Laurier-tin

Le laurier-tin, ou viorne-tin (Viburnum tinus), est un arbuste de choix pour égayer votre jardin en hiver, grâce à son feuillage persistant et à ses lumineuses petites fleurs blanches. À l'automne, ses fruits très décoratifs garnissent somptueusement les feuilles vert foncé et luisantes. D'entretien aisé, cet arbuste de la garrigue méditerranéenne et des landes apprécie les climats doux. On le rencontre aussi bien en massif isolé qu'en haie. Au nord de la Loire, la culture en pot est recommandée.

Laurier-tin
© westhimal/123RF

Quand et comment planter un laurier-tin ?

On plante le Viburnum tinus au printemps ou à l'automne. Voici les étapes à suivre :

  1. Placez la motte dans une bassine d'eau et laissez-la jusqu'à ce que les petites bulles cessent de remonter à la surface.
  2. Creusez un trou deux fois plus large et plus profond que la motte.
  3. Mélangez votre terre avec une petite pelletée de compost.
  4. Placez la motte dans le trou, de manière à ce que le collet arrive au niveau du sol.
  5. Rebouchez, tassez et formez une cuvette autour du pied.
  6. Arrosez généreusement.

Où planter un laurier-tin ?

Le laurier-tin est une plante idéale pour être placée dans une haie. Son feuillage vert foncé et brillant a l'avantage de cacher des regards indiscrets toute l'année. Mais vous pouvez aussi le planter en isolé, en fond de massif ou bien en pot. Très décoratif, il se pare d'une multitude de petites fleurs blanc-rose de novembre à avril. 

Quelle terre pour le viorne tin ?

De manière générale, cette plante qui apprécie le soleil et se plaît en tout type de sol, qu'il soit calcaire ou acide. Toutefois, ce laurier a une préférence pour un substrat drainé et riche. On évite de le placer dans un sol trop humide.

Entretenir un laurier-tin

Le Viburnum tinus ne demande pratiquement pas d'arrosages. Les deux premières années, veillez à lui faire des apports d'eau réguliers, en laissant sécher la terre entre chaque. Ensuite, n'arrosez qu'en cas de sécheresse prolongée. Paillez le pied en hiver avec du compost afin de le protéger du froid et d'enrichir la terre.

Quand et comment tailler le laurier-tin ?

On taille le laurier tin après la floraison, aux alentours d'avril. Pour cela, on rabat les rameaux qui ont fleuri. Ce procédé va favoriser la ramification et densifier la silhouette de l'arbuste. Retirez également le bois mort, afin qu'il ne se dégarnisse pas par le bas. Toutefois, sachez que cette taille n'est pas obligatoire.

Comment multiplier le laurier-tin ?

Pour multiplier le viorne-tin, on a recours au marcottage ou à la bouture. Voici comme bouturer cet arbuste :

  1. Choisissez un rameau non fleuri, semi-aoûté (stade entre l'herbe et le bois, correspond à une tige encore verte et souple mais déjà vigoureuse).
  2. Coupez l'extrémité de ce rameau sur 10 cm de long.
  3. Retirez les feuilles sur la moitié inférieure de la tige.
  4. Placez la bouture dans un mélange de terre et de sable.
  5. Maintenez-la dans un endroit abrité, à l'ombre, en gardant le substrat humide et sous minimum 15 °C.
  6. Au printemps, rempotez-la et placez-la à une situation mi-ombragée.
  7. Attendez 2-3 ans ans avant de planter en pleine terre.

Maladies du laurier-tin

Les feuilles deviennent marron ?

Le feuillage est comme recouvert de petites piqûres et l'ensemble prend une teinte marron ? Il s'agit probablement des thrips ! Ils piquent les feuilles afin de sucer la sève, ce qui affaiblit le sujet. Pour lutter contre, disposez des bandes engluées et douchez le feuillage le matin ou le soir. L'humidité les fait fuir, réitérez cette opération plusieurs jours de suite. Vous pouvez faire la même chose si votre laurier est attaqué par les araignées rouges !

Des maladies cryptogamiques

Le laurier-tin apprécie une substrat bien drainé, un sol humide n'est pas son milieu favori. Et pour cause ! Des maladies issues de champignons peuvent se développer. Dans ce cas, il faut couper les parties concernées et songer à déplacer le laurier, voire le cultiver en pot.

Ne pas confondre laurier-tin et laurier-sauce

La laurier-tin (Viburnum tinus) et le laurier-sauce (Laurus nobilis) ! En effet, le premier est toxique et le second est aromatique. Le laurier-tin est cultivé pour son feuillage persistant et ses fleurs lumineuses, l'intérêt est ici décoratif. Le laurier-sauce quant à lui, est intéressant de par ses feuilles aromatiques qui parfument nos plats en sauce. Sa floraison en revanche n'est pas particulièrement attractive. Pour les différencier, frottez les feuilles de votre laurier : si l'odeur est parfumée, c'est qu'il s'agit du laurier-sauce.

Trois variétés de laurier-tin décoratives

Vous ne savez pas quelle variété choisir ? Découvrez ces trois cultivars !

  • 'Eve Price' : son feuillage vert très sombre est rehaussé par une floraison aux boutons rose et aux fleurs blanches. Il monte jusqu'à 1,20-1,50 m de haut en dévoilant un port compact.
  • 'Lisarose' : le feuillage est d'un vert moyen alors que les boutons floraux offrent un rose soutenu, contrasté par des fleurs rose pâle. Un peu plus haut, ce cultivar culmine entre 1,50 m et 2 m de haut.
  • 'Gwenllian' : le feuillage est vert moyen et lustré, ponctué par des boutons floraux rose foncé et des fleurs blanches dégageant un subtil parfum. Il mesure environ 2 m de haut à maturité.