Rendre son jardin plus adapté aux animaux domestiques

En France, un foyer sur deux possède au moins un animal domestique - chiens, chats, lapins pour les plus connus. Avant d'accueillir un compagnon, réaménager l'espace extérieur est essentiel afin que votre boule de poils se sente bien chez vous.

Rendre son jardin plus adapté aux animaux domestiques
© Unep
© Tristan Froger - Unep

Accueillir un animal est un défi encore plus périlleux pour ceux qui ont un jardin, où il est nécessaire d'aménager de manière optimale et de sécuriser l'espace extérieur pour vos compagnons. Afin d'éviter les faux pas, Tristan Froger, paysagiste, en partenariat avec L'Unep – Les Entreprises du Paysage, nous partage quelques astuces afin qu'ils se sentent aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de votre maison !

Délimiter les espaces de chaque habitant de la maison

Pour que l'arrivée de votre nouvel animal de compagnie se passe sans encombre, visez le parfait équilibre en termes de proportion d'espace disponible, pour assurer une cohabitation harmonieuse entre tous les habitants, humains et animaux ! Il est essentiel de lui sanctuariser un espace afin qu'il puisse avoir un moment de répit à l'écart de toute stimulation ainsi qu'un point de repère à l'extérieur. L'idéal est de l'aménager à l'opposé de la maison, afin qu'il ne puisse pas être dérangé. Pour délimiter cet espace de manière esthétique, privilégiez des clôtures ou barrières en matériaux écologiques tels que le bois européen. Grâce au procédé naturel de thermo-chauffage qui utilise la chaleur et la vapeur, le frêne et le pin pourront être rendus imputrescibles, et ne nécessiteront pas d'entretien supplémentaire. L'autre avantage du bois est qu'il peut être utilisé et réutilisé sous diverses formes, dont celle de palettes de quadrillage pour apporter un coté vintage et cocon à votre espace extérieur. L'acier corten est aussi une option intéressante et durable qui apportera une touche très moderne par son aspect brut, et qui rendra très bien une fois patiné par le temps.

Si vous ne disposez que d'un petit espace, jouez sur les volumes et la profondeur grâce à des techniques d'agrandissement : alternez ombres et lumières, plans d'eau et même miroirs pour le plus grand plaisir de vos grandes et petites bêtes ! Pour les jardins en milieu urbain afin d'optimiser la surface au sol vous pourrez également surélever l'habitat ou l'abri de vos animaux, en installant une petite niche, un perchoir ou un poulailler sur piquets, de façon à utiliser la surface libre au sol comme bon vous semble.

Eliminer tout risque et anticiper le changement de saison

© Unep

Le danger au jardin peut être partout, à commencer par les végétaux ! Restez attentifs aux types de fleurs et de plantes réputées toxiques, comme les fleurs du Laurier rose Laurus nobilis ou encore le beau Sumac de Virginie Rhus typhina, qui ont le don d'attirer vos animaux de compagnie par leur couleur. La meilleure solution est de les mettre dans un endroit inaccessible aux animaux, en hauteur selon leur taille, ou alors de les proscrire, pour avoir l'esprit tranquille.

Bien évidemment, il faut bannir les produits de synthèse qui sont toxiques, autant pour eux que pour nous, au profit d'alternatives plus naturelles. Pour éliminer des petits insectes nuisibles tels que les limaces, les vers ou les pucerons, des poules feront l'affaire car elles raffolent de ces visiteurs non désirés ! Quant aux produits naturels de traitement et d'entretien, il en existe des faciles à réaliser, comme le crottin de cheval ou le purin d'orties – à faire macérer, concentrer, diluer avec de l'eau, puis laisser reposer la solution avant de l'utiliser sur vos plantes. Ces produits nécessitent tout de même des conditions de préparation et d'utilisation strictes afin de ne pas exposer vos animaux à des risques de brulures ou de légères intoxications.

Enfin, l'arrivée d'un animal augure des changements plus importants qui varient selon les saisons ! En été, pensez à planter des végétaux aux abords de son habitat afin de le protéger du soleil et de la chaleur, et lui apporter un peu de fraîcheur. A l'inverse, lorsque l'on arrive dans les périodes plus froides, choisissez des arbustes caducs au feuillage moins important voire inexistant tels que la charmille Carpinus betulus, qui permettront aux rayons du soleil de percer pour mieux le réchauffer.

Les plantes et arbres d'un jardin adaptés aux animaux

© Unep

Les animaux domestiques aiment pour la plupart se nicher et fouiner dans les plantes et les fleurs sans forcément avoir conscience des torts que cela pourrait vous causer. Vos arbres fruitiers, comme les muriers ou les framboisiers, peuvent en être les premières victimes, mais restent inoffensifs à leur égard ! Les groseillers, sans danger pour eux également, poussent à l'ombre et à mi-hauteur et sont souvent la cible de leurs jeux.

Si vous possédez un grand jardin et que vous aimez les arbres volumineux, le Sequoia est fait pour vous : votre boule de poil adorera y faire ses griffes contre son écorce, escalader ce colosse à hauteur d'homme et même découvrir les petits animaux qu'il pourrait abriter.

Pariez également sur les classiques : l'herbe à chats créera un certain engouement chez nos amis à quatre pattes, qui pourront s'y balader à travers et se purifier de manière récréative. En période estivale, les points d'eau ou les fontaines sont également très appréciés car ils leur permettent de se dépenser tout en se rafraichissant.

Enfin, si vous vous sentez prêts à accueillir d'autres habitants, rien de mieux que de planter quelques arbres fruitiers ou plantes à fleurs très odorantes telles que la lavande ou les cerisiers, pour attirer de nouveaux oiseaux et insectes qui pollinisent.

Les besoins des animaux

Reste une question qui fâche : celle des excréments. Véritable fléau au jardin pour les propriétaires, vous pouvez essayer d'en limiter les dégâts en prévoyant une zone de terre "plus noble" - un peu plus humide, voire couverte avec des feuilles - que vos animaux aimeront gratter et retourner. Néanmoins, la première règle pour limiter ces problèmes reste l'éducation dès le plus jeune âge, notamment pour les chiots, à qui il faudra montrer la limite entre votre espace et le leur !

Divers