Ecoles et confinement prolongé : reprise des cours le 4 mai, bac 2020

A partir de mardi, le confinement est prolongé pour deux semaines, au moins jusqu'au 15 avril, tandis que les élèves ne devraient pas reprendre le chemin de l'école avant le 4 mai. Comment vont se passer les vacances de printemps qui débutent ce samedi mai pour la zone C ? Enfin, Jean-Michel Blanquer doit se prononcer d'ici la fin de la semaine sur les modalités du baccalauréat. Les dernières infos annoncées à destination des écoliers et des parents.

[Mis à jour le 30 mars à 14h50]. A partir de ce mardi, le confinement est prolongé pour deux semaines, soit jusqu'au 15 avril au minimum. "Avec l'accord du président de la République, à compter de mardi, j'annonce deux semaines de confinement supplémentaires, soit jusqu'au 15 avril. Cette période pourra être prolongée si et seulement si la situation sanitaire l'exige. Les mêmes règles que celles qui sont actuellement en place continueront à s'appliquer" a déclaré Edouard Philippe ce vendredi 27 mars, à l'issue du conseil des ministres. Le conseil scientifique avait déjà préconisé "au moins 6 semaines" de confinement. Quant aux élèves qui suivent les cours à distance depuis la fermeture des établissements scolaires le 16 mars, ils ne devraient pas reprendre le chemin de l'école avant la fin des vacances de printemps, c'est à dire le 4 mai. "C'est une possibilité, ça dépend de l'évolution de l'épidémie. J'espère qu'on sera en mesure de rentrer le 4 mai (…) Il faudrait que le pic de l'épidémie soit derrière nous à ce moment-là. (…) Ce sera peut-être plus tard" a déclaré Jean-Michel Blanquer ce 30 mars sur Europe 1. Enfin, le baccalauréat devrait connaître "des aménagements". Le diplôme du bac se passera donc de manière allégée ou sous forme de contrôle continu. Le ministre de l'Education nationale doit se prononcer d'ici la fin de la semaine en ce qui concerne la date et la nature des épreuves.

Durée du confinement : jusqu'à quand ?

Combien de temps les parents resteront-ils en confinement avec les enfants à la maison ? Edouard Philippe vient d'annoncer, ce vendredi 27 mars, que la période de confinement serait allongée de deux semaines supplémentaires, au moins jusqu'au 15 avril. Et cette période pourra être renouvelée en fonction de l'évolution de l'épidémie Covid-19. Le gouvernement s'appuie par ailleurs sur les recommandations du comité scientifique qui avait estimé, le 24 mars, que la durée du confinement en France devait durer "au moins six semaines à compter de sa mise en place" le 17 mars... C'est à dire jusqu'à fin avril ou début mai."Personne ne sait dire aujourd'hui pendant combien de temps il faudra aller vers cette réduction des contacts sociaux et ces pratiques" avait déclaré Emmanuel Macron lors d'une visite à l'Institut Pasteur à Paris. "Est-ce qu'il faudra y revenir à d'autres moments ? Sans doute parce qu'on ne sait pas combien de vagues on aura et comment le virus va se comporter, comment on va l'absorber" a-t-il précisé. Selon l'agence sanitaire Santé publique France, "il faudrait "entre 2 et 4 semaines" de confinement avant de pouvoir observer un changement en ce qui concerne la dynamique de l'épidémie de Covid-19. En se basant sur "les expériences des autres pays qui ont connu l'épidémie avant nous et mis en place des mesures extrêmement strictes, on voit que la dynamique se déroule sur 2 à 3 mois en général, une inversion du pic intervient entre le premier et le deuxième moisa déclaré sur France Info Geneviève Chêne, la directrice générale.

Peut-on sortir avec les enfants ?

Depuis le 24 mars, de nouvelles restrictions de sorties ont été mises en place par le gouvernement. Les marchés sont désormais fermés, et les déplacements sont encore plus limités. Les parents peuvent toujours sortir avec les enfants, "dans un rayon d'un kilomètre de chez soi, et maximum une heure" a précisé le Premier ministre Edouard Philippe ce 23 mars. 

Ecoles fermées jusqu'au 4 mai 

 Jusqu'alors, les ministres avaient annoncé que les établissements scolaires fermeraient "au moins jusqu'aux vacances scolaires de printemps", qui commencent le samedi 4 avril 2020, avec la zone C (Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles). Mais la réouverture des établissements scolaires pourrait avoir lieu un mois plus tard que prévu. Dans une interview accordée au Parisien, le ministre de l'Education a annoncé que "le scénario privilégié est celui d'un retour en classe après les dernières vacances de printemps, le 4 mai, mais nous sommes évidemment tributaires de l'évolution de l'épidémie". Le ministre de l'Education devrait se prononcer courant avril pour annoncer une date de rentrée plus précise. "J'espère qu'on sera en mesure de rentrer le 4 mai, je continue à l'espérer", a-t-il déclaré ce lundi 30 mars sur Europe 1. "C'est encore compatible avec ce qui a été dit par les autorités de santé. J'ai toujours dit la même chose : le 4 mai est le scénario privilégié, celui qui est un scénario de travail pour nous. Mais évidemment, on se calera sur ce qu'il se passe", a-t-il annoncé. 

Quelles conséquences sur les vacances scolaires ?

  • Les vacances de printemps débutent ce samedi 4 avril pour les élèves de la zone C. Alors que les élèves sont à la maison depuis le 16 mars, ce temps doit être un moment pour en profiter, recommande le ministère de l'Education. "Pendant la période des vacances de printemps, zone par zone, les professeurs ne seront pas au travail avec les élèves. Il faut que les vacances soient les vacances même si tout le monde est à la maison" a déclaré Jean-Michel Blanquer ce 30 mars sur Europe 1. Il recommande également aux parents d'encourager leurs enfants à lire, afin de diminuer le temps passé sur les écrans, via les cours à distance. Par ailleurs, un programme de soutien scolaire sera proposé aux élèves qui en auront besoin sur la base du volontariat. "De la même façon cet été, quand tout sera revenu à la normale, on montera des modules de soutien scolaire aux élèves qui en ont besoin, de façon à ce qu'ils passent dans la classe supérieure avec le niveau requis", a-t-il ajouté. Les vacances d'été ne seront donc pas décalées et le calendrier ne devrait pas être bouleversé, assure le gouvernement.

Comment va se dérouler le baccalauréat 2020 ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé que l'examen du baccalauréat pourrait connaître "des aménagements". Mais malgré l'épidémie de coronavirus, le ministre de l'Education affirme que le bac aura bien lieu cette année. Initialement prévu dès le 17 juin, le baccalauréat pourrait donc se dérouler sous la forme de contrôle continu"La forme que cela va prendre va forcément évoluer, mais en tout cas le baccalauréat aura lieu", a déclaré le ministre de l'Education. D'ici la fin de la semaine, Jean-Michel Blanquer devrait se prononcer sur les modalités, la nature des épreuves ainsi que la date du bac. "J'écoute en ce moment toutes les propositions des organisations syndicales et des parents d'élèves. On a deux options : maintenir le bac à la date prévue et avoir le bac avec le contrôle continu. Je donnerai la réponse la semaine prochaine", a déclaré Jean-Michel Blanquer sur TF1 ce 27 mars.

Concours et examens reportés à l'université

Compte tenu de l'évolution rapide de Covid-19, les examens nationaux et les concours prévus d'ici le 5 avril sont reportés, mais ils n'auront pas lieu avant fin mai. "Dans ce contexte, et pour tenir compte des difficultés de transports et d'hébergement, et dans le constant souci de ne pas léser les candidats, Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal ont décidé du report des examens nationaux et des concours pour ces trois prochaines semaines" précisent les ministres. 

Garde des enfants du personnel soignant : crèches gratuites, accueil jusqu'à 16 ans

Pour permettre aux parents, exerçant des métiers essentiels à la survie du pays, de pouvoir continuer à travailler, un service de garde est mis en place depuis la fermeture des écoles. Ainsi, certains établissements scolaires sont mobilisés pour pouvoir accueillir, depuis le 16 mars, les enfants du personnel soignant. Le Président de la République a également déclaré que des taxis et hôtels pourraient être mobilisés à leur profit. La Caf souhaite également faciliter l'accueil de leurs enfants et propose de nouvelles mesures. Les crèches seront gratuites : les caisses d'allocations familiales "prendront directement en charge le coût de la garde", précise un communiqué du 23 mars. Rappelons que depuis le 20 mars dernier, les crèches et assistantes maternelles peuvent préciser sur le site monenfant.fr s'ils leur reste des places disponibles pour les familles qui en auraient besoin. Autre nouveauté : ces parents peuvent désormais transmettre leurs besoins de garde pour leurs enfants jusqu'à 16 ans, alors que ce dispositif était initialement prévu pour un accueil jusqu'à 3 ans.

Garde des enfants des personnels soignants : qui est concerné ? 

  • Le personnel des établissements de santé (hôpitaux, cliniques, maternités...),
  • Le personnel des établissements sociaux et médico-sociaux travaillant en EHPAD et EHPA, établissements pour personne handicapées, services d'aide à domicile, services infirmiers d'aide à domicile, lits d'accueil médicalisés et lits halte soins santé, nouveaux centres d'hébergement pour sans-abris malades du coronavirus et établissements d'accueil du jeune enfant maintenus ouverts.
  • Les professionnels de santé libéraux : médecins, sages-femmes, infirmières, ambulanciers, pharmaciens et biologistes.
  • Le personnel de crèche chargé d'accueillir en urgence les enfants des soignants.
  • Les services de l'Etat chargés de la gestion de l'épidémie au ministère des Solidarités et de la Santé, en Agences régionales de santé et dans les préfectures.
  • Les professionnels exerçant dans les établissements et services départementaux, publics et associatifs de protection de l'enfance et de protection maternelle et infantile font désormais partie des personnes prioritaires pour bénéficier de la garde d'enfants, de l'accès aux écoles et collèges, de l'accueil en crèche et de la scolarisation de leurs enfants

Micro-crèches et assistantes maternelles

Pour continuer à travailler de chez eux, les parents peuvent confier leur bébé à une assistante maternelle qui peut accueillir jusqu'à 6 petits, tandis que le nombre d'enfant est limité à 10, ce qui permet aux micro-crèches de poursuivre leur activité, notamment pour le personnel soignant. Ces derniers pourront également bénéficier d'une aide supplémentaire des Caisses d'allocations familiales qui proposent un accueil en crèche désormais gratuit s'ils ont besoin de faire garder leurs enfants. Pour apporter plus de souplesse aux parents qui doivent travailler sans pouvoir garder leurs enfants, Olivier Véran et Christelle Dubos ont par ailleurs décidé de "généraliser la dérogation qui existe dans les textes et qui permet aux conseils départementaux d'autoriser les assistantes maternelles à accueillir 6 enfants de moins de 3 ans simultanément". 

Faut-il payer l'assistante maternelle si on reste à la maison ?

"Oui, le maintien du salaire doit être maintenu", précise la Fédération des Particuliers Employeurs de France (FEPEM). Les assistantes maternelles peuvent toutefois bénéficier des mesures de chômage partiel. "Vous êtes donc tenu de lui payer 80% de son salaire qui vous sera remboursé ultérieurement", précise le gouvernement.

Consulter notre annuaire des crèches

Télétravail et indemnisation des parents

Un arrêt de travail simplifié pour l'un des deux parents est mis en place pour ceux qui ont des enfants de moins de 16 ansCet arrêt de travail indemnisé à 100% sera délivré sans délai de carence, à compter de la date de début de l'arrêt, et pourrait durer 20 jours. Enfin, cette indemnisation n'est mise en place uniquement si le parent concerné ne peut travailler à distance et c'est à l'employeur de réaliser les démarches sur le site Ameli. 

Qu'en est-il pour les parents séparés ou divorcés ? 

"L'arrêt de travail peut être partagé entre les parents. Il est possible de le fractionner en remplissant une demande pour chacune des périodes d'arrêt", précise l'Assurance maladie. Aussi, pour une meilleure répartition des rôles, un appel à la solidarité entre les parents, y compris séparés ou divorcés, est lancé. Rappelons par ailleurs que durant la période de confinement, les parents séparés ou divorcés ont l'autorisation de sortir pour aller récupérer ou déposer les enfants au domicile de l'autre parent. 

Télétravail encouragé pour l'autre parent

Si un seul des deux parents peut bénéficier d'un arrêt de travail simplifié, le télétravail est encouragé pour l'autre parent. Les entreprises devront prendre des mesures nécessaires pour organiser un télétravail, dans la mesure du possible. On peut penser que dans ces circonstances exceptionnelles, les entreprises se montrent souples envers des parents qui télétravaillent tout en gardant leurs enfants, même si ce n'est d'ordinaire pas l'habitude de combiner les deux. 

Mamans solos : quelles disposition pour les parents isolés ?

Au-delà des mesures prises pour faciliter le télétravail, les mères et pères isolés ne bénéficiant pas d'un mode de garde ou du télétravail peuvent disposer d'un arrêt de travail de 14 jours, a précisé Marlène Schiappa, dans un communiqué du 13 mars. Elle rappelle que "tout parent d'un enfant de moins de 16 ans qui ne dispose pas d'une possibilité de garde ou de télétravail bénéficie automatiquement d'un arrêt de travail, sur déclaration de l'employeur, et qu'il n'est pas nécessaire de consulter un médecin".

Ce 16 mars, Emmanuel Macron a précisé que le chômage partiel serait massivement élargi et qu'un fond de solidarité serait accordé selon les professions, (notamment les professionnels indépendants). "Aucune entreprise, quelle que soit sa taille, ne sera livrée au risque de faillite", a-t-il assuré en ajoutant qu'il y aurait une garantie des prêts bancaires pour les entreprises, mais aussi un report des charges fiscales et sociales.

Voir aussi nos dernières informations santé en direct concernant l'épidémie de Coronavirus en France

Cours et devoirs à distance : comment ça marche ?

La fermeture des écoles n'est pas synonyme de vacances pour les 12 millions d'élèves concernés. Lundi 16 mars, les élèves ont tenté de se connecter sur les sites d'enseignements numérique, mais en raison de connexions massives, les outils ont rencontré de nombreux bugs. 

Comment fonctionne l'école à la maison ? 

Les établissements scolaires sont équipés d'"environnements numériques de travail" (ENT) permettant la communication entre professeurs et élèves, les établissements doivent préserver une certaine continuité de l'enseignement. Les enseignants peuvent par exemple envoyer des cours ou des devoirs, et renvoyer des corrigés. Quant aux familles nombreuses, ou celles qui n'ont pas suffisamment d'ordinateurs, 'les mairies et certaines écoles organiseront des permanences afin de transmettre aux élèves qui ne disposent pas d'un équipement adapté ou d'une connexion internet suffisante des ressources pédagogiques en format papier préparées par les professeurs", précise Jean-Michel Blanquer.

Les cours à la maison via le CNED

Une autre possibilité est le recours généralisé au CNED, la plateforme officielle et gratuite de l'enseignement à distance. Cela permet de faire cours à la maison, grâce aux programmes "Ma classe à la maison Ecole" (de la grande section de maternelle au CM2), "Ma classe à la maison Collège (de la 6e à la 3e) ou "Ma classe à la maison Lycée" (pour les élèves de seconde, première et terminales des séries générales). "Ce service offre la possibilité de tenir des classes virtuelles, permettant ainsi de maintenir le lien humain entre l'élève, ses camarades et ses professeurs. Il sera accessible aux élèves concernés de la Grande Section à la Terminale", avait déjà précisé le ministère de l'Education.

Permanence et classes virtuelles : les collèges ouverts aux professeurs

Bien que les écoles soient fermées aux élèves, les locaux des collèges restent ouverts aux personnels de l'éducation nationale et de la collectivité, afin que les professeurs puissent organiser le suivi des élèves et informer régulièrement les familles, notamment sur les modalités de connexion à la plateforme du CNED "Ma classe à la maison". Par ailleurs, l'ouverture des établissements permettra aux conseils de classe de se réunir.