Teddy Riner incarne les "papas modernes"

[Interview] Le judoka français vient de décrocher son neuvième titre mondial. Véritable papa poule, il se confie au Journal des Femmes sur sa vie de famille et sur son fils Eden, âgé de trois ans.

Teddy Riner incarne les "papas modernes"
© Liewig Christian ABACA

[Mise à jour du 4/09/2017]. A 28 ans, Teddy Riner a réalisé tous ses rêves ou presque ! Ce 2 septembre 2017, l'athlète français a remporté son neuvième titre mondial face au Brésilien David Moura. Le voici donc invaincu depuis septembre 2010 et il ne cesse de multiplier les médailles : neuf fois champion du monde de judo, quintuple champion d'Europe, champion olympique à Londres en 2012 et à Rio de Janeiro en 2016... Mais ce qui le rend le plus fier, c'est sans aucun doute Eden, son petit garçon de trois ans. Teddy Riner a beau mesurer 2,04 mètres et vaincre tous ceux qui osent l'affronter, ce papa au cœur tendre fond littéralement devant son fils, avec lequel il aime passer son temps libre. Il incarne parfaitement ces "papas modernes", qui s'impliquent de plus en plus auprès de leurs enfants. Et ce n'est pas pour rien que la marque Pampers l'a choisi en tant qu'ambassadeur pour sa nouvelle campagne "Une nouvelle génération de couches pour une nouvelle génération de papas", A cette occasion, Teddy Riner s'est confié à la rédaction du Journal des Femmes, sur son rôle de père qu'il prend très à cœur. Interview.

Quel papa êtes-vous ? 

Teddy Riner : Je m'occupe beaucoup de mon fils. Je suis très affectueux avec lui, et je l'emmène régulièrement en week-end. Je suis un père très fusionnel et tout le temps collé à lui. On joue beaucoup ensemble. Parfois, je m'allonge par terre et il s'amuse à me sauter dessus, on fait des "roulés-câlins" à travers la maison, on organise un cache-cache... J'aime quand il me dit "je suis là !" (rires). J'essaie aussi d'aider ma femme le plus possible dans les tâches ménagères, et j'apprécie cuisiner pour ma famille. D'ailleurs, il préfère quand c'est moi qui lui prépare le biberon. Hier, il a refusé le lait que lui avait préparé sa maman en lui disant "Non, papa meilleur !"

Comment faites-vous lorsque vous êtes en déplacement ? 

C'est très difficile de ne pas passer de temps avec mon fils. Je me dépêche de sortir de l'entraînement ou de terminer mes rendez-vous pour le retrouver. Parfois même, je les annule pour être avec lui. Je n'ai pas envie de louper une seconde de sa vie ! Je le prends souvent avec moi, en compétition ou à l'étranger. Lorsque je suis à l'entraînement le matin, sa nounou l'emmène parfois me rejoindre, il se balade, et découvre mon monde... Mais attention, il n'aime pas trop que l'on m'approche !

La nounou, un mode de garde idéal ? 

Oui, nous ne sommes pas pressés qu'il aille à la crèche ou à la maternelle. Pour l'instant, il peut rester à nos côtés, à la maison, et cela n'influe pas sur sa façon d'évoluer dans la vie. Ma mère, qui est auxiliaire de puériculture, est aussi de bons conseils. Et elle adore s'en occuper. Mais il est vrai que lorsqu'elle le prend avec elle, on se sent un peu seuls à la maison. Cela fait un vide énorme. D'ailleurs, c'est assez particulier : lorsqu'on le couche le soir, je suis triste... parce que la journée est terminée, et qu'il faut attendre le lendemain. J'ai presque envie d'aller le réveiller !

Étiez-vous impliqué dès la grossesse ? 

Bien sûr ! D'ailleurs, pendant les cours de préparation à l'accouchement, il n'y avait pas beaucoup de papas. Et parfois, je répondais à la place de la dame, j'étais très bon élève ! A la sortie de la maternité, j'étais présent, je mettais les couches, je me levais la nuit pour lui donner le biberon... Mais il a rapidement fait ses nuits. Etre père me tient à cœur ! Ce sont ces moments qui permettent de tisser des liens avec son enfant !

Le jour où vous êtes devenu père... 

De mon côté, je me suis dis "C'est parti, à toi de jouer, et de répondre présent pour ce petit être !". Mais les choses se font naturellement ensuite. Je l'aime plus que tout, c'est mon fils, et il n'y a rien de plus important que lui à mes yeux ! Je pense qu'il ne faut pas avoir peur de "mettre la main à la pâte !" Il faut être à l'écoute, interagir avec son bébé et jouer avec lui, savoir le rassurer, et être câlin. Etre un bon père, c'est pouvoir répondre à tous ses besoins et être présent, tout en sachant être ferme s'il le faut.

Comment avez-vous choisi son prénom ? 

C'est moi qui ait choisi Eden et Madame a accepté. Au départ, nous ne devions pas savoir le sexe, nous avions donc décidé de choisir un prénom mixte. Je lui en avais proposé plusieurs, mais c'est Eden qui a retenu notre attention et cela lui va bien ! Je n'ai pas pu m'empêcher de mettre une petite touche pour le deuxième prénom... Il s'appelle aussi Teddy.

Allez-vous initier votre enfant au judo ?

Je préférerais éviter le judo et l'inscrire plutôt à un autre sport, comme le basket ou le tennis par exemple. Ou n'importe quel autre sport qu'il aimera, excepté le judo ! Je sais qu'on pourrait lui mettre la pression par rapport au passé de son père, et je ne veux pas qu'il vive sa passion comme une contrainte. Pour autant, le judo apporte beaucoup de valeurs à un enfant : la discipline, la motricité, l'écoute, l'évolution au sein d'un groupe... De manière générale, tous les sports apprennent à se cadrer, à évoluer, à se dépasser... C'est l'école de la vie !

Quel est son personnage préféré ? 

Pendant une grande partie de sa vie, il était fan des Minions. Il y en avait partout : sac à dos, pantoufles, slips... et même les bonbons. Je pense qu'on a regardé chaque DVD 300 fois, parce qu'il adorait les voir plusieurs fois à la suite. Ensuite, il y a eu la Reine des Neiges et je chantais "Libérée, délivrée"... Maintenant, il est passé à Flash McQueen, le héro de Cars. Il doit avoir une quinzaine de voiture, il a même le shampooing  à son effigie !

Une sortie en famille ?

On aime aller voir un dessin animé ensemble au cinéma, manger au restaurant, se promener dans les parcs et donner à manger aux poissons ou aux canards... Il aime bien aller à Disneyland, faire les manèges, et bien sûr, les zoos !

Bientôt un petit frère ou une petite sœur ? 

Oui, j'aimerai beaucoup agrandir la famille ! S'il y avait une recette pour avoir des jumeaux, je la tenterais ! J'aime les maisons où il y a de la vie...

Actuellement, Teddy Riner se prépare pour les Championnats du monde de judo qui auront lieu à Budapest cet été, du 23 août au 3 septembre 2017. "Cela va être ma grosse reprise, mais je m'entraîne pour parvenir au meilleur niveau sur cette compétition". Le judoka compte bien emmener son fils Eden avec lui. "Depuis qu'il est né, il n'a pas loupé une compétition à part un championnat du monde (en Russie)". Enfin, Teddy Riner disputera en novembre 2017 le championnat du monde "toutes catégories" qui aura lieu à Marrakech.

Lire aussi