Teigne du poireau : les traitements pour s'en débarrasser

C'est l'ennemi numéro un de cette plante potagère : la teigne du poireau ou ver du poireau. Cette larve peut être extrêmement dévastatrice si le problème n'est pas pris au sérieux à temps. Il existe heureusement quelques solutions en amont et même après l'infestation pour éviter que votre récolte de poireaux ne soit détruite.

Teigne du poireau : les traitements pour s'en débarrasser
© Tomasz - stock.adobe.com

C'est un petit papillon de 16 à 18 mm nommé Acrolepiopsis assectella et a priori inoffensif. Comme souvent au potager, ce n'est pas l'insecte adulte qui est problématique, mais sa larve. Elle se développe dans les feuilles, les tiges ou les bulbes du poireau et creuse pour s'enfoncer au fond du légume, jusqu'à l'assécher. Au potager, ce lépidoptère s'en prend surtout aux alliums, c'est-à-dire aux poireaux, mais aussi à l'ail, à l'échalote, à l'oignon, à la ciboulette et à quelques autres plantes à bulbe. 

Comment reconnaître la teigne du poireau ?

La teigne du poireau est souvent confondue avec la mouche mineuse du poireau, il est donc important de l'identifier en amont. Adulte, l'Acrolepiopsis assectella est un papillon au corps brun. La femelle vit un mois et demi et pond une centaine d'œufs. La période de ponte peut s'étendre du printemps (quand la température dépasse 12°C) au début de l'automne. Sur ce laps de temps, trois générations de papillons peuvent se succéder, la deuxième et la troisième sont généralement plus féroces que la première. Au stade larvaire, la chenille est jaune ou vert clair, avec des points noirs sur le corps et une tête orangée. 

On peut parfois identifier sa présence à l'œil nu lorsqu'elle se balade sur le poireau, mais aussi constater des dégâts physiques : 

  • des trous au niveau du feuillage qui s'étendent et donnent l'impression que le poireau est lacéré
  • des feuilles qui jaunissent et s'étiolent
  • des taches blanches visibles, qui sont en fait les cocons des larves. 

À terme, le poireau finit par être complètement dévoré en son cœur et se dessécher, mais à ce stade il est alors trop tard. 

Comment s'en débarrasser ?

Comme souvent au potager, il vaut mieux prévenir que guérir. 

  • La rotation des cultures limite les risques d'infestation. 
  • Selon le même principe, il vaut mieux planter quelques poireaux au milieu d'autres légumes, plutôt que des rangées en monoculture. 
  • Dès le début du printemps, installez un voile anti-insectes en l'enfonçant légèrement dans la terre. 
  • Vous pouvez en prévention pulvériser du purin de tomates, de rhubarbe ou d'absinthe, mais évitez le purin d'orties que la teigne du poireau affectionne. 
  • Dernière option préventive : placer des pièges à phéromones qui vont attirer et coincer les mâles et limiter la reproduction de l'Acrolepiopsis assectella. 

Si vous voyez des chenilles, essayez de traiter avant qu'elles n'atteignent le centre de la plante. Une fois l'infestation constatée, voici ce que vous pouvez mettre en place : 

  • Retirez toutes les parties infestées, les feuilles abîmées, coupez au maximum et écrasez les larves visibles.
  • Utilisez le Bacillus Thuringiensis, une bactérie utilisée en agriculture biologique qui se révèle très efficace contre la teigne du poireau ainsi que de nombreux autres insectes ravageurs des cultures comme la pyrale du bois ou la piéride du chou. Elle est vendue dans le commerce. Ce remède ne fonctionnera que si les vers n'ont pas encore atteint le coeur du poireau. 

Est-ce que le bicarbonate de soude et le vinaigre sont efficaces ?

Ces deux astuces sont souvent citées comme remèdes de grand-mère. Le bicarbonate de soude, mélangé à de l'huile d'olive puis à de l'eau peut être pulvérisé au pied de la plante, mais il n'est pas toujours suivi d'effet.

Autre astuce qui déçoit souvent les jardiniers : planter des carottes à proximité des poireaux, ainsi que du fenouil ou du céleri, qui avec leurs fortes odeurs éloigneraient l'insecte indésirable. En réalité, les jardiniers témoignent avoir peu de résultats avec cette méthode. 

En revanche, ils conseillent une technique efficace : faire tremper les poireaux dans du vinaigre blanc, voire de la javel - diluée dans de l'eau - avant de les repiquer

Peut-on manger des poireaux qui ont des vers ?

Non, pas vraiment : c'est à la fois peu ragoûtant, mais surtout peu recommandé. Certes, la teigne du chou n'est a priori pas dangereuse pour l'homme mais il vaut mieux éviter, par précaution. 

En revanche, si votre légume n'est pas trop atteint, vous pouvez couper les parties infestées et les jeter - sans les mettre au compost - puis désinfecter le reste avec du vinaigre blanc et enfin repiquer, voire déguster directement une fois certains qu'il ne reste pas de vers.