Coquelicot

Fleur des champs par excellence, le coquelicot tapisse les campagnes d'une belle couleur rouge une fois le printemps venu. Cette plante annuelle de la famille des Papavéracées est en fait une variété de pavot.

Coquelicot
© Nataliia Kravchuk/123RF

Originaire du bassin méditerranéen, le coquelicot prolifère rapidement à l'état sauvage. Il fait parti des plantes messicoles, c'est-à-dire qu'il pousse naturellement dans les champs de céréales. Sa fleur est mellifère et attire les insectes pollinisateurs.

Elle est d'ailleurs devenue un symbole de la permaculture grâce à l'association "Nous voulons des Coquelicots". En effet, cette fleur qui poussait naturellement dans les champs s'est petit à petit raréfiée dans les campagnes à cause de l'utilisation excessive de pesticides.

Sa fleur très appréciée pour son aspect sauvage se conserve difficilement une fois coupée. Si vous souhaitez la conserver en bouquet, vous devrez cautériser la tige pour éviter le dessèchement prématuré de sa fleur. Sa tige absorbera l'eau grâce aux poils absorbants dont elle est recouverte.

Planter et multiplier des coquelicots

Bien qu'il pousse facilement dans des situations difficiles, le coquelicot ne supporte pas la transplantation, il vous faudra donc les semer. Le semis peut avoir lieu à partir du mois d'avril et ce jusqu'en mai, pour une floraison de juin à juillet. Pour garder un effet sauvage, il vaut mieux semer les graines de coquelicot à la volée sur un sol griffé et légèrement humide. Maintenez un arrosage régulier jusqu'à la levée des plantules et n'arrosez qu'en cas de sécheresse. Une fois la levée effectuée, vous pouvez éclaircir votre plantation en espaçant vos coquelicots d'une quinzaine de centimètres les uns des autres. Habitué aux situations arides le coquelicot va avoir besoin d'un bon ensoleillement et d'une terre bien drainée à tendance calcaire. Si votre terre est trop acide, il faudra l'amender avec un composant alcalin.

Entretenir des coquelicots

Le coquelicot est peu exigeant et ne demande aucun entretien particulier. Faites simplement attention à ce que sa terre ne soit jamais humide trop longtemps car le coquelicot craint les attaques d'oïdiums.

Pour ne pas vous laisser envahir par les coquelicots, récupérez les têtes une fois la floraison terminée. Si vous souhaitez en resemer l'année suivante, vous pouvez conserver quelques têtes sachant que chacune d'elles peut contenir plusieurs centaines de graines.

Récolter les feuilles et les fleurs de coquelicots

Bien que la sève du coquelicot soit toxique, sa fleur et ses feuilles, elles, sont bien comestibles. Pendant la floraison, récoltez les feuilles et les fleurs de vos coquelicots et laissez-les sécher dans une pièce chaude et bien aérée. Conservez-les ensuite dans une boîte hermétique, à l'abri de l'humidité. Vous pourrez les utiliser en infusion ou encore dans la fabrication de sirops, les pétales étant reconnues pour leur effet sédatif. Les fleurs sont aussi couramment utilisées comme décoration culinaire. Les pétales et les feuilles se consomment également crues ou cuites dans de multiples recettes.

Coquelicot
Coquelicot

Nom scientifique :  Papaver rhoeas Famille : Papaveracées Couleur des fleurs : Fleurs rouges Plantation :  Plantation en mars , Plantation en septembre Exposition :  Soleil Type de sol :  Ordinaire, Calcaire, Bien drainé...

Fleurs