Roseau commun : plantation, utilisation, envahissant

Le roseau commun (Phragmites australis), ou roseau des marais, que l'on trouve le plus souvent dans les marais ou les bassins, semi-immergé, est une graminée résistante pouvant atteindre près de 3 mètres. Surnommé canne à balai, son système racinaire à rhizomes est aussi redoutable que celui des bambous. Tolérant, le roseau commun s'accommode de tout type de sols et de tout emplacement, le soleil et l'humidité forte étant indispensables.

Roseau commun : plantation, utilisation, envahissant
© theworldtraveller/123RF
  • Nom scientifique : Phragmites australis
  • Famille : Poacées
  • Variétés : Roseau commun variegatus, roseau commun humilis, roseau commun rubra
  • Couleur des fleurs : Fleurs violettes et brunes foncées puis claires
  • Plantation : Plantation en mars, Plantation en avril, Plantation en mai, Plantation en juin, Plantation en juillet
  • Exposition : Soleil
  • Type de sol : Ordinaire à argileux
  • Utilisation : En bassin, Isolé
  • Floraison : Floraison en août, Floraison en septembre, Floraison en octobre, Floraison en novembre
  • Feuillage : Caduc
  • Maladies, animaux nuisibles : Résistant
  • Arrosage : Plante semi-aquatique
  • Croissance : Très rapide
  • Longévité : Vivace
  • Hauteur : Entre 1 et 5 mètres
  • Symbolique : Souplesse, complaisance
  • Vertus médicinales : antiasthmatique, dépuratif, diurétique, hémostatique

Quelles sont les vertus du roseau commun ?

  • Plante de la phyto-épuration par excellence, le roseau commun est très utilisé dans les lieux destinés à l'épuration de sols, notamment pour éliminer les métaux lourds et traiter les eaux usées, à l'extrémité des zones aquatiques ;
  • C'est aussi une plante très utile pour la bonne stabilité des berges grâce à sa croissance rapide formant de solides rhizomes ;
  • Quand il forme une roselière, avec d'autres roseaux, c'est vrai éco-système qui héberge des oiseaux, libellules, canards… 
  • La canne à balais fait par ailleurs un brise-vent efficace s'il est planté groupé étant donné sa taille et son volume ;
  • La plante semi-aquatique sert aussi à structurer les toits de chaume ou les clôtures ;
  • Utilisé pour ses vertus médicinales variées, le roseau commun serait riche en fibres ;
  • Enfin, vous avez déjà certainement vu des bouquets d'inflorescences séchées, ces épillets en forme de plumeau, dans des maisons. La floraison est massive et fait donc un objet de décoration à part entière.
Bon à savoir : le roseau des marais ne doit pas être confondu avec une autre espèce, le roseau des étangs ou roseau à massette. Bien que possédant les mêmes caractéristiques de culture et se développant aussi de façon dense, elle présente des épis floraux en forme de larges tiges, tels des bâtons, de couleur brune.

Comment planter le roseau commun ?

Plante graminée vivace semi-aquatique, le roseau commun doit être planté avec anticipation. Considérée comme envahissante, elle peut désordonner un univers puisque sa croissance, qui se fait grâce à ses stolons et rhizomes, a la particularité d'être très rapide. Vous devez donc bien choisir l'emplacement et, si c'est dans un bassin, vous assurer qu'il n'est pas trop proche d'autres habitations. Veillez à choisir un emplacement ensoleillé car le manque de lumière ralentit sa croissance.

Une fois les dernières gelées passées, plantez-le dans une vingtaine de centimètres d'eau environ, dans un sol argileux idéalement, mais tout type de sol peut lui convenir tant qu'il demeure humide, voire très humide.

Celui qui serait originaire des côtes canadiennes et des Etats-Unis, où il aurait été découvert au début du XXe siècle, peut supporter des conditions de culture aux paramètres très variées, sachant qu'une eau un peu acide est optimale.

L'entretien du roseau commun

L'entretien d'un roseau commun est quasiment nul ou en tout cas, simplifié au strict minimum puisque cette graminée hors norme s'auto-gère. Pour cause, il pousse de façon assez spontanée dès lors que l'humidité ambiante est assurée : il devient donc rapidement dense. Il est très rustique et peut donc résister à des hivers rigoureux avec des températures allant au-delà de -15 °C. Une fois le retour du printemps, il reprend sa croissance de façon normale.

Tailler un roseau commun : est-ce utile ?

Si vous souhaitez freiner sa croissance, du fait de sa dimension envahissante, oui. Nous l'avons mentionné, le roseau commun se développe grâce à ses stolons (tiges secondaires) et ses rhizomes qui poussent dans le sol. Il peut aussi se développer grâce aux graines de ses inflorescences disséminées par le vent. Pour maîtriser votre roselière, le mieux est de la tailler chaque année une fois l'automne arrivé. Pour ce faire, il vous suffit de retirer les stolons du sol et de les couper.

Comment multiplier un roseau commun ?

La multiplication du roseau commun se réalise grâce à la technique de division des rhizomes, au début de l'automne. Mais étant donné que le roseau commun est stolonifère, c'est-à-dire qu'il donne vie à des tiges secondaires prenant racine, donnant ainsi vie à de nouveaux pieds, vous pouvez tout à fait le laisser faire comme un grand ! Les rhizomes finaliseront aussi le travail puisqu'ils se développent tout autant, notamment dans les marais salants.