Orgasme : clitoridien ou vaginal, comment avoir un orgasme à coup sûr

Atteindre l'orgasme ne relève ni de l'exploit, ni du mystère ! Avec un peu d'entraînement, chacune peut y parvenir. Pour vous y aider, voici les conseils pratiques d'une sexologue.

Orgasme : clitoridien ou vaginal, comment avoir un orgasme à coup sûr
© Piotr Marcinski/123RF

Conseil numéro 1 pour avoir un orgasme : lâchez prise

Avoir l'esprit libre, mais aussi être parfaitement détendue sont des conditions quasi indispensables pour qu'une femme l'atteigne. Le stress, les soucis du quotidien ou l'obsession d'atteindre l'orgasme elle-même, peuvent être des ennemis de celui-ci. Chasser les idées parasites et les crispations est plus facile à dire qu'à faire ! Pour vous y aider, vous pouvez respirer profondément,  prendre un bain chaud avant l'acte, ou pratiquer une technique de relaxation comme la sophrologie ou le yoga. "Vous pouvez également vous essayer à un exercice sensuel, en massant votre partenaire et en vous faisant masser, ou bien en vous appliquant une crème sur le corps, etc.", explique Caroline Le Roux, psychologue clinicienne-sexologue.

Faire l'amour souvent pour s'exercer à l'orgasme

Atteindre l'orgasme demande de l'entraînement. Pour mieux connaître les réactions de son corps et pour entretenir le désir de faire l'amour, il est indispensable de le faire assez régulièrement. On vous l'a dit : faire survenir un orgasme et le maîtriser n'est qu'une question de savoir-faire et donc d'entraînement !

Vous pouvez vous accorder avec votre partenaire sur la fréquence, et à ces moments-là, tout faire pour être dans de bonnes conditions pour faire l'amour. "Il est plus facile d'être dans un bon état d'esprit durant les week-ends, les vacances, ou à tout autre moment où vous n'êtes pas trop stressée", explique Caroline Le Roux, psychologue clinicienne-sexologue. "Mais attention, faire l'amour souvent et régulièrement ne doit pas vous mener à culpabiliser si vous n'en avez pas envie. Il faut avant tout respecter son désir, qui peut varier d'une femme à l'autre."

Trouvez votre position préférée pour atteindre l'orgasme

Durant un rapport, commencez par les positions que vous appréciez le moins, pour finir par celle qui provoque l'extase. Pour parvenir à l'extase, toutes les positions du kamasutra ne se valent pas. Si chaque femme a ses préférences, il existe tout de même des critères qui facilitent grandement la survenue de l'extase.

La position de l'Andromaque s'y prête généralement le mieux, ce qui ne signifie pas qu'il est impossible d'atteindre l'orgasme dans une autre posture. "Cette position où l'homme est allongé et la femme est à califourchon sur lui, favorise le contrôle de la pénétration et le frottement du pubis et du clitoris", note Caroline Le Roux, psychologue clinicienne-sexologue. Mais attention, cette position est à réserver pour la fin du rapport. D'une façon générale, mieux vaut aller crescendo en commençant par ses positions les moins favorites.

Le muscle de l'orgasme : entraînez votre périnée !

Lors d'un orgasme, des muscles peu connus mais capitaux entre en jeu. Il s'agit des muscles du périnée. Ceux-ci forment un tressage qui entoure l'urètre, le vagin, et l'anus, qui va du pubis au coccyx. Renforcer ces muscles permet de faciliter, d'intensifier, voire de prolonger ses orgasmes, surtout vaginaux.

En pratique, vous pouvez le faire à l'aide d'objets vendus le plus souvent comme des sextoys, ou comme des accessoires de rééducation périnéale. "Les boules de geisha permettent de se muscler sans y penser. Il s'agit de deux grosses billes reliées par un cordon. Introduites dans le vagin, elles entraînent une contraction involontaire des muscles du périnée. Vous pouvez les mettre deux fois par semaine durant deux heures, à des moments où vous marchez, pour sortir par exemple. Contrairement aux idées reçues, elles ne provoquent pas d'orgasmes intempestifs !", rassure Caroline Le Roux, psychologue clinicienne-sexologue. Si nécessaire, n'hésitez pas à consulter votre gynécologue. Il peut évaluer le relâchement de vos muscles du périnée, et vous proposer des exercices adaptés.

On ne peut pas atteindre l'orgasme sans bien connaître son corps

Savoir comment réagit votre corps sous l'effet des caresses est essentiel. Il faut ensuite "éduquer" votre partenaire en fonction de ce que vous souhaitez ressentir.  Les sexologues s'accordent à dire que la meilleure façon de connaître son anatomie et ses réactions face au plaisir, reste la pratique de la masturbation. "Elle arrive généralement dans la jeunesse mais il n'y a pas d'âge pour commencer. Pour mieux se connaître et provoquer des orgasmes, il est préférable de la pratiquer seule, en dehors des préliminaires. Sur le plan de la fréquence, l'important est de le faire régulièrement, même s'il ne s'agit que d'une fois tous les deux mois", conseille Caroline Le Roux.

Communiquez durant les préliminaires, et même après, pour que votre partenaire vous emmène vers l'orgasme

Si l'orgasme marque généralement la fin du rapport, il faut préparer sa survenue dès le début. Pour cela, votre meilleure arme est la communication : demandez à votre partenaire de soigner les préliminaires si vous imaginez un rapport long, ou de passer directement à la pénétration si vous ressentez une pulsion. Surtout, n'hésitez pas à en dire beaucoup, il ne devinera pas tout seul ce que vous souhaitez ! "Les préliminaires, c'est par exemple pour lui le moment de stimuler votre clitoris, avec ses mains, son corps ou pourquoi pas un sextoy. Orientez-le et n'hésitez pas à interrompre les préliminaires, demander une position plutôt qu'une autres, etc.", conseille Caroline Le Roux.

Non, vous n'êtes pas "frigide" : ne vous mettez pas de barrières psychologiques à l'orgasme !

Que vous éprouviez peu ou pas de plaisir durant les rapports, ne vous pensez pas frigide pour autant ! Faire une croix sur ses orgasmes parce qu'on pense ne jamais en avoir ressenti est contre-productif. Le terme même de frigidité est peu employé par les sexologues. Une femme qui a des difficultés à jouir peut souffrir de dysfonction orgasmique, alors que pour une femme qui n'a jamais ressenti d'orgasme, on parle plutôt d'anorgasmie.

Ne vous imposez pas de limites. Il est prouvé qu'avec un peu d'exercice, la très grande majorité des femmes peut au moins atteindre un orgasme clitoridien, le plus "simple" à obtenir. "Le premier orgasme peut être atteint à n'importe quel âge. Il s'agit d'une technique à maîtriser, pour laquelle il faut s'entraîner régulièrement, en se masturbant par exemple", explique Caroline Le Roux, psychologue clinicienne-sexologue.

Toujours pas ou plus d'orgasme malgré tout ? Parlez-en à un professionnel

Vous aviez des orgasmes et n'en avez plus, ou vous n'en avez jamais ressenti. La première chose à savoir est que chez la femme, l'orgasme n'est pas inné et il doit s'apprendre. Une fois atteint, il n'apparaît pas automatiquement à chaque rapport et peut disparaître sur une longue période, notamment après un traumatisme.

Quand consulter ?  "Une femme peut ressentir un orgasme quasiment à chaque rapport. Si c'était le cas et que sa présence systématique a cessé depuis plusieurs semaines, un spécialiste peut vous aider", conseille Caroline Le Roux. Du moment que l'anorgasmie vous gêne et persiste, il ne faut pas hésiter à consulter. Le gynécologue ou le médecin généraliste peuvent vous orienter, vers un psychologue ou un sexologue selon l'origine de votre blocage.