Christian Dior, god save the female

Pour sa collection automne-hiver 2019-2020, Christian Dior livre une collection sous forme de manifeste féministe aux couleurs de la Grande-Bretagne.

Christian Dior, god save the female
© WWD/REX/Shutterstock/SIPA

À la mi-février, le musée londonien Victoria & Albert a ouvert ses portes à l'univers de Dior. Après l'exposition parisienne monumentale l'an passé au Musée des Arts Décoratifs, Christian Dior : designer of dreams revient outre-Manche dans une version teintée de l'Union Jack. Il semblerait que l'inspiration aille dans les deux sens. Pour son défilé automne-hiver 2019-2020, la maison Dior s'est parée d'une allure brit puisée dans l'imagerie des Teddy Girls.

La promenade des Anglaises

Rebelles, lookées, effrontées, les Teddy Girls miment les codes de la préciosité édouardienne en signe de protestation dans l’Angleterre des années 50. Maria Grazia Chiuria, la directrice artistique de Dior s'empare de cette allure aussi intéressante par sa composition que par sa symbolique. Blousons noirs aux larges épaules, vestes masculines en drap de laine, cols sévères boutonnés évoquent cette attitude frondeuse. Pour la contrebalancer, elle invoque la féminité aristocratique de Princesse Margaret, illustre cliente de la maison. En résulte une alternance de silhouettes aux accents urbains avec des jupes midi à la taille soulignée très New Look. Touches de tartan, soufflée par un plaid écossais exposé actuellement à Londres, et maxi carreaux vichy achèvent ce mixe très anti-brexit. 

Le féminisme en étendard

Malgré l'inspiration obviously british, Maria Grazia Chiuri ne perd pas de vue ses fondamentaux. Dès l'entrée du défilé Dior, on peut découvrir l'oeuvre de l'artiste Tomaso binga, un alphabet humain représentant différents corps de femmes. Il tapisse également les murs du show, dont le spectacle sera introduit par un texte lu par l'artiste italienne elle-même. Après son Future is female, la créatrice met en avant le concept de sororité "Global sisterwood" , un manifeste emprunté à la poétesse américaine Robin Morgan. Il donne également lieu à une série de t-shirt ultra instagramables dont la créatrice a le secret et qui ne manqueront pas de faire passer le message.

Voir aussi :

Christian Dior, god save the female
Christian Dior, god save the female

À la mi-février, le musée londonien Victoria & Albert a ouvert ses portes à l'univers de Dior. Après l'exposition parisienne monumentale l'an passé au Musée des Arts Décoratifs, Christian Dior : designer of dreams revient outre-Manche...