Enfants de soignants décédés : qu'est-ce que la reconnaissance nationale ?

Au même titre que les enfants victimes de terrorisme ou de guerre que l'on considère comme les "Pupilles de l'Etat", les députés ont adopté une résolution qui valide le statut de "reconnaissance nationale" pour les enfants dont les parents soignants sont décédés pendant la crise sanitaire.

Enfants de soignants décédés : qu'est-ce que la reconnaissance nationale ?
© Ð?лекÑ?анд ПыхтееÐ

[Mise à jour du 28 mai à 13h10]. On les appelle des "Pupilles de la nation" ou "Pupilles de l'Etat". Ce sont les enfants dont un ou des parents a été blessé ou tué à cause d'actes de guerre ou de terrorisme. Il y aura peut-être bientôt un autre type d'"enfants de la République" : ceux dont les parents soignants sont décédés du Covid-19

François Jolivet (LREM) souhaite que le gouvernement considère "la création d'un statut spécifique de reconnaissance nationale pour les enfants de soignants décédés du Covid-19 sur le modèle du statut de pupille de la Nation". En effet, dans cette mobilisation exceptionnelle contre la propagation du coronavirus, de nombreux personnels de santé ont contracté le Covid-19. "Nous ne connaissons pas précisément le nombre de familles concernées" a précisé le député à l'initiative de cette résolution, adoptée ce 26 mai par les députés. Les élus de tous les partis politiques ont soutenu cette résolution et en ont profité pour rendre hommage aux soignants. En avril dernier, une quarantaine de députés avait fait cette demande à Olivier Véran, rapportait l'AFP. "Ce sont des visages, des 'engagés' au service des autres, mais surtout des mères et des pères de famille que la France ne doit jamais oublier. Ils méritent toute la reconnaissance de la Nation, parce qu'ils sont morts pour elle", avaient-ils précisé.

Une reconnaissance nationale : qu'est-ce que ça change pour les enfants ?

François Jolivet a rappelé que ce statut, né après la Première Guerre mondiale et qui offre une protection matérielle et morale, a déjà été étendu à plusieurs reprises, notamment aux enfants de personnes victimes de terrorisme. L'objectif de cette résolution de "reconnaissance nationale" aux enfants de soignants emportés par le coronavirus est de les "protéger, par des mesures concrètes, pour leur garantir un avenir avec comme père ou mère : l'Etat". Le gouvernement pourrait par exemple apporter une aide pour les frais de scolarité ou pour financer les études des enfants. 

Fin mars, une demande de Philippe Gosselin, député Les Républicains, visait déjà à étendre le statut de pupilles de la nation à tous les enfants de personnels (divers) décédés à la suite de leur engagement contre la crise du coronavirus. Le gouvernement doit désormais réfléchir à cette mesure et s'est engagé à "faire des propositions dans ce sens".