Comment la Haute Couture s'est réinventée en version digitale ?

Bien que virtuelle, la semaine de la Haute Couture a été plus vivante que jamais. Entre films enchanteurs et humoristiques, mises en scène audacieuses et coulisses sublimées, cette carte blanche a exacerbé le caractère de chaque maison en célébrant de manière inédite le vêtement d'art.

Comment la Haute Couture s'est réinventée en version digitale ?
© Giambattista Valli

Quintessence du luxe à la française, summum de l'élitisme, la Haute Couture est un théâtre d'exception à tout point de vue. Unité de lieu, -Paris-, de temps -deux fois l'an depuis plus d'un siècle-, et d'action avec des pièces en un seul exemplaire qui représentent des savoir-faire singuliers. En juillet 2020, coup de théâtre : les mesures sanitaires et la crise du Covid-19 bouleversent les règles de l'art. La pièce ne se jouera plus à guichet fermé, dans des décors vivants et avec un public choisi, mais en ligne. Organisé par la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, la Haute Couture automne-hiver 2020-2021 digitale a sagement suivi le calendrier officiel, mais chaque maison a produit sa propre mise en scène vidéo. Le résultat tient du baroque. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Schiaparelli (@schiaparelli) le

Less is more

Le premier show à apparaître en ligne donne le ton : le décor n'est pas le seul facteur impacté par la pandémie. Schiaparelli, séparée de son directeur artistique confiné à New-York, présente un clip poétique sous forme de promesse, en proposant non pas des silhouettes mais des croquis qui seront réalisés à l'avenir. Idem pour Elie Saab. Pour respecter au mieux cette discipline de gestes et d'artisanat difficilement dématérialisables, les maisons sont nombreuses à présenter un nombre réduit de pièces. Maison Rabih Kayrouz et Iris Van Herpen ont ainsi misé sur une seule robe comme emblème de leur ligne Haute Couture automne-hiver 2020-2021. Mais ce nouveau format est aussi vécu par certains comme une opportunité d'en dévoiler davantage. 

Dans l'intimité des ateliers

Comment retranscrire l'expérience de la Haute Couture en vidéo ? Si des griffes ont eu peine à se détacher du format défilé filmé, comme Alexis Mabille ou Georges Hobeika, ou sa version look book animé, avec un très beau résultat chez Giambattista Valli ou Chanel, d'autres ont vécu la contrainte comme occasion d'incarner leur collection. Rahul Mishra, Guo Pei, Yuima Nakazato et Ralph & Russo nous offrent un making-of commenté de leur processus de création, en nous donnant à voir des images glamourisées des ateliers de confection. Entre le reportage et le film publicitaire, cette mise à l'honneur du travail pur de la couture fait sens, quand elle ne vire pas à la réclame. 

ralph-russo-haute-couture-2020
Collection Haute Couture automne-hiver 2020-2021 de Ralph & Russo © Ralph & Russo

L'art et la manière

Car il s'agissait bien là de préserver l'aura d'exception de la couture. Ainsi, pour rapprocher la présentation d'un objet d'art, de nombreuses griffes ont pris le parti d'inviter des artistes à immortaliser les collections. Les résultats varient, mais dans l'ensemble le pari est gagnant. Dior nous a plongé dans un conte féérique, Aelis dans une performance de danse puissante, Aganovich dans un univers en stop motion décalé et Azzaro Couture dans un clip musical. La magie des pièces dialogue avec celle de la réalisation, créant des courts métrages de mode enchanteurs. Toujours en dehors des sentiers battus, Viktor and Rolf n'a pas eu froid aux yeux en misant, au contraire, sur l'humour. La marque a fait le choix d'une présentation commentée par Mika , ponctuée de punch lines telles que "Il y a de quoi être énervé ces temps-ci, ces ornements communiqueront ce sentiment à la perfection" au sujet d'un manteau orné d'épines. Une touche de dérision bienvenue au pays si sérieux du luxe. 

Les insoumis

Célébrant plus que jamais la singularité, cette version digitale de la semaine de la Haute Couture a évidemment eu son lot de transgressions. La première eu lieu en amont de l’événement, avec le défilé flottant des 75 ans de Balmain orchestré par Olivier Rousteing. Jacquemus a profité de l'actualité pour annoncer sa nouvelle présentation, offerte à une audience réduite le 16 juillet prochain à Paris. Au sein même du calendrier officiel, deux des plus grands noms se sont également émancipés du planning. En date et heure de leur présentation, Margiela et Valentino ont finalement révélé un teaser. La collection Margiela se dévoilera progressivement en quatre étapes jusqu'au 16 juillet et Valentino donnera un show aux studios de la Cinecittà à Rome le 21 juillet. Contrainte, la couture ? Jamais.