Il veut un animal de compagnie, on cède ou pas ?

Avoir un petit chien, un lapin-bélier ou un adorable chaton est tentant. Mais un animal de compagnie demande beaucoup d'attention. Quelle attitude adopter ? Comment responsabiliser son enfant ? Le vétérinaire Jean Cuvelier nous explique tout ce qu'il faut savoir pour accueillir une boule de poils dans les meilleures conditions.

Il veut un animal de compagnie, on cède ou pas ?
© Олександр Савченко - 123RF

Comme pratiquement tous les enfants, le vôtre réclame inlassablement un animal ! Attendrie par l'adorable bête à poils, vous ne savez pas quelle décision adopter... Et vous oscillez entre l'envie de lui faire plaisir, la crainte de devoir vous en occuper ou tout simplement la peur de n'avoir pas assez de temps ou d'espace à lui accorder... Finalement, deux solutions s'offrent à vous : soit vous refusez catégoriquement en lui expliquant calmement que vous ne souhaitez pas avoir d'animaux pour diverses raisons (question d'allergies, de budget, de place, etc.). Soit vous n'êtes pas contre l'idée, mais vous devez évaluer au préalable tout ce que cela implique. "Quelle est l'espérance de vie du compagnon choisi ? A-t-on le budget nécessaire ? Que fera-t-on de l'animal quand on partira en vacances ? Suis-je prête à superviser la maintenance de l'animal ?"... seront autant de questions que vous devrez vous poser avant d'acquérir votre animal. Conseils. 

Accueillir un animal, quels bénéfices pour l'enfant ?

Avoir un animal signifie, en premier lieu, développer son sens des responsabilités. En effet, selon le vétérinaire Jean Cuvelier, "Prendre soin de son animal de compagnie inclut une série de tâches et de devoirs : changer la paille dans la cage, apporter l'eau et la nourriture matin et soir, jouer régulièrement avec, lui apporter de l'affection". Ces pratiques vont dans le sens d'une prise d'autonomie car l'enfant est en mesure de s'occuper de quelqu'un d'autre, et en tire ainsi une véritable satisfaction personnelle. Qui plus est, accueillir un animal quand l'enfant est tout petit, lui permet de développer son langage corporel. Tout jeune, l'enfant ne sait pas utiliser les phrases pour communiquer et doit donc apprendre à s'exprimer autrement. Le vétérinaire explique : "Avec l'animal de compagnie, le tout petit apprend un langage non verbal, c'est-à-dire l'expression corporelle de ses sentiments. Il va développer ses sens, le toucher, la vue, l'ouïe, l'odorat pour mieux "comprendre" son animal et communiquer avec lui." En effet, il ne faut pas oublier que les animaux possèdent un véritable langage qui leur est propre. L'enfant ne parlant pas encore sera plus réceptif au monde qui l'entoure, et apprendra à décoder les attentes et les besoins de son animal plus facilement. Un véritable apprentissage de la vie en somme !

5 choses à penser avant d'avoir un animal

  • Le coût. Tout d'abord, sachez qu'un animal de compagnie représente un gros investissement en terme de budget : la nourriture, les soins (vétérinaire, toiletteur), les assurances (assurance-responsabilité, assurance-santé), les produits d'hygiène (shampooing, vermifuge, brosse, peigne...), et le matériel (collier, laisse, cage, gamelle, jeux...). Il faut donc considérer en priorité cet aspect financier avant de vous lancer dans l'aventure boule-de-poils !
  • L'espace. Bien évidemment, si vous optez pour un poisson rouge ou un rongeur, la question de l'espace ne se pose pas (sauf si vous êtes souvent absent de votre domicile). En revanche, si votre choix se porte sur un chien ou un chat, vous devez impérativement prendre en compte son futur lieu de vie, et encore plus, si sa taille est importante. Possédez-vous un jardin ? Avez-vous suffisamment de pièces pour qu'il puisse se dégourdir les pattes ? Où pourra t-il dormir ? Prenez le temps de vous poser ces questions avant de vous engager.
  • Les vacances. Si le lieu de villégiature où vous vous rendez pour les vacances accepte les animaux, sachez qu'il n'en est pas de même partout. Vous devez alors impérativement savoir quelle serait la personne susceptible de s'occuper de votre animal durant vos déplacements. Autrement, vous pouvez réserver une place dans une pension spécialisée ou faire appel à un système de garde à domicile (solution qui reste bien souvent onéreuse).
  • Les allergies. Toux, yeux rouges, nez qui coule sont autant de symptômes qui révèlent la sensibilité aux allergènes, chez vous ou votre enfant. Pour éviter que cela ne se produise, n'hésitez pas à vous rendre chez un allergologue qui vous fera passer des tests cutanés ou sanguins. Si vous, un membre du foyer ou votre enfant êtes allergiques, sachez que des traitements sont possibles (antihistaminiques, corticoïdes).  Néanmoins, il est souvent préférable de ne pas adopter l'animal en question. Chez les enfants prédisposés à l'allergie, une série de mesures sont à mettre en place : stériliser l'animal, aérer tous les jours la pièce, avoir du parquet, se laver les mains après les caresses sur le pelage, etc.
  • Quel animal choisir ? Le chat est plus solitaire que le chien, qui demande en général beaucoup plus de soins et d'attention (il faut le sortir tous les jours alors que le chat, lui, est plus indépendant). Concernant la race, mieux vaut se renseigner en amont auprès d'un éleveur ou d'un vétérinaire pour savoir lesquels s'entendent le mieux avec les enfants. Le cochon d'Inde et le lapin nain sont des animaux au début peureux, puis très vite affectueux et sont plutôt adaptés aux petits. Si les enfants de 7-8 ans peuvent tout à fait s'en occuper (lui donner à manger, nettoyer sa cage, jouer avec), les plus jeunes doivent être sous la surveillance de leurs parents. Les poissons en revanche n'ont pas beaucoup d’interaction : les enfants pourront vite s'en lasser. Les nouveaux animaux de compagnie (NAC) comme la tortue, le rat, le souris, l'iguane ou encore, les oiseaux conviennent plus aux adolescents et aux adultes et nécessitent beaucoup plus de soins. De plus, certains d'entre eux comme le chinchilla ou la souris vivent la nuit, ce qui ne permet pas de tisser beaucoup de liens avec l'animal.  
Le conseil en + : Sachez que dans le cas où vous n'en souhaitez pas, d'autres solutions existent pour satisfaire l'envie de votre enfant : les grandes balades dans les bois ou les promenades à poney sont autant d'occasion d'observer et d'approcher des animaux (écureuils, lapins, biches...), les parcs animaliers (un peu partout en France), le Salon de l'Agriculture, les fermes pédagogiques, etc.