Et Celine devint Slimane

Au terme de mois de suspense, le designer star Hedi Slimane lève le voile sur sa première collection pour Celine. Le nouveau directeur artistique s'affranchit totalement des codes de la maison dans un défilé printemps-été 2019 rock à souhait.

Et Celine devint Slimane
© Gustavsson Jonas/SPUS/ABACA

Deux ans que la mode attendait le retour de son prodige. Annoncée en janvier dernier, l'arrivée d'Hedi Slimane chez Celine avait déclenché un séisme. Et pour cause, après une décennie de succès, marquée par la féminité intellectuelle de Phoebe Philo, la marque française allait accueillir un des designers les plus reconnus et certainement le plus insaisissable de sa génération. Le 28 septembre, lors de son premier défilé, le verdict tant attendu est tombé. 
C'est naturellement au pied de l'hôtel des Invalides qu'Hedi Slimane, fin stratège qui a illustré sa conquête en faisant tomber l'accent du "é" du logo Céline, s'est établi pour sa première collection à la tête de la maison. Roulements de tambours précèdent d'ailleurs le show et assoient le caractère triomphal de son arrivée chez "Celine". Une robe courte à pois toute en volume, presque couture, portée effrontément avec une paire de boots esprit Santiag suivie d'une silhouette masculine, une première chez Celine, un costume élancé aux accents 80's nichés dans une épaule anguleuse et une taille haute ceinturée, ouvrent le bal. Looks féminins du soir et androgynes s'alternent avec un air certain de déjà-vu. Le cérémonial fait sens dès les premières silhouettes. Nous assistons au retour en grande pompe d'Hedi Slimane. Exactement où nous l'avions laissé, le designer reprend le cours de sa mode empreinte de youth culture et de glamour arrogant. Comme si, directement descendus des salons couture de Saint Laurent, les mannequins avaient rejoint le catwalk des Invalides. Quid de l'ADN de Celine ? 
Le répertoire est rock, un brin rétro, avec des éclats de féminité et des looks au tailoring étroit qui se veulent unisexes. Impossible de lire dans ce vocabulaire une quelconque référence au chic parisien effortless de Céline Vipiana. Il s'agit bien là du dieu de la silhouette slim, du roi de l'allure rock, du prêtre du cool en noir et parfois un peu en paillettes. Lui et son art, son art et lui. Si bien que le défilé printemps-été 2019 de Celine soulève la question de l'héritage dans la mode et de la pertinence de faire perdurer des maisons au-delà du règne de leur fondateur. Hedi Slimane nous livre une collection sexy qui s'appuie sur ses définitions du masculin fluide et du féminin insolent. Elle habillera à merveille une jeunesse branchée et amoureuse de la nuit comme des guitares électriques. Avait-il besoin de Celine pour l'atteindre ? 

Voir aussi :