Pin parasol

Reconnaissable entre mille de par sa forme en parasol, le pin parasol (pinus pinea), connu aussi sous les appellations de pin pinier, pin d'Italie ou encore de pin pignon, de la délicieuse graine issue de ses fruits, les pommes de pins, est un arbre typique de la Méditerranée. Pour qu'il se sente bien, ce sculptural conifère, pouvant dépasser les 20 mètres de haut et les 15 mètre de circonférence, a besoin d'une terre profonde, de tailles réalisées dans les règles de l'art et d'un arrosage bien mené durant ses jeunes années.

Pin parasol
© Claudia Evans/123RF

Où planter un pin parasol ?

Tolérant, le pin parasol s'adapte à de nombreuses natures de sols mais idéalement, des terres sèches et dépourvues de calcaire : la zone méditerranéenne lui convient donc parfaitement d'autant qu'il fait un végétal d'ombrage idéal sur les terrasses et dans les jardins.

Peu rustique, le pin pinier ne pourra supporter des températures négatives au-delà de 12 °C. Ni trop venteux, ni trop ombragé, l'emplacement devra donc être ensoleillé et peu soumis aux courants d'air, notamment les premières années.

Quant au sol, il doit être à la fois profond et bien drainé. A l'instar du gel et du vent, l'humidité ne réussit pas au pin pignon. L'ajout de sable lors de sa plantation est donc plus une recommandation qu'une option.

Quand et comment planter un pin parasol ?

Le pin parasol peut être planté à l'automne ou entre mars et juin selon la région. Bien entendu, privilégiez la seconde période de plantation si vous vivez hors de la Méditerranée, dans une région plus froide, en veillant à ce que les dernières gelées soient passées.
L'emplacement est essentiel, comme pour chaque plante et arbre. Le pin parasol a besoin d'espace (car il en prend beaucoup), de soleil et d'une terre de qualité à la fois profonde, légère, fraîche et drainée, dépourvue de calcaire et d'humidité. Pour bien planter votre conifère :

  1. Réalisez un trou de 1 mètre de circonférence et de 1 mètre de profondeur minimum ;
  2. Veillez à ce que le trou soit net, à savoir sans cailloux ni racines diverses ;
  3. Pour vous assurer le bon drainage du sol, ajoutez du sable à votre terre de jardin si nécessaire ;
  4. Déposez du compost ou du fumier pour enrichir le sol ;
  5. Après avoir immergé votre motte, positionnez-la dans le trou ;
  6. Placez des tuteurs de soutien dans la foulée si vous le souhaitez sans pour autant les attacher le jour même au tronc : patientez quelques jours ;
  7. Prenez le temps de bien placer les racines ;
  8. Recouvrez de terre et tassez, en veillant à ce que les racines soient entourées de terre ;
  9. Arrosez généreusement et régulièrement même s'il devait pleuvoir par la suite : cela encouragera l'enracinement ;
  10. N'hésitez pas à installer un paillage à base de pin maritime pour empêcher les adventices de pousser.

Comment tuteurer un pin parasol ?

Alors qu'une fleur peut évoluer seule, un arbre aura tendance à ne pas être correctement intégré dans le sol car ses racines ne peuvent assez se développer dans les profondeurs. Alors que les premières années de sa croissance sont essentielles, votre pin parasol débute donc sa jeune vie de façon peu optimale. Le tuteuter favorisa un bon développement mais veillez à laisser le tronc libre de se mouvoir.

Piquet droit, piquet oblique ou haubans font partie des différentes techniques de tuteurage d'un arbre. La dernière technique est recommandée pour les conifères étant donné que le vent peut déstabiliser la bonne croissance de leurs tiges. Le fait d'installer trois piquets, de bois de préférence, à distance égale, en y ajoutant des cordages à la même hauteur pour chacun des piquets, sera ainsi une technique efficace et durable.

Entretenir un pin parasol

Arrosage

L'arrosage d'un pin parasol est important, tous les 15 jours la première année car cela permet au système racinaire de prendre ses aises. N'hésitez pas à arroser généreusement lors des premières périodes estivales.

Amendement

A chaque printemps, ajoutez un peu de compost pour renouveler un peu la terre et faire du bien aux racines.

Prudence avec les jeunes plants

Le pin parasol est un conifère résistant mais les plus jeunes ont besoin de plus de soin : face au vent, au gel et à la chaleur. Préservez-le au mieux.

Récolte des pommes de pin

La récole des pommes de pin et des fameux pignons, graines dont elles sont issues et ingrédients phares en cuisine, peut se dérouler entre la fin de l'été et le début du printemps suivant. Pour savoir si les pommes sont mûres, c'est simple : les pignons peuvent être récupérés facilement car les pommes sont logiquement entrouvertes.

Quel engrais pour un pin parasol ?

Il n'y a pas réellement d'engrais spécifique pour le pin parasol. Mais vous pouvez amender votre terre et l'enrichir grâce à un apport de compost, de fumier ou encore, de corne broyée. Idéalement, à chaque printemps. Cela permet de renouveler la terre régulièrement, ce qui dynamise le conifère, et de favoriser la croissance.

Inconvénients du pin parasol

Arbre majestueux et très esthétique, le pin parasol présente tout de même quelques inconvénients. Deux en particulier.

  • Le premier est sa faible rusticité. En effet, le conifère, surtout les premières années, craint vraiment le gel, ce qui complique sa plantation dans de nombreuses régions françaises. Vous devrez donc, si vous avez envie d'un pin pignon dans votre jardin, le planter dans les meilleures conditions et lui installer, au minimum, un paillage adapté lors des périodes hivernales.
  • Le second est son système racinaire. Pour cause, alors qu'il se développe en profondeur les premiers temps, et c'est d'ailleurs indispensable pour son bon développement, les racines ont tendance à pousser en surface par la suite, traçant de puissants sillons, parfois visibles. En plus d'être un arbre imposant de par sa taille, le pin parasol peut ainsi aussi causer des dégâts en raison du mode de croissance de son système racinaire. Les plus classiques étant la dégradations des sols, canalisations ou murs.

Comment tailler un pin parasol ?

Le pin parasol devient vraiment un pin en forme de parasol après 10 ans minimum. Durant ce laps de temps, il se développe lentement mais sûrement et a besoin de tailles d'entretien et de forme. En général, les banches situées en bas ne résistent pas et finissent par mourir. Ce qui encourage à tailler le conifère en forme de parasol.

La taille du pin parasol se réalise soit en automne, soit en été, hors gel et canicule. Supprimez les branches sèches ou mortes de façon régulière. Retirez celles qui sont mal formées ou faisant triste mine : cela harmonisera l'arbre et donnera plus d'espace aux branches. N'hésitez pas à appliquer du mastic spécial cicatrisation afin de pas le fragiliser car toute taille peut être traumatisante.

La taille du pin parasol doit être réussie pour la simple raison que votre conifère pourrait ne pas s'en remettre. C'est pourquoi il y a quelques règles à respecter : ne coupez jamais la tête d'un pin parasol car vous le condamneriez. Maintenez les branches supérieures de votre pin contrairement aux inférieures, ce qui ne fera qu'optimiser la forme en parasol (forme naturelle au demeurant) mais aussi de laisser passer le soleil.

Comment stopper les racines d'un pin parasol ?

Le système racinaire d'un pin parasol est puissant et se développe à l'horizontal au fur et mesure. Il peut causer des dégâts et le cas du béton perforé ou déformé est l'exemple le plus commun. Mais pas seulement. Le pin pinier peut aussi causer des dégâts à votre maison elle-même s'il en est trop proche.

Tailler les branches ne suffira pas à le freiner. Le mieux est donc de miser sur une barrière anti-racines. Un système très utilisé par les professionnels de la voirie en général. La barrière anti-racines peut vous être d'un grand secours si votre conifère menace la stabilité de votre sol ou les fondations de votre maison. Idéalement, elle est à mettre en place dès la plantation de votre conifère, quand les racines sont encore peu développées. Il s'agit d'une bâche de protection en plastique assez épaisse spécialement conçue pour canaliser les racines.

Pour bien installer une barrière anti-racines, il faut respecter des étapes clés :

  1. Creusez une tranchée étroite mais suffisamment éloignée des racines de votre pin de façon à ce qu'elles puissent malgré tout se développer autrement et sans abîmer votre réseau enterré ;
  2. Positionnez la barrière au bord de votre tranchée afin de faire dévier le système racinaire, au plus près du niveau du sol ;
  3. Couper les racines de cette ampleur risque de tuer votre arbre, notamment en les blessant et en faisant venir des bactéries. La coupe doit donc être nette et propre. Munissez-vous d'un sécateur désinfecté et même trempé au préalable dans un antifongique ou dans de l'alcool à 70°C ;
  4. Une fois l'ensemble positionné, vous pouvez combler l'espace créé entre la barrière et le système racinaire en ajoutant de la terre de jardin, du terreau et du sable.

Comment reconnaître un pin parasol ?

La façon la plus facile pour reconnaître un pin parasol est sa forme elle-même ! La forme en parasol est même un symbole et encore plus en Méditerranée où ce beau conifère est souvent associé aux chants des cigales. Cette forme de parasol, ou de couronne, devient d'ailleurs imposante dans le ciel, pouvant atteindre les 15 m de circonférence. Une autre caractéristique permet d'identifier un pin parasol : son écorce, craquelée et nuancée de rouge.

Nuisibles du pin parasol

Les premiers ennemis du pin parasol, mais aussi de nombreux pins, demeurent les chenilles processionnaires. Formant des nids de couleur blanche en automne, ces redoutables parasites colonisent les conifères après quelques semaines, se reproduisant en nombre. En plus de faire jaunir les branches, elles peuvent être dangereuses pour vous et vos animaux puisque leurs poils sont urticants et entraînent des lésions et irritations plus ou moins graves. Face aux chenilles processionnaires, il n'y a malheureusement que peu de traitements naturels. Mais il existe un insecticide biologique très utilisé pour venir à bout des chenilles : le bacillus thuringiensis. Le tout en portant des gants et en évitant tout contact. Si nécessaire, brûlez les parties endommagées.

D'autres insectes, courants, peuvent se manifester autour de votre pin parasol, tels que les pucerons et les acariens. Ils peuvent ralentir sa croissance. Pour les freiner, vous pouvez vaporiser du savon noir dilué dans de l'eau par exemple.

Variétés de pin parasol

  • Le pinus fragilis ressemble beaucoup au pinus pinea, espèce type, même si ses pignons sont de plus petite taille ;
  • Le pinus cretica, lui aussi très similaire au pin parasol, avec des aiguilles plus fines ;
  • Le Silver Crest possède une forme très compacté et d'un vert bien expressif ;
  • Le pinus correvoniana fait partie des variétés naines de l'espèce type ; ses aiguilles sont épaisses et d'un vert sombre ;
  • Le Montreaux présente un port en forme d'arbuste et des aiguilles de petite taille ;
  • Le Queensway est une autre variété naine très semblable au pin parasol.

Pin parasol en pot : comment le cultiver ?

La culture du pin parasol peut être réalisée en pot, comme c'est le cas avec d'autres variétés. Bien entendu, ce pot devra être volumineux, c'est la base.

  1. Pensez à ajouter tout d'abord des gravillons pour le drainage ;
  2. Déposez 2/3 de terreau de plantation et 1/3 de sable ;
  3. Ajoutez un peu de corne broyée si vous le souhaitez afin de favoriser la croissance des racines ;
  4. Déposez la motte de votre conifère bien au centre en veillant à placer correctement ses racines ;
  5. Recouvrez le tout avec le reste de terreau et de sable, en ajoutant s'il le faut du compost ou du fumier pour amender votre mélange ;
  6. Tassez sans pour autant écraser votre terre ;
  7. Arrosez bien et, ce, de façon régulière lors de premiers étés surtout, sans jamais d'excès d'humidité.

Enfin, pour lui assurer des jours heureux en pot, veillez à l'emplacement, ensoleillé et peu venté, et à le protéger en hiver à l'aide d'un paillage ou d'un voile d'hivernage.