Leïla Bekhti, indignée par les violences policières : "C'est ça le monde d'après ?"

Comme d'autres personnalités françaises, Leïla Bekhti a participé à la marche pour que justice soit faite pour Adama Traoré. L'actrice de 36 ans a également tenu à laisser un message fort à ses abonnés sur les réseaux sociaux...

Leïla Bekhti, indignée par les violences policières : "C'est ça le monde d'après ?"
© Boyer David/ABACA

La coupe est pleine ! Comme de nombreuses personnalités françaises et internationales, Leïla Bekhti a décidé d'agir contre les violences policières en rejoignant les rangs de la manifestation organisée pour Adama Traoré le 2 juin à Paris. L'actrice de 36 ans s'est également emparée d'Instagram dès le lendemain pour partager une photo de la foule de manifestants devant le tribunal de grande instance de Paris. L'occasion pour l'héroïne de Tout ce qui brille de partager un message fort, alors que la France vient d'entrer le 2 juin dans la seconde phase du déconfinement.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Cest donc ca le monde dapres ? Ce nouveau monde quon nous annoncait ? Celui que le deconfinement ouvrirait ? Mais dans ce monde dapres, avait-on seulement imagine quun George Floyd pouvait mourir dans ces conditions ? Apres deux mois confines, tenus loin du monde, nos premiers pas a lexterieur se heurtent a cette violence insupportable. Cest peut-etre ca le monde dapres, mais ca ressemble etrangement au monde davant dans lequel le jeune Adama Traore et tant dautres ont disparu dans des circonstances similaires. Mais a ces moments-la, je nai pas vu. Je realise que je nai probablement pas voulu voir. Cette violence policiere quon avait fini par banaliser. Mais le monde sest reveille sous le genou de lindicible. Dans le monde davant, cet acte abominable serait probablement passe inapercu. Un de plus. Mais dans le monde dapres, il se passe quoi ? Il se passe que la mort de Georges Floyd et dAdama Traore porte un echo dune puissante ampleur. Alors, cest peut-etre ca le monde dapres, un monde dans lequel on regarde ce quil se passe. Oui , cest surement la que la bascule est en train de soperer : nous entrons dans un monde dans lequel on choisit de voir et de faire face. On choisit de prendre conscience, de reagir, de changer ENSEMBLE. Hier, nous etions tous reunis pour la justice et nen deplaise a certains, pas contre la police. Le monde doit changer. Tant mieux. Nous aussi.

Une publication partagée par Leila Bekhti (@leilabekhti) le

Leïla Bekhti : "Je réalise que je n'ai pas voulu voir"

"C'est donc ça le monde d'après ?" s'interroge la maman de Souleiman; avant de dénoncer les violences policières à l'encontre d'Adama Traoré et "tant d'autres". Elle évoque également le cas de George Floyd, un afro-américain de 46 ans décédé à la suite de son interpellation par trois policiers de Minneapolis.

Leïla Bekthi explique :  "C'est peut-être ça le monde d'après, mais ça ressemble étrangement au monde d'avant dans lequel Adama Traoré et tant d'autres ont disparu dans des circonstances similaires. Mais à ces moments-là, je n'ai pas vu. Je réalise que je n'ai probablement pas voulu voir".

La compagne de Tahar Rahim lance un appel au changement à ses abonnés : "Mais le monde s'est réveillé sous le genou de l'indicible (…) Oui, c'est sûrement là que la bascule est en train de s'opérer : nous entrons dans un monde dans lequel on choisit de voir et de faire face. On choisit de prendre conscience, de réagir, de changer ENSEMBLE".

La jeune femme n'était pas la seule à exprimer son indignation ce lundi 2 juin, aux côtés des manifestants. Comme elle, son acolyte Géraldine Nakache, Sara Forestier, Adèle Haenel, Marina Foïs, Adèle Exarchopoulos, Aïssa Maïga ou Camélia Jordana ont participé à la manifestation de la capitale contre les violences policières. Le monde de la musique s'est également mobilisé, avec les rappeurs Dadju, Vegedream, Aya Nakamura, Gradur et bien d'autres, prenant part au cortège.