Micro-crèche : qu'est-ce que c'est ?

Les micro-crèches rencontrent de plus en plus de succès auprès des jeunes parents. Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients ? Quelle différence avec une crèche traditionnelle ? Tout ce qu'il faut savoir sur ce mode de garde qui accueille jusqu'à 10 enfants.

Micro-crèche : qu'est-ce que c'est ?
© Goran Bogicevic-123RF

Qu’est-ce qu’une micro-crèche ?

Une micro-crèche est un établissement qui accueille des enfants de moins de 6 ans, avec au maximum 10 places. Une telle structure peut être gérée par une collectivité, un centre communal ou intercommunal d’action sociale, une association ou une entreprise. "Une micro-crèche fonctionne comme un mode de garde collectif. Nous accueillons des enfants de 2 mois et demi à 3 ans, du lundi au vendredi, sur une amplitude horaire de 8h à 18h30",  confirme Estelle Tran, directrice de la micro-crèche Crès'n'Do dans l’Hérault.

De plus en plus de micro-crèches en France

Selon le rapport 2019 de l'Observatoire national de la petite enfance, les micro-crèches sont très dynamiques et se développent rapidement. En 2017, les places dans ces établissements d'accueil du jeune enfant représentaient ainsi presque 10 % de l'ensemble des places dans des structures collectives, contre 6,3 % en 2016 !

Micro-crèche : quelles différences avec une crèche classique ?

La principale différence entre une micro-crèche et une crèche traditionnelle est le nombre d’enfants accueillis. Formant un petit groupe, les enfants présents dans une telle structure sont tous regroupés dans une section unique, quel que soit leur âge. Les normes d’encadrements diffèrent également. Dans une micro-crèche, une professionnelle de la petite enfance peut être seule pour s’occuper de trois enfants, mais à partir du quatrième, une deuxième personne doit être présente. Dans une crèche traditionnelle, une professionnelle s’occupe de cinq enfants qui ne marchent pas, ou de huit enfants qui marchent.

  Micro-crèche Crèche
Nombre d'enfants Jusqu'à 10 enfants maximum Entre 20 et 50 ou plus selon les structures
Normes d'accueil en crèche

1 personne pour 3 enfants

2 personnes dès 4 enfants

1 personne pour 5 enfants qui ne marchent pas, ou 

1 personne pour 8 enfants qui marchent

Voir notre guide avec les lieux d'accueil de la petite enfance

Recrutement en micro-crèche : quelle est la formation des encadrants ?

Dans une crèche traditionnelle, la moitié des employés doivent avoir au moins un diplôme d’auxiliaire de puériculture. Dans une micro-crèche, sont au moins présents deux professionnels de la petite enfance qualifiés disposant soit d’un CAP petite enfance avec deux ans d’expérience, soit d’un diplôme d’assistante maternelle avec 5 ans d’expérience. Un éducateur de jeunes enfants ayant une mission de supervision doit également être présent 6 heures par semaine. Autre différence avec une crèche, il n’y a pas forcément de directeur, mais plutôt un référent technique. "Nous avons 3 encadrants auprès des enfants à la journée sur une équipe de 4 personnes. Ils possèdent un CAP petite enfance et je suis moi-même référente technique avec une formation d’éducateur de jeunes enfants. Tous ces professionnels possèdent une expérience dans la petite enfance", précise Estelle Tran.

Micro-crèche : quels avantages ?

Beaucoup plus petites, ces structures permettent un accueil personnalisé de l’enfant qui est davantage investi que dans une crèche traditionnelle. Moins fatigués à la fin de la journée, les petits tissent une véritable relation avec les encadrants, de même que leurs parents ! "Les parents nous parlent de "vrai cocon" pour leurs enfants. Ils sont ravis de notre investissement auprès de leurs enfants car nous leur proposons divers ateliers, notamment avec des intervenants extérieurs (éveil musical et éveil à l'anglais). Nous veillons aussi à faire participer un maximum les familles aux projets de la crèche (fêtes, cafés des parents, atelier du parent, sorties, semaines à thèmes)", souligne Estelle Tran.

Micro-crèche : les inconvénients

Encore plus que les crèches classiques, les micro-crèches sont prises d’assaut car elles ne peuvent pas prendre en charge que 10 enfants au maximum. Leurs tarifs sont également plus élevés que dans les crèches traditionnelles même s'ils peuvent être quasiment identiques "lorsque l'employeur participe", indique Estelle Tran. 

Inscription dans une micro-crèche : quand et comment s'y prendre ?

Chaque micro-crèche possède ses propres conditions d'inscription et son mode de fonctionnement. Si vous êtes intéressé, vous pouvez vous adresser au conseil général de votre département pour connaître la micro crèche la plus proche de chez vous, puis vous renseigner directement auprès de la structure. "La pré-inscription se fait impérativement en ligne sur notre site internet. Il n'y a pas de sélection sur dossier et les admissions se font en fonction des besoins des familles. Nous conseillons toujours aux familles de faire la pré-inscription au plus tôt, comme pour les demandes de places en crèche municipales. Les gestionnaires se démènent pour créer plus de structures, donc plus de places pour toutes ces familles en attente !", conclut Estelle Tran.

Tarifs d'une micro-crèche

Dans les micro-crèches, les tarifs ne sont  pas encadrés par la CAF et les familles doivent s'adresser directement à l'établissement pour connaître le prix de leur place en crèche. "Nous appliquons le même tarif pour tous. Il ne varie qu'en fonction du nombre de jours prévus par le contrat", indique Estelle Tran. Par ailleurs, les micro-crèches ouvrent droit à une aide de la CAF, le Complément de libre choix de Mode de Garde (CMG), qui rembourse jusqu'à 85 % des frais dépensés par les familles.