Violences conjugales : Alerte par SMS au 114, Aides et Hébergements en confinement

En temps de confinement, les victimes de violences conjugales sont encore plus en danger. Afin d'éviter les drames, un texto au 114, un dispositif d'alerte dans toutes les pharmacies et d'autres options pour appeler au secours sont envisageables...

Violences conjugales : Alerte par SMS au 114, Aides et Hébergements en confinement
© ERIC DESSONS/JDD/SIPA

[Mise à jour mercredi 1er avril à 9H26]  Si le confinement pour lutter contre la propagation du Covid-19 constitue une épreuve pour beaucoup, il peut se muer en véritable enfer pour les victimes de violences conjugales. Cloîtrées avec l'homme (ou la femme) qui les terrifie, rester à la maison 24h/24 relève alors du défi surhumain et le domicile se transforme en véritable prison. De plus, les activités des juridictions françaises et des associations d'aide aux victimes financées par l'État ont été fortement ralenties afin d'éviter la propagation du coronavirus.
La secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes Marlène Schiappa a évoqué ce dimanche 29 mars des "indicateurs" laissant penser qu'il y aurait "une recrudescence des violences conjugales" pendant le confinement. "Nous observons qu'il y a + 32 % de signalements de violences conjugales en zone gendarmerie en une semaine et + 36 % dans la zone de la Préfecture de police de Paris en une semaine également", a-t-elle déclaré à l'antenne d'Europe 1

Violences conjugales en confinement : quels sont les nouveaux dispositifs d'alerte pour les victimes ?

Pour venir en aide aux femmes (ou hommes) battues et limiter les drames, de nombreux dispositifs ont été mis en place par le gouvernement depuis le début de la crise sanitaire :

  • Un numéro d'urgence (notamment destiné aux victimes sourdes et malentendantes) est désormais mis à disposition. Une personne se sentant en danger pourra envoyer un SMS au 114 "pour qu'ensuite les forces de sécurité intérieure interviennent", a annoncé Christophe Castaner.
  • Depuis le 30 mars, des "points d'accompagnement éphémères"  sont mis en place dans les centres commerciaux Unibail, à l'entrée des hypermarchés, pour accueillir les victimes, a déclaré Marlene Schiappa dans une interview pour Le Parisien.
  • Près d'un million d'euros ont été débloqués pour venir en aide aux associations de terrain. 
  • Un dispositif d'alerte a été mis en place dans les pharmacies. "Dans la pharmacie, au moment où la femme qui peut être battue, se rend sans son mari, il faut qu'elle puisse donner l'alerte", a-t-il déclaré. Il suffit aux victimes de prononcer le terme "Masque 19" auprès du pharmacien pour que celui-ci avertisse les forces de l'ordre.

​La secrétaire d'Etat a également précisé que de nombreuses gardes à vue et condamnations avaient eu lieu ces deux dernières semaines pour des faits de violences conjugales. 

Interrogé sur France 2  jeudi 26 mars, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait déjà fait ce triste constat, déclarant que les violences conjugales avaient bel et bien augmenté en France depuis le début du confinement. Il a ainsi appelé les préfets et les forces de l'ordre à la mobilisation, rappelant que "intervenir en cas de violences intrafamiliales reste une priorité"

Violences conjugales en confinement : où appeler à l'aide si l'on ne peut pas quitter son domicile ?

Malgré tout, il arrive que le conjoint violent, sinistrement bien informé, ait déjà connaissance des procédés susmentionnés. Dans ce cas, il est parfois ardu pour la victime de violences conjugales de sortir du domicile, ne serait-ce que pour prendre l'air ou faire les courses, puisqu'elle en est empêchée par le conjoint.

Une solution plus envisageable pour tenter d'échapper à cet enfer serait d'appeler à l'aide depuis son domicile (pas forcément par téléphone). Voici les options à considérer : 

Pour lancer l'alerte en cas d'urgence

  • Le secrétariat d'État chargé de l'Égalité a également appelé les victimes à composer le 17 "en cas d'urgence" ou à contacter la plateforme de signalement des violences, arretonslesviolences.gouv.fr, accessible tous les jours, 24h/24. 
  • Consciente qu'"il est difficile de téléphoner quand vous êtes enfermés avec l'agresseur", Marlene Schiappa invite toutes les victimes à venir communiquer sur la plateforme d'écoute Stop-violences-femmes.gouv.fr mise en place par le gouvernement. "Vous avez des policiers et des gendarmes formés qui prennent des signalements, qui lancent des enquêtes et des interventions en matière de violences conjugales", a-t-elle précisé.
  • Un nouveau mode d'alerte, plus discret. La militante Diariata N'Diaye est consciente de la difficulté pour les victimes "d'appeler les secours en toute discrétion ou de quitter leurs domiciles pour trouver de l'aide". Pour tenter d'apporter une réponse à ce problème, elle a créé l'application mobile App-Elles, qui permet d'alerter sur une situation dangereuse, de plusieurs façons. La victime peut prévenir de manière simultanée jusqu'à 3 de ses proches, sa position GPS leur est automatiquement transmise et ceux-ci peuvent choisir d'appeler les secours ou de se rendre eux-mêmes sur place (plus difficile dans le cadre du confinement). 

Par ailleurs, un enregistrement sonore peut être déclenché afin d'avoir plus d'informations sur la situation précise. Ces mêmes enregistrements pourront être sauvegardés et exploités éventuellement en cas de procédure judiciaire. Les modes de déclenchement de l'application sont, en outre, discrets.

Pour s'informer sur ses droits ou bénéficier d'une oreille attentive

  • Quant au 3919, le numéro d'écoute mis en place depuis le Grenelle des violences conjugales qui a eu lieu à la fin 2019, son service est maintenu, mais tout de même réduit. Il sera possible de composer le numéro, du lundi au samedi, de 9h à 19h. "Les écoutantes du 3919 confinées se voient attribuer un téléphone portable adéquat et du matériel informatique afin de mettre en place une écoute à distance", lit-on dans un communiqué du secrétariat d'Etat chargé de l'Égalité.
  • Pour s'informer sur leurs droits, les femmes peuvent, en cas de besoin, se rendre sur le site de la FNCIDFF (Fédération Nationale des Centres d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles) et prendre contact avec les équipes, qui sont en télétravail durant le confinement, afin de poser leurs questions.
  • Pendant le confinement, l'Association Femme Huissiers de Justice de France reste joignable, notamment par mail à l'adresse suivante : afhj.fnsf@scp-desagneaux.com. "La retranscription de SMS et de mails (mot pour mot) avec la rédaction de procès-verbaux est la mesure d'urgence que nous pouvons réaliser gratuitement pour toutes celles qui en ont besoin. Nous sommes à l'écoute, restons attentives et traiterons toutes les demandes d'actes, qui nous parviendront par courriel, gratuitement ", a précisé Maitre Astrid Desagneaux, présidente de l'Association Femmes Huissiers de Justice de France, dans un communiqué.

Même si les juridictions fonctionnent au ralenti, les cas concernant les violences conjugales restent prioritaires. "Les comparutions immédiates et les ordonnances d'éloignement des conjoints violents font partie des procédures d'urgence. J'ai clairement expliqué aux juridictions qu'il fallait répondre à ces urgences", a fait savoir Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, à 20 Minutes.

Le confinement dans les centres d'hébergement, possible... ou pas ?

Pour ces victimes, l'une des solutions aurait été de fuir le domicile : plus facile à dire qu'à faire... Les places en centre d'hébergement sont déjà manquantes tout au long de l'année et avec un ou plusieurs enfants à charge, le problème se complique.

  • Toutefois, la Fondation des Femmes a annoncé l'ouverture de 320 places d'hébergement en résidences universitaires jusqu'au 31 juillet 2020. D'autres places pourront être débloquées en urgence. Des nuits dans des hôtels seront également financées par l'association.

Pour celles qui ont déjà pu se réfugier en centre d'hébergement, la secrétaire d'État à l'Égalité femme-homme a sommé les départements de surveiller scrupuleusement les conditions d'accueil en ces lieux. Marlène Schiappa a attiré l'attention sur la nécessité de maintenir le respect des mesures barrières et d'assurer au mieux "l'organisation de l'école à la maison" pour les victimes qui résident avec un ou plusieurs enfants dans ces refuges.

Autant de points qui ne sont pas toujours respectés, faute de moyens. "Nous n'avons pas de masques, peu de gel hydroalcoolique. Et les filles, souvent très jeunes, sont enfermées à deux dans des chambres de 23 m", a déploré la directrice de l'association Une Femme, un Toit, auprès de 20 Minutes. La situation est malheureusement critique...