Peut-on encore faire l'amour à 90 ans ?

"C'est important de distinguer l'âge dans la tête et l'âge de son corps."

Peut-on encore faire l'amour à 90 ans ?
© 123rf- troyanphoto

Et à 90 ans, la sexualité, comment ça se passe ? Le désir est-il encore présent ? Comme le corps réagit-il ? Peut-on encore avoir des orgasmes ? Pour répondre à ces questions, sans tabou, nous avons interrogé le Dr Patrick Papazian, médecin sexologue. Et il rassure d'emblée : "Il existe des modifications physiologiques à 90 ans qui vont toucher les organes génitaux, mais qui n'empêchent en aucun cas la sexualité et la qualité de la vie sexuelle." Très concrètement, "chez la femme, la lubrification peut prendre plus de temps, ce qui peut nécessiter plus de jeux érotiques pour parvenir à un état d'excitation suffisant. De plus, la dilation du vagin peut être plus limité, ce qui peut produire une irritation mécanique de l'urètre ou de la vessie et donc donner envie d'uriner pendant les rapports sexuels". 

"Il est important de rassurer les personnes"

Ces changements ne sont pas constants "mais il est important de rassurer les personnes. Le corps change en avançant avec l'âge, mais cela n'empêche pas la sexualité ou le plaisir et désir sexuel".

Quant au désir sexuel, justement, Patrick Papazian indique que différents profils peuvent se manifester : "On va avoir des femmes qui vont désirer davantage une sexualité plus tactile, moins génitale, qui ne vont plus vouloir de pénétration, mais plutôt des caresses et des massages. D'autres vont préférer la pénétration et en tirer beaucoup de plaisir. Il y a également une population qui va découvrir son désir et son plaisir sexuel, seulement à cet âge très avancé, telle une révélation. Ou encore, ceux qui préfèrent ne plus avoir du tout de rapports." Chacun évolue à sa manière. "Il n'y a pas d'injonction, on peut être très heureux et en bonne santé sans avoir de vie sexuelle active. L'important, c'est d'être bien dans ses baskets et de ne pas souffrir de la situation dans laquelle on est."

Il faut être vigilant et freiner si...

Les deux seuls risques de pratiquer une activité sexuelle à 90 ans sont, premièrement, celui lié aux infections sexuellement transmissibles, mais ce, quel que soit l'âge, et le risque lié au système cardiovasculaire et aux articulations. "Si vous faites des galipettes pendant trois heures et que vous êtes de nature sédentaire, votre corps ne va pas aimer", prévient le médecin sexologue. "De plus, si vous avez des problèmes articulaires, il est préférable d'éviter les positions acrobatiques. Une activité sexuelle ne doit pas générer de douleur, il faut être vigilant et freiner les choses si une douleur se manifeste."

"Un orgasme à 90 ans ne va pas vous tuer"

"À l'inverse, un orgasme à 90 ans ne va pas vous tuer. Ce sont de vieilles idées ancrées et il faut rassurer les personnes. Ça peut même, au contraire, être plutôt bénéfique pour la santé, car il s'agit d'une activité qui permet de sécréter tout un tas de neuro-sécréteurs plutôt bons pour le moral et le bien-être" ajoute l'expert. Selon lui, pour être épanoui sexuellement à 90 ans "il ne faut pas écouter son âge". "C'est important de distinguer l'âge dans la tête et l'âge de son corps. Il faut vivre ce qu'on a envie de vivre et ne pas se laisser avoir par l'âgisme ambiant." D'autant qu'à cet âge, "vous avez la chance d'être parfois très créatifs dans votre sexualité. Les préliminaires peuvent, par exemple, être une sexualité à part entière". Sans parler du fait qu'à 90 ans "on se libère de la pression sur le sujet, on arrête de se comparer aux amis, c'est au final très libérateur".