Envie de bébé, accouchement : une illustratrice dénonce les questions indiscrètes

"A quand le prochain bébé ?", "Tu n'as pas encore accouché ?" L'illustratrice Héloïse Weiner s'attaque aux questions que l'on pose toujours aux femmes qui n'ont pas encore d'enfants ou aux futures mamans sur le point d'accoucher. Une manière de remettre les pendules à l'heure !

Envie de bébé, accouchement : une illustratrice dénonce les questions indiscrètes
© Anastasia Vish

Pourquoi la société est-elle si préoccupée par les désirs et le corps des femmes ? L'illustratrice Héloïse Weiner a décidé de s'attaquer à cette épineuse question en mettant en images sur son compte Instagram les remarques les plus exaspérantes auxquelles sont souvent confrontées les femmes. L'illustratrice s'est notamment intéressée à ces phrases auxquelles toutes les femmes en fin de grossesse ont été confrontées. Les amis et la famille, manifestement très impatients, ne peuvent s'empêcher de faire des commentaires. Rien de bien méchant, mais une maladresse parfois difficile à supporter alors que l'on attend soi même avec impatience l'arrivée de son bébé... et que ce dernier tarde à pointer le bout de son nez. Cela va des conseils toujours utiles : "Tu devrais essayer la marche, Mange épicé, fais le ménage, fais l'amour !", aux remarques désobligeantes : "Rolala t'es énorme, t'as l'air fatigué !", "quoi ? tu n'as pas encore accouché ?!". Sans oublier les oiseaux de mauvaise augure : "Fais gaffe ça peut être dangereux après", "Profite, après tu dormiras plus jamais ah ah ah !" Parmi les autres conseils "magiques" pour faire venir bébé plus rapidement figurent aussi le fait de manger de l'ananas, de parler à bébé pour le débloquer, et enfin celles qui demandent quand le déclenchement va avoir lieu. Comme le conclut l'illustratrice, "tout le monde est impatient d'apprendre la bonne nouvelle, mais c'est quand-même la future maman qui a le plus hâte de rencontrer son enfant !". 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Heloise Weiner (@byheloiseweiner) le

"Alors, à quand le prochain bébé ?"

Héloïse Weiner s'est aussi penchée sur ces phrases prononcées aux couples qui ne sont pas encore parents ou qui souhaitent le devenir. Parce que la question "Alors, c'est pour quand le bébé ?" ou "à quand le deuxième", n'est jamais anodine, la dessinatrice balaye les mille réponses possibles et explique pourquoi il est préférable d'éviter de poser la question. "Je viens de faire une fausse couche", "Ca fait des années qu'on essaie… Sans succès", "Je veux un bébé mais pas mon conjoint", "je suis enceinte, mais je ne suis pas encore prête à l'annoncer", "Je rêve d'avoir un enfant, mais j'ai une maladie qui m'en empêche" et même "Je ne veux pas d'enfant et j'en ai marre qu'on me pose sans arrêt la question"... Une question souvent posée avec bienveillance, mais pourtant terriblement intrusive. Car que savons-nous de la vie des couples et des souffrances de chacun ?

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Heloise Weiner (@byheloiseweiner) le

"Je pense que cette question ne part jamais d'une mauvaise intention, mais on oublie parfois que ça peut faire du mal à l'interlocuteur selon son parcours personnel", confie Héloïse Weiner au Huffington Post. Pour réaliser ses illustrations, la jeune femme s'est inspirée de sa propre histoire et des témoignages de ses proches. "J'ai des amies qui sont en attente du fameux test de grossesse positif depuis des années et être témoin de leur douleur m'a fait comprendre que cette question pouvait être douloureuse", ajoute-t-elle. La question peut également mettre mal à l'aise les couples qui n'envisagent pas d'avoir un bébé, et sont très heureux comme ça. "Je pense aussi aux couples qui ne veulent pas d'enfants du tout et qui doivent entendre la question sans arrêt... Quelle pression de la part de la société toute entière !", analyse Héloïse Weiner. En résumé, poser ces questions relève d'une intrusion dans la vie privée des couples. Mieux vaut donc y réfléchir à deux fois. Si pour certaines la réponse est limpide, pour d'autres elle est au contraire source de souffrance ou de contrariété.