive atteinte par une carie ou une infection mette en péril les autres dents, mais aussi la dent définitive qui doit venir derrière", indique le Dr Pfersdorff. Si le médecin de l'enfant constate un problème, il sera recommandé d'aller chez le dentiste. En fonction de l'importance de la carie, celui-ci pourra décider, ou non, de retirer la dent.

Ne pas laisser l'enfant s'endormir avec un biberon

Pour éviter le syndrome du biberon, le meilleur moyen reste la prévention. Il faut donc trouver d'autres solutions pour l'aider à s'endormir. "En fonction de son âge, il existe de nombreuses alternatives. Notamment, mettre en place un rituel du coucher, qui sera différent en fonction de l'âge de l'enfant", explique le pédiatre. Chez les petits d'environ 8 mois, l'angoisse de la séparation apparaît, ils ont donc besoin d'être apaisés au moment de se coucher. "Il est recommandé de l'emmener dans sa chambre, le mettre au lit et attendre un peu avant d'éteindre la lumière. Il ne faut pas de précipitation. On peut aller dans sa chambre en lui expliquant : "On va aller jouer un peu avant d'aller au lit". Cette phrase est très importante car il y a "aller au lit", ce qui permet de prévenir l'enfant, mais aussi "on va jouer". Donc il comprend que ses parents ne vont pas le laisser seul immédiatement et il sera moins angoissé. Cela permet aussi de gagner sa confiance, sans le forcer. L'idée, c'est que l'enfant doit adhérer à tout projet, sans lui dire : "c'est comme ça, tu vas au lit". Au lieu de cela, il faut le rassurer et lui expliquer pourquoi il doit se reposer, en utilisant des phrases simples et un ton bienveillant, que mêmes les bébés peuvent comprendre", recommande Arnault Pfersdorff. Assurez-vous enfin qu'il a bien mangé au dîner et évitez de trop le stimuler avant le coucher. D'autres choses peuvent aussi rassurer votre tout-petit pour éviter qu'il ne s'endorme avec un biberon : lui laisser un doudou ou l'un de vos vêtements avec votre odeur, ou encore entrouvrir la porte et laisser la lumière du couloir allumée.

Merci au pédiatre Arnault Pfersdorff,  auteur du livre 140 jeux d'éveil pour préparer mon enfant à la maternelle (Editions Hatier)