Que prévoit Emmanuel Macron pour l'éducation ?

"Que prévoit Emmanuel Macron pour l'éducation ?"

Vainqueur de l'élection présidentielle 2022, Emmanuel Macron va pouvoir, au lendemain de sa victoire, s'atteler à ce qu'il considère comme l'un des grands chantiers de son nouveau mandat : l'école. Enseignements innovants, collaboration avec les entreprises ou reprise des fondamentaux... Le président a beaucoup de devoirs pour ces cinq années à venir !

Réélu avec 58.54% des voix, Emmanuel Macron s'est engagé pendant toute sa campagne présidentielle à consacrer ce nouveau mandat au remodelage du système scolaire. Ce qu' il considère, avec la santé, comme l'un des "deux immenses chantiers" à traiter ces cinq prochaines années, doit effectivement passer par des transformations profondes et innovantes, tant pour les élèves que pour le corps enseignant. Lutter contre le décrochage scolaire, proposer des perspectives professionnelles concrètes et variées dès le collège ou encore revaloriser généreusement le salaire des enseignants... Voici le cahier des charges que s'est fixé Emmanuel Macron pour cette nouvelle mission présidentielle.

Quelles sont les propositions d'Emmanuel Macron pour l'école ?

  • Revenir aux fondamentaux. Parallèlement à la création de nouvelles matières, Emmanuel Macron souhaite tout d'abord revenir aux fondamentaux. Etant donné le  faible niveau des écoliers français, ce retour aux sources est une priorité. En effet, le dernier rapport Timms, qui mesure le niveau des élèves de CM1 et de quatrième, a classé la France  en dernière position de tous les pays de l'Union européenne en Cm1 et avant-dernière en quatrième.
  • Les maths, dans le tronc commun au lycée. Les performances  en mathématiques surtout sont les plus déplorables, d'autant que la matière a été sortie du tronc commun lors de la dernière réforme du baccalauréat. Ainsi, Emmanuel Macron propose de réintégrer les mathématiques dans le tronc commun jusqu'à la Terminale. L'un des buts à plus ou moins long terme, redonner envie aux lycéens de s'orienter vers les classes préparatoires économiques et commerciales, qui ont perdu en 2020 9% de leurs effectifs, selon les professeurs de la filière.
  • 30 minutes de sport par jour à l'école. Concernant toujours les matières traditionnelles, le président réélu souhaite la mise en place d'une "demi-heure de sport quotidienne" à l'école car "le sport à l'école est un point fondamental".
  • Enseignement du numérique à l'école. A propos de l'orientation, Emmanuel Macron propose la création d'un nouvel enseignement entre la 5è et la 3è, à raison d'une demi-journée hebdomadaire, consacré au numérique, aux savoirs manuels, à l'apprentissage du code "en équivalent de la seconde langue",  mais aussi et à la découverte de nouveaux métiers avec la rencontre de professionnels. En cela, Emmanuel Macron souhaite rapprocher l'école du monde de l'entreprise, et amorcer une passerelle plus concrète entre les univers théorique et pratique, permettant aux collégiens d'avoir "accès à des métiers à l'extérieur pour comprendre ce vers quoi ils veulent aller"
  • De fait, Le Président veut aussi "mener une grande réforme du lycée professionnel" et voir les stages des lycéens professionnels plus longs, et surtout rémunérés grâce à un financement de l'Etat.

► Le programme d'Emmanuel Macron

Une enveloppe de 12 milliards pour l'Education, augmentation des enseignants

La refonte de l'école pour les élèves, doit en miroir être aussi bénéfique à ceux qui y travaillent. Ainsi, Emmanuel Macron a déclaré consacrer une enveloppe de 6 milliards d'euros à la masse salariale, passant par une large revalorisation des salaires, et des débuts de carrière pour les nouveaux professeurs à pas moins de 2000 euros. En échange d'une nouvelle grille salariale plus généreuse, le président leur demande néanmoins de s'investir dans d'autres missions, comme le remplacement des collègues absents ou l'aide aux devoirs.

En outre, le Président souhaite donner plus d'autonomie aux établissements, comme le recrutement de nouveaux enseignants, hors des parcours d'affectation classiques, en fonction des besoins et profils particuliers. Il veut aussi faire de l'autonomie des écoles primaires une priorité et proposer des contrats de 35 heures aux AESH (Accompagnants des élèves en situation de handicap). 
Une grande concertation est par ailleurs prévue en début de quinquennat avec les professeurs, les parents, les élèves du second degré et les élus locaux. En effet, Emmanuel Macron avait déjà précisé, le 3 mars dernier, vouloir faire un tri dans les filières professionnelles, trop nombreuses et pour certaines sans débouchés. De même, Le Président Macron souhaite plus de transparence dans la communication des résultats des évaluations nationales, afin de mettre en lumière "des pratiques pédagogiques qui permettent d'avoir de meilleurs résultats". Tout un programme !