Bébé hypotrophe : qu'est-ce que c'est, quelles sont les causes ?

Lorsqu'un nouveau-né a des mensurations insuffisantes pour son terme, on dit qu'il est hypotrophe. Quelles sont les causes et les conséquences de ce retard de croissance ? Peut-il être rattrapé ensuite ? Réponses avec les Dr Clément Chollat et Diane Carriere, pédiatres néonatologues à la maternité de Port-Royal (APHP).

Bébé hypotrophe : qu'est-ce que c'est, quelles sont les causes ?
© Inara Prusakova-123rf

Qu'est-ce qu'un bébé hypotrophe ?

"Un bébé est hypotrophe lorsque son poids est inférieur à 10% du poids des bébés pour un sexe et un terme donné. Par exemple, pour un garçon né à 38 semaines d'aménorrhée, on estime qu'il est hypotrophe quand son poids est inférieur à 2,6 kg et à 40 semaines d'aménorrhée, quand il n'excède pas 3 kg, explique le Dr Clément Chollat, pédiatre néonatologue à la maternité de Port-Royal. L'évaluation de l'hypotrophie se fait à partir de courbes de croissance, qui ont été établies selon les mensurations des nouveau-nés entre 24 et 42 semaines d'aménorrhée. "À partir de ces courbes, on évalue si le poids, la taille et le périmètre crânien du nouveau-né se situent au-dessus ou en-dessous de la limite des 10%, qui définit l'hypotrophie". On parle d'hypotrophie sévère lorsque les mensurations sont inférieures au troisième percentile, soit inférieures à 3 % des mensurations de la population des bébés pour un même terme et un même sexe.

Bébé hypotrophe : quelles sont les causes ?

On distingue les causes liées à la mère et les causes liées au bébé.

Les causes maternelles les plus fréquentes sont : 

  • La pré-éclampsie, maladie de la grossesse liée au placenta, qui entraîne une mauvaise vascularisation du fœtus durant la grossesse. Elle se caractérise par une élévation de la pression artérielle maternelle et une élévation de la quantité de protéines présente dans les urines.
  • Certaines malformations de l'utérus peuvent altérer la croissance du fœtus.
  • Un bas niveau socio-économique, un âge maternel bas (<18 ans) ou élevé (> 40 ans) constituent également des facteurs de risque.
  • Certaines maladies chroniques connues chez la mère comme une hypertension artérielle chronique ou une maladie rénale. 
  • La prise de certains médicaments
  • La consommation de toxiques (tabac, drogue, alcool, héroïne). 
  • La malnutrition et les troubles du comportement alimentaire. 

Les causes liées au fœtus :

  • Des maladies du fœtus d'ordre génétique sont susceptibles d'entraîner des petits poids de naissance.
  • Des maladies liées à certaines infections dont la plus recherchée est l'infection à CMV. Sans oublier la rubéole, dont la prévention est faite par la vaccination dans l'enfance. Egalement la varicelle ou la syphilis.

Quand et comment diagnostiquer l'hypotrophie ?

L'hypotrophie peut être détectée pendant la période anténatale lors des échographies de surveillance, en se référant aux courbes de croissance fœtale. Lorsque les mensurations du fœtus sont inférieures au dixième percentile, on parle d'hypotrophie fœtale. "Des examens vont alors être réalisés pour déterminer la cause de ce retard de croissance chez le fœtus : l'échographie morphologique pour rechercher des malformations fœtales, l'échographie doppler pour évaluer un problème vascularisation du fœtus. Les obstétriciens peuvent éventuellement proposer une ponction du liquide amniotique (amniocentèse) pour rechercher une cause au problème de croissance (bilan infectieux, bilan génétique). Des bilans sanguins seront également réalisés chez la maman, et la grossesse sera suivie de manière rapprochée. L'enquête se poursuivra ensuite après la naissance avec l'examen clinique complet du nouveau-né et éventuellement des examens complémentaires qui pourront être réalisés au cours des premiers jours de vie ", commente le Dr Dianne Carriere. Dans certains cas, l'hypotrophie n'est décelée qu'après la naissance.

Quelles sont les conséquences de l'hypotrophie chez le bébé ?

Les conséquences de l'hypotrophie vont dépendre du terme de naissance. Il existe un risque de complications peu sévères liées au petit poids de naissance, motivant une surveillance particulière dès la naissance. "En suite de couches, pour les bébés qui sont nés à terme, plusieurs complications sont possibles. Les plus fréquentes sont l'hypothermie parce que ces bébés ont moins de capacité à réguler leur température, ils sont aussi plus sujets à faire des hypoglycémies car ils ont des réserves en glycogène insuffisantes à la naissance, ainsi que des hypocalcémies. Ils peuvent également avoir des problèmes au niveau hématologique (diminution du taux de plaquettes) lorsque l'hypotrophie est sévère", indique le spécialiste. Mais rassurez-vous, ces bébés seront surveillés de près en suite de couches, notamment par la prise de température régulière, la mise en place d'un berceau chauffant si besoin. Une prise de sang au deuxième jour de vie peut être nécessaire en cas d'hypotrophie sévère. En cas de problème, une stratégie nutritionnelle particulière peut être proposée pour que le nourrisson ait des apports nécessaires.

Bébé hypotrophe : quelle prise en charge, que faire ?

Vous êtes enceinte :

"La prise en charge de la future mère dépendra de la cause de l'hypotrophie. Dans la plupart des cas, une surveillance sera proposée à l'hôpital. Si l'origine est vasculaire, un traitement par aspirine peut éventuellement être administré à la future maman. Mais, ce qui compte le plus, c'est que celle-ci bénéficie d'une surveillance accrue dans une maternité de niveau 2 ou 3", note le Dr Clément Chollat. "Si elle fume, on va lui proposer un sevrage du tabac adapté. En cas de malnutrition maternelle, la sage-femme et le gynécologue conseilleront la maman pour adopter une alimentation plus équilibrée afin d'améliorer la croissance du fœtus".

À l'accouchement 

Les nourrissons hypotrophes sont plus fragiles et peuvent avoir plus de mal à supporter le travail. Les obstétriciens et les sage-femmes surveillent de près le rythme cardiaque du bébé. En cas de mauvaise tolérance du travail, une césarienne peut être envisagée.

Pendant l'enfance

"On préfère que le suivi des enfants hypotrophes soit effectué par un pédiatre plutôt que par un médecin généraliste. Il devra surveiller le développement psychomoteur qui peut être parfois un peu décalé chez le bébé hypotrophe. Concernant la croissance, la plupart des enfants vont rattraper une croissance normale au cours de leurs deux premières années de vie", poursuit le Dr Diane Carriere, néonatologue.