Continuité pédagogique : un bilan positif pour les élèves français

Dans son ensemble, la continuité pédagogique a porté ses fruits durant le confinement, selon un rapport du ministère de l'Education nationale. Mais cela n'aura que peu d'effets positifs sur la scolarité des enfants... surtout sur leur motivation !

Continuité pédagogique : un bilan positif pour les élèves français
© Katarzyna Białasiewicz

Voici venue l'heure du bilan du programme de continuité pédagogique mis en place par l'Education nationale durant le confinement. En un mot ? Positif. "66% des parents considèrent que le niveau d'apprentissage a été maintenu", note le rapport du ministère ce 22 juillet. Mais quelques nuances viennent contraster ces chiffres... "Seulement 41% des parents déclarent que leur enfant a progressé dans ses apprentissages". Dans l'ensemble, ils ont l'impression que les cours à distance se sont bien passés, mais que cela n'a pas eu d'effets bénéfiques sur la scolarité des petits et des grands. 

Selon le secteur de scolarisation, des enseignants plus ou moins satisfaits

Les enseignants considèrent majoritairement que les élèves ont appris de manière satisfaisante : ceux du premier degré sont 77 % dans ce cas, contre 68 %. pour ceux du second degré. Mais cela varie selon le niveau de scolarisation et le secteur d'enseignement. Ainsi, l'éducation prioritaire du premier degré a davantage souffert du confinement. Si dans l'ensemble des établissements, 74% des directeurs se félicitent de ce qui a été mis en place, du côté de l'éducation prioritaire, les directeurs ne sont que 55% à l'affirmer. Dans le second degré, seul un enseignant sur deux se dit satisfait de l'apprentissage des élèves sur la période du confinement. Le rapport précise : "Dans le premier degré, l'appréciation des professeurs des écoles exerçant en éducation prioritaire apparaît dégradée par rapport à la moyenne tous secteurs confondus, puisque seuls 64 % portent un regard positif sur l'apprentissage des élèves pendant la période de fermeture des écoles, contre 77 % de l'ensemble des enseignants du premier degré."

Tous les enfants ont-ils pu être suivis correctement ?

"Pendant cette période de confinement, les professeurs des écoles estiment ne pas avoir pu suivre 6 % des élèves de leur classe en moyenne. Pour les professeurs des collèges et lycées, cette proportion d'élèves de leur classe qu'ils n'ont pas pu suivre est estimée à 10 %." Si cette proportion est faible, les professeurs reconnaissent tout de même que les inégalités scolaires n'ont pas été réduites autour de ce programme de continuité pédagogique

Parents et enfants : l'éducation en confinement

De leur côté, les parents sont aussi dans l'ensemble satisfaits de ce qui a été mis en place. A la question : "pensez-vous que le travail proposé à vos enfants leur a été profitable ?" La plupart des parents répondent oui ! Surtout dans le second degré, où ils sont 8 parents sur 10 à être satisfaits du suivi des professeurs avec les élèves pendant le confinement. Les parents de collégiens sont les plus contents (81%), suivis de près par les parents de lycéens (75%). 

Ce qui ne signifie pas que l'école à la maison a été facile... Y compris pour les élèves ! Il y a eu beaucoup de moments de perte de motivation à étudier (deux élèves sur cinq en témoignent), quelques difficultés à comprendre les consignes (14%), des problèmes d'organisation pour 19% d'entre eux. Le rapport note en tout cas que le matériel de travail n'a pas été un problème. Huit enfants sur 10 déclarent ne pas en avoir manqué, ou alors de façon épisodique uniquement. Globalement, le travail en autonomie s'est bien passé ! Ils ne sont que 15% à avoir trouvé le travail seul difficile à effectuer.

C'est d'ailleurs le point positif principal de la synthèse émise par les professeurs : les enfants ont gagné en autonomie de travail. Les parents sont d'accord, eux aussi, à 60%. Mais lorsqu'il s'agit d'évaluer globalement cette période sur la motivation des élèves à travailler : les professeurs soulignent dans leur majorité (à 62%) que cela n'aura pas eu un effet positif.