Saule

Célébré par La Fontaine, le saule (Salix) reste un arbre bien ancré dans l'imaginaire. Le saule était l'arbre de grands espaces humides et des parcs romantiques, cultivé pour l'osier et doté de vertus médicinales. Le saule retrouve aujourd'hui grâce avec des variétés décoratives et plus adaptées à nos petits jardins.

Saule
© Velichka Miteva/123RF

Planter un saule

Arbre de fraîcheur, le saule a besoin d'un sol profond (pour son grand réseau racinaire) et surtout, frais à humide. A l'image du saule pleureur, c'est un arbre qui aime la proximité de l'eau. 

Effectuez la plantation à l'automne ou au printemps dans un trou de 60 cm de largeur. Comblez d'un mélange terre, terreau et compost. Arrosez généreusement. Tuteurez en cas d'un arbre assez haut avec prise au vent.

L'espace doit bénéficier d'un soleil doux et d'aération dans le même temps.

Seuls le saule marsault (Salix caprea) et sa variété naine et pleureuse  'Kilmarnock' tolèrent un sol plus sec.

Arbres de grandes tailles, les saules peinent à trouver leur place dans les jardins plus réduits de notre époque. Mais des variétés naines et à écorce ou feuillage décoratifs comme le saule crevette (Salix integra 'Hakuro-Nishiki') ou de taille réduite comme le saule tortueux Salix erythroflexuosa (hauteur 6 m) apportent leur présence spectaculaire aux jardins contemporains.

Leur floraison précoce (février) en fait des arbres écologiquement précieux pour la biodiversité en nourrissant les insectes dès la sortie de l'hiver.

Entretenir un saule

Le saule nécessite peu d'entretien s'il est installé dans un espace adapté à sa taille et au sol assez frais. L'arrosage est à surveiller lors de sa première année et en cas de forte sécheresse.

Tailler un saule

Le saule supporte bien la taille comme le démontre les siècles de tailles pour récolter les tiges d'osier nécessaires à la vannerie. Le port naturel et harmonieux des saules doit être conservé par de simples tailles d'entretien (coupes des branches qui se croisent ou dérangent).

Le saule pleureur, s'il est dans un espace trop réduit, peut être sévèrement rabattu tous les deux pour contenir son volume. Le saule crevette peut être taillé sévèrement à chaque fin d'hiver afin de multiplier ses branches. Le saule nain et pleureur 'Kilmarnock' peut être taillé de la même manière afin de développer sa ramure et ne pas laisser ses branches toucher le sol.

Comment reconnaître un saule ?

La floraison caractéristique des saules les distinguent facilement des autres arbres. De manière très précoce, souvent avant les feuilles, l'arbre se couvre de petits chatons duveteux, aux étamines jaune d'or pour la plupart. Un spectacle de début de printemps inoubliable.

Quel est le fruit du saule ?

Le fruit du saule s'apparente à une petite capsule sèche et allongée. Pourvue d'une aigrette soyeuse qui lui permet de voler et de disséminer les petites graines qu'elle contient.

Variétés de saule

Il existe 300 variétés de saule.

  • Emblématique, le saule pleureur (Salix babylonica) avec ses 20 m de haut est à réserver aux grands jardins humides. Il peut consommer 400 l d'eau par jour.
  • Variété très décorative et peu encombrante, le Salix integra Hakuro-Nishiki dit saule crevette enchante par ses feuilles fines panachées de blanc et de rose pâle. Attention au soleil qui peut le brûler. 
  • Dans la même catégorie, le Salix caprea 'Kilmarnock' avec sa forme pleureuse illumine le jardin de sa floraison précoce en cascade. 

Ces deux dernières variétés sont naines : leur taille varie de 80 cm à 2,50 m. Si elles sont greffées sur tige, leur hauteur ne dépend que de la hauteur de la tige.

  • Alternatives au saule pleureur, les saules tortueux, aux branches extrêmement décoratives, ne dépassent pas 10 m pour le Salix matsudana et 5 m pour le Salix erythroflexuosa.
  • Les amateurs d'osier, voire de haie tressée, privilégieront le saule blanc (Salix alba) ou le saule des vanniers (Salix viminalis).
  • Enfin, le saule marsault (Salix caprea), saule sauvage et pionnier, joue un important rôle écologique par sa floraison précoce et abondante, riche en nectar et pollen, qui nourrit les insectes à la sortie de l'hiver.