Cartables trop lourds : comment lui éviter le mal de dos ?

Le poids du cartable ne devrait pas dépasser 10% du poids de l'enfant et les cartables à roulettes, pas plus de 20% du poids de l'écolier. Nos conseils pour lui apprendre les bonnes postures et bien préparer son cartable avant l'école.

Cartables trop lourds : comment lui éviter le mal de dos ?
© Valerii Honcharuk-123rf

Quel est le poids moyen d'un cartable ?

[Mise à jour du 11 septembre 2020]. Livres, classeurs, cahiers, fournitures scolaires... Les enfants en ont plein le dos ! Parfois même, les cartables semblent plus gros que les écoliers. En effet, le poids moyen d'un cartable pour un élève de CM2, de sixième et de cinquième représente environ 8,5 kg.

Quel poids ne pas dépasser selon l'âge de l'enfant ?

8,5 kg correspond environ à 20 % du poids de l'enfant, alors qu'il ne devrait pas dépasser les 10 %. "Soit en moyenne 3,4 kg pour un élève de 11 ans et 4,4 kg pour un élève de 13 ans", précise la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE). 

Cartables à roulettes : pas plus de 20% du poids de l'enfant

Les cartables à roulettes ou cartables trolley semblent depuis plusieurs années être une alternative aux traditionnels cartables ou sac à dos. Ils permettent de se tirer plutôt que d'être portés sur le dos. Mais des chercheurs espagnols et britanniques ont déterminé le poids maximal d'un cartable à roulettes pour les enfants. Selon les résultats publiés dans la revue Applied Ergonomics, ces modèles ne doivent pas dépasser 20% du poids de l'enfant. Les scientifiques ont également constaté que les cartables traditionnels ou à roulettes avaient un impact sur les changements de posture des hanches et du tronc, avec moins de dégâts pour les modèles qui se tirent. 

Cartable à roulettes : quelques précautions à prendre

Les cartables à roulettes semblent utiles lorsque l'enfant parcourt une longue distance pour se rendre à l'école. Mais pour Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE). il s'agit "d'une fausse bonne idée et d'un effet de mode". En effet, les écoliers ont tendance à tirer la charge d'un même côté en provoquant une torsion au niveau du dos. Et lorsqu'ils doivent monter ou descendre les escaliers, c'est à bout de bras qu'ils soulèvent le poids de leur cartable. Les cartables à roulettes présentent donc des avantages, à condition de changer de côté en le tirant, et de le porter correctement. 

Quelles sont les conséquences d'un cartable trop lourd ?

Pourtant, les conséquences sur le dos des enfants sont indéniables (scoliose, compression respiratoire, déséquilibre dans la marche, etc.) et peuvent perdurer jusqu'à l'âge adulte. Alors qu'ils sont encore en pleine croissance, il est donc essentiel de leur apprendre les bonnes postures. 

© ShopAlike

Comment porter son cartable correctement ? 

Apprendre à votre enfant à bien porter son cartable, c'est lui éviter les douleurs au niveau du dos. Avant de porter son sac sur les épaules ou de le poser à terre, l'enfant doit fléchir les deux genoux et soulever la charge au plus près du corps. "Pencher le buste en gardant les jambes tendues est mauvais pour le dos", rappelle le ministère de l'Education nationale. Pour éviter de se baisser et dans la mesure du possible, l'enfant peut accrocher son cartable en hauteur. Il est également important de porter son cartable avec les deux bandoulières sur les épaules pour bien répartir le poids sur le dos et de garder le dos bien droit. Les jeunes ont parfois tendance à porter leur sac d'un seul côté, ce qui entraîne des risques pour le dos puisque le poids est inégalement réparti.

Cartable trop lourd : quelles solutions, comment alléger le poids ?

Le ministère de l'Education nationale a publié en 2008 une circulaire qui reconnaît le surpoids des cartables comme étant un problème de santé publique. Pour la FCPE, "seul un texte législatif ou réglementaire pourrait imposer plus facilement le changement, la circulaire n'étant pas perçue globalement comme une contrainte", indique Hervé-Jean Le Niger, vice-président de la FCPE. Pour alléger le dos des élèves,  une liste modèle de fournitures est publiée chaque année. Mais cela ne suffit pas. 

  • Lors de l'achat du cartable, optez pour un modèle léger et ergonomique. Il doit être adapté à l'âge de l'enfant, à son niveau scolaire et à sa morphologie, mais aussi pratique et facile à manipuler. La plupart des cartables sont dotés de bretelles larges, rembourrées et ajustées, d'un dos renforcé ou d'une ceinture pour la taille.
  • Chaque soir, vérifiez que votre enfant n'emporte pas avec lui des livres ou des cahiers qui ne lui serviront pas le lendemain. Apprenez-lui à prendre l'essentiel et à préparer son cartable quotidiennement afin de ne pas le surcharger. 
  • Placez les livres les plus lourds au centre du cartable et le plus proche du dos afin de bien répartir la charge pour l'enfant. 
  • Renseignez-vous auprès de l'école de votre enfant : est-il possible de ranger ses livres dans un casier, quitte à en prendre quelques uns en double ? On en garderait un à la maison, l'autre resterait sur place à l'école et plus besoin de les transporter (mais le budget rentrée, c'est encore une autre affaire) !

Une campagne contre le mal de dos

La FCPE recommande la mise en place de semaines plus équilibrées de manière à ce que les élèves n'aient pas plusieurs livres à porter chaque jour. Elle préconise par exemple l'autorisation de suivre à deux sur le même livre, la possibilité de stocker des ouvrages dans une armoire, de mettre des casiers à disposition des élèves, ou encore l'achat de plusieurs petits cahiers pour les fournitures scolaires, à acheter au cours de l'année, plutôt qu'un gros cahier de 120 pages. Avec le numérique à l'école, les ouvrages 2.0 pourraient peut-être permettre d'alléger le poids des cartables. En attendant, les infirmières et médecins scolaires ont aussi leur rôle à jouer pour prévenir les risques en sensibilisant les écoliers à l'importance d'une bonne posture. Enfin, "parmi les pistes d'action intéressantes, la FCPE revendique l'achat d'une double collection par niveau de classe pour les livres les plus utilisés, de manière à ce que les enfants n'aient pas à les transporter. Un conseil : ne pas hésiter à sensibiliser les conseils départementaux et les inspections académiques pour obtenir une aide", propose Hervé-Jean Le Niger, vice-président de la FCPE.