Ciguë : qu'est-ce que cette plante toxique, comment la reconnaître ?

La cigüe (Conium maculatum) est une plante toxique dangereuse pour l'homme. Apprenez à reconnaître celle qui a empoisonné Socrate, ainsi que les différentes espèces de cigües. Entre bienfait et toxicité, on fait le point !

Ciguë : qu'est-ce que cette plante toxique, comment la reconnaître ?
© Agata Gadykowska/123RF

Les multiples noms de la ciguë

Son nom latin est Conium maculatum mais elle compte de nombreux surnoms tels que grande ciguëciguë tachetéeciguë de Socrate, ciguë commune ou encore ciguë des officines. L'assemblée d'Athènes aurait condamné Socrate, alors accusé de corrompre la jeunesse : il fut contraint de boire une solution à base de ciguë qui causa sa perte.

Que risque-t-on à cueillir de la ciguë ?

La grande ciguë est une plante mortelle qui contient 5 alcaloïdes toxiques :

  • coniine 
  • méthyl-éthyl-coniine
  • pseudoconhydrine
  • conhydrine
  • pipéridine

Elle affecte le système nerveux, cause des troubles de la respiration et paralyse progressivement les membres. La dose létale pour l'homme est de 0,2 g. Il faut donc prendre garde à ce qu'un enfant curieux ne viennent pas y goûter. Le premier symptôme est la paralysie des mains, paralysie qui s'étend ensuite au reste au corps. Certains animaux comme les moutons et les vaches y sont sensibles. Toutefois, l'odeur repoussante de la plante leur passe l'idée d'en consommer, la nature est bien faite !

Comment reconnaître la ciguë ?

La ciguë est une plante herbacée qui pousse spontanément dans les friches et le long des fossés. Ses tiges lisses sont érigées et atteignent jusqu'à 2 m de haut. Elles sont parées de feuilles alternes et découpées. Au sommet, se dressent des fleurs blanches en ombelle. Elle est difficile à arracher en raison de sa racine pivotante qui s'enfonce en profondeur dans le sol.

Quelle est la différence entre la grande cigüe et la petite cigüe ?

Ce sont deux plantes différentes bien qu'elles fassent partie de la même famille. La petite ciguë (Aethusa cynapium) ressemble beaucoup à la grande ciguë (Conium maculatum) sauf qu'elle est plus petite. Elle provoque également des intoxications mais n'a pas de vertus thérapeutiques comme la ciguë des officines. Il existe aussi la ciguë aquatique (Cicuta virosa), poussant dans les milieux humides. Elle ressemble aux autres ciguë et atteint entre 50 cm et 1 m de haut.

Comment différencier la carotte sauvage de la ciguë ?

Les deux ont des tiges dressées, un feuillage découpé et des fleurs blanches en ombelle. Il y a de quoi avoir un doute !

  • Regardez de plus près les tiges : celles de la ciguë sont lisses alors que celles de la carotte sont velues.
  • Les feuilles de la ciguë sont divisées trois fois : c'est-à-dire que sur une tige porteuse de feuilles, vous verrez trois paires de feuilles (les dernières se terminant en pointe à l'extrémité). Le feuillage de la carotte est divisé beaucoup plus de fois.
  • Enfin, la ciguë a une odeur nauséabonde évoquant l'urine ; ce n'est pas le cas de la carotte !
carotte-sauvage-daucus-carota
Carotte sauvage (Daucus carota) © Ruud Morijn/123RF

La ciguë, une plante thérapeutique malgré tout

Cela peut paraître contradictoire mais beaucoup de plantes toxiques sont également médicinales. Certaines substances des plantes toxiques, une fois employées à faible dose, sont au contraire bénéfiques. Utilisée en homéopathie, la grande ciguë est prescrite pour lutter contre les vertiges, les douleurs dans les seins, les troubles urinaires liés à la prostate, la dépression et les troubles sexuels.

cigue
La ciguë, une plante très toxique © Olha Solodenko/123RF
cigue
Conium maculatum (Grande ciguë) © Olha Solodenko/123RF

Plantes extérieures