Charme

Arbre caduc célèbre pour avoir embelli les jardins à la française, le charme (Carpinus), appelé aussi charmaie, charmille ou charme commun, a été laissé de côté depuis. Pourtant, le port de cet arbre, originaire d'Asie mineure et d'Europe, autant que son feuillage, très nervuré comme en forme d'éventail à chaque feuille, attisent l'intérêt. Ornemental et décoratif, qu'il soit en haie ou isolé, le charme a aussi l'avantage de se cultiver facilement, presque en solitaire.

Charme
© 123RF
  • Nom scientifique : Carpinus
  • Famille : Bétulacées
  • Variétés : Carpinus betulus (fastigiata, pendula, purpurea, frans fontaine, columnaris), carpinus laxiflora, carpinus polyneura Franch, carpinus caroliniana, carpinus coreana, carpinus faginea, carpinus henryana, carpinus turczaninowii, carpinus japonica, carpinus orientalis, carpinus viminea
  • Couleur des fleurs : Fleurs jaunes, Fleurs vertes
  • Plantation : Plantation en décembre, Plantation en janvier, Plantation en février
  • Exposition : Soleil, Mi-ombre
  • Type de sol : Argileux, humifère
  • Utilisation : En bordure, Dans la pelouse, Dans une haie, Isolé
  • Floraison : Floraison en mars, Floraison en avril
  • Feuillage : Caduc
  • Maladies, animaux nuisibles : Chlorose, oïdium, rouille, phytoptes du charme
  • Arrosage : Moyen
  • Croissance : Rapide
  • Longévité : Vivace
  • Hauteur : de 10 à 25 mètres
  • Symbolique : Bien-être, loyauté (culture celte)
  • Vertus médicinales : les bourgeons, anti-inflammatoires, antihémmoragiques, antispasmodiques

Le charme, "à la française"

S'il est un arbre, avec le buis, qui a dignement représenté l'art de la topiaire et les jardins à la française, très architecturés, c'est bien le charme (Carpinus). Arbre indigène, il pousse spontanément sur nos sols depuis fort longtemps. Isolé ou en haie, où il se prénomme charmille, le charme bénéficie de formes variées : pyramidale (conique) ou tombant (pleureur).

Malgré son prestige et sa robustesse, il semble être aux abonnés absents dans le cœur des jardiniers. Et pourtant, entre son tronc, constitué d'une écorce aux tons gris clairs à pâles, pouvant être droit, tortueux ou en forme de buisson, et ses feuilles nervurées et dentelées changeant de couleur au fil des saisons, l'arbre à feuilles caduques le plus emblématique de France a belle allure. Une allure très décorative car il a la particularité d'être marcescent : quelle que soit la saison, son feuillage reste bien accroché aux branches. Vert doux et franc aux beaux jours, il prend des tons or à l'automne, puis bruns en hiver.

Quand et comment planter un charme commun ?

Nature du sol

La plantation du charme peut se faire durant l'hiver. Trouvez un emplacement à l'ombre ou à la mi-ombre car le soleil ne lui fait pas forcément de bien. C'est pourquoi l'arbre peut tout à fait s'épanouir à l'ombre d'autres arbres de grande taille comme lui. Vous devez au préalable bien préparer la terre dans laquelle il va évoluer, que vous le plantiez en haie ou isolé. Humifère, riche, drainé, argileux, non acide, sans excès d'eau ni zones marécageuses, le sol doit être correctement paramétré.vRéalisez un savant mélange composé de terre de jardin et de terreau de plantation, enrichi en amendement organique décomposé (compost, fumier). Laissez ce mélange se gère et prendre le temps de mûrir.

La réalisation d'une charmille

Vous avez envie de réaliser une haie de charmes de plusieurs mètres ?

  1. Pour commencer, préparez bien vos sols et pensez à respecter un espacement de plus de 50 cm entre chacun au moins si vous voulez avoir une haie homogène. Prévoyez une distance de près de 2 mètres pour une haie dégagée.
  2. Installez vos plants avec soin et recouvrez-les de terre.
  3. Arrosez bien votre jeune haie.
  4. Mettez en place un paillage aux pieds de vos arbres grâce à un compost obtenu à partir des déchets fibreux de votre jardin.

Le charme en arbre isolé

Planté de façon isolée, le charme peut atteindre plus de 25 mètres de hauteur : il fait résolument partie des arbres de grande taille. C'est le cas du charme pyramidal (Carpinus betulus fastigiata) ou du pendula qui, l'un avec sa forme conique, l'autre avec sa forme retombante, embelliront vos extérieurs. La plantation du charme en isolé revient à reproduire la méthode utilisée pour constituer une haie.

La floraison et l'entretien de la charmille

La floraison d'une charmille

La floraison a lieu au printemps et donne naissance à des fleurs mâles et femelles retombantes. Les premières sont appelées châtons et sont de petite taille, pas plus de 5 cm. Leur couleur vert clair est reconnaissable. Quant aux fleurs femelles, elles possèdent des inflorescences irrégulières qui donnent naissance à des akènes appelés poétiquement des noisettes. Ce sont les fruits du charme, les samares, qui arrivent à maturité en septembre. Ils sont nichés dans de larges bractées ailées enrobant un peu les fruits et participant à l'éparpillement des graines.

L'arrosage d'un charme

L'arrosage de vos ou de votre charme(s) doit être plus régulier au cours des deux premières années suivant la plantation.

Les autres soins pour le charme

Si vous ne l'avez pas fait, pensez à confectionner un paillage pour les pieds de votre arbre afin de préserver l'humidité et la fraîcheur de ses racines. Indépendant, le charme se gère en solitaire en main de maître.

Tailler une charmaie

Facile à cultiver, le charme évolue sans souci en devenant un bel arbre ornemental. Si vous devez tailler vos arbres, l'automne est la période idéale. C'est aussi possible en hiver.

Comment tailler une haie de charmes ?

  1. Si votre haie est encore jeune, vous procéderez surtout à une taille de formation pour conserver la forme souhaitée à l'ensemble.
  2. Vous devez couper les branches inutiles afin de permettre aux plus importantes de bien se développer.
  3. Une autre taille peut intervenir à la fin de l'été afin d'aérer votre arbre en taillant le centre ainsi que les rameaux latéraux.
  4. La taille n'est pas soumise au respect d'une hauteur particulière : elle dépend avant tout de vos envies.

Comment tailler un charme isolé ?

Aucune taille n'est obligatoire pour votre charme isolé. Il peut pousser librement et donnera justement vie à un ensemble végétal touffu et beau. Néanmoins, toute branche poussant trop haut doit être coupée : ce sont des branches dites "gourmandes" donc un peu parasites car elles prennent l'énergie des branches d'origine. Si des branches se croisent, là aussi, la taille est conseillée, en épargnant toujours les collets, essentiels.

La multiplication du charme

Le charme peut se multiplier par bouturage ou encore par semis.

Le bouturage herbacé se réalise entre mai et juin sur des tiges jeunes et vertes.

  1. Sélectionnez une tige tendre d'une dizaine de centimètres en coupant sous un nœud ;
  2. Retirez les feuilles en ne gardant que les trois plus hautes afin de stimuler la sève ;
  3. Supprimez les bourgeons s'il y en a ;
  4. Préparez un pot composé de billes d'argile, de terreau et de sable ;
  5. Faites un petit trou bien au centre ;
  6. Positionnez votre bouture dedans et tassez ;
  7. Installez votre pot en serre chauffée ou dans un endroit bien chauffé et humide tout l'hiver en le recouvrant ou pas (technique à l'étouffée) ;
  8. Une fois le retour du printemps, vous pouvez procéder au repiquage du jeune plant.

Le bouturage semi-ligneux, ou semi-aoûté, peut aussi se faire mais plutôt entre juillet et août :

  1. Sélectionnez une tige à moitié dure depuis sa base (avec le talon), d'une dizaine de centimètres, en coupant sous un nœud ;
  2. Retirez les feuilles de la base ;
  3. Imbibez la tige dans de l'hormone de bouturage ;
  4. Préparez un pot composé d'un terreau léger et drainé ;
  5. Creusez un trou au centre ;
  6. Plantez votre bouture ;
  7. Installez le pot dans une zone lumineuse, sans soleil direct, à l'abri ;
  8. Après quelques temps, vous pourrez, là aussi, replanter en terre.

Quant au semis du charme, il peut se faire dès le mois d'octobre, au moment de la récolte des graines qui tombent d'elles-mêmes des fruits, les samares, grâce à l'action de l'une des ailes de leurs bractées. Pour une bonne germination, veillez à choisir une zone fraîche et à l'ombre. Après deux ans de plantation environ, les plantules peuvent être rempotés et transportés en pépinière.

Les maladies et parasites du charme

Chlorose, oïdium ou encore rouille peuvent apparaître sur le charme.

  • La chlorose traduit une carence en fer en raison d'un pH trop élevé ou d'une teneur trop élevée en calcium. Cela entraîne la perte de croissance de votre arbre, suivie d'un jaunissement des feuilles qui peuvent se nécroser. Pour en venir à bout, vous pouvez appliquer, en pulvérisation, du purin d'ortie riche en minéraux et en fer ou encore du chélate de fer, très efficace en pareille situation.
  • Autre maladie pouvant survenir, l'oïdium. Ce champignon, surnommé aussi "blanc", touche le feuillage en le blanchissant par taches, puis le déforme jusqu'à le faire mourir. Appliquez des traitements naturels tels qu'une décoction de prêles ou bien un fongicide riche en soufre. Supprimez les zones touchées bien sûr, de façon à épargner les autres. Au quotidien, évitez d'arroser le feuillage en privilégiant les pieds et vérifiez si vos charmes installés en haie ont chacun leur espace vital car trop de promiscuité est vecteur de maladie.
  • La rouille est également un mal courant. Il s'agit d'un champignon qui crée des taches bombées rouges et de couleur rouille sur les feuilles. Il est encouragé en cas d'humidité excessive. Pour le faire disparaître, la bouillie bordelaise se montre efficace.
  • Côté parasites, les phytoptes du charme peuvent être des nuisibles gênants. Ces petits acariens blancs en forme de fines limaces ne s'attaquent qu'aux jeunes arbres et seulement dans certaines régions de France. Un fongicide à base de soufre peut être un bon répulsif.
Au-delà, les haies de charmes sont des refuges parfaits pour les insectes utiles qui jouent un rôle de régulation bénéfique.