Aide, écoute... De quoi les femmes enceintes ont-elles (vraiment) besoin ?

Stress, charge mentale, préparation à l'accouchement... Difficile de combiner vie de famille, vie de couple, vie professionnelle et grossesse. Alors, quelles sont les attentes et les besoins des femmes enceintes pendant cette période ? Résultats d'un sondage inédit en France.

Aide, écoute... De quoi les femmes enceintes ont-elles (vraiment) besoin ?
© Wavebreak Media Ltd - 123RF

Tâches ménagères, contraintes professionnelles, charges administratives, rendez-vous médicaux, éducation des enfants, vie de couple... Être femme aujourd'hui, c'est également être épouse, maman, employée ou employeuse, amie, cheffe de famille... "Autant de responsabilités nouvelles pour lesquelles les femmes se sont battues et continuent de se battre... mais qui se superposent jusqu'à devenir ingérables durant une grossesse", affirme un sondage réalisé par Opinion Way et rendu public ce jeudi 11 octobre 2018. Cette enquête s'inscrit dans le cadre de l'opération #9moismonchoix imaginée par l'agence Mad&Women pour le groupe Ramsay Générale de Santé. Alors, comment assurer une part des tâches domestiques et familiales tout en assumant sa vie personnelle et professionnelle ? Quelles sont les attentes des femmes pendant leur grossesse ? Résultats. 

Du soutien de la part de son entourage. Près de 8 femmes sur 10 (77%) sollicitent l'aide de leur conjoint, ainsi que de leurs proches, dans les tâches ménagères pendant leur grossesse : 60% pour la préparation de la maison pour l'arrivée de bébé, 61% pour les courses alimentaires et 65% pour la préparation des repas. Que signifient ces chiffres ? "Cela veut dire qu'une proportion croissante de femmes ose réclamer le soutien dont elles ont légitimement besoin. Ces chiffres indiquent aussi l'urgente nécessité d'établir un partage plus juste d'une charge mentale que les femmes supportent encore trop souvent seules", estime l'étude. Et d'ajouter que l'égalité et le partage des tâches ménagères et familiales devraient se manifester "avant, pendant et après l'accouchement". A titre d'exemple, "l'aberrante asymétrie entre les 16 semaines de congés attribuées aux femmes et les 11 jours facultatifs proposés à leurs conjoint.e.s" devrait être réactualisée, "dans les plus brefs délais", espère Christelle Delarue, fondatrice de Mad&Women. 

Les 18-34 ans auraient de nouvelles attentes. Plus éduquée, plus diplômée, plus autonome financièrement et mieux protégée légalement, la nouvelle génération de mamans (18-24 ans) aurait tendance à rejeter le modèle traditionnel, perpétré par les précédentes générations, et s'orienterait naturellement vers un modèle plus équilibré. 80%, soit une très grande majorité d'entre elles, estiment avoir besoin de soutien face à la fatigue et au stress, pendant leur grossesse après leur accouchement. et d'accompagnement pour composer avec leurs fonctions familiales (tâches ménagères, préparation des repas, gestion des nuits, bricolage...), professionnelles et personnelles. Pour cela, elles n'hésitent d'ailleurs pas à faire appel à leur maman (72%), à leurs amis (37%) ou encore à leur sœur (31%).

Les femmes s'écouteraient donc davantage et oseraient prendre du temps pour elles et ce, même pendant leur séjour à la maternité. Par exemple, elles seraient 53% à avoir besoin d'un équipement pour se divertir dans la chambre de la maternité, 90% à vouloir une chambre individuelle et 48%, une connexion Wifi. Ecoute, sympathie, gentillesse, humour et disponibilité de la part des professionnels de santé seraient également très importants pour elles, et seraient même des critères de taille concernant le choix de la maternité. Elles feraient surtout très attention :

  • aux conditions d'accueil, pour elle-même, leur conjoint ou leurs proches ;
  • aux services proposés (qualité de la nourriture, diversité des ateliers pour elle et pour leur bébé...) ;
  • à l'accessibilité de la maternité (proximité de leur domicile, transport, accès pour les personnes handicapées...). 

Enfin, après leur grossesse, un peu plus d'un tiers des femmes aimeraient un suivi sportif post-accouchement et les jeunes mamans souhaiteraient être accompagnées par un kinésithérapeute (64%), un ostéopathe (53%), un diététicien (53%), un prof de pilates ou de yoga (28%) ou encore, un naturopathe (24%).

© Ramsay Générale de Santé

L'opération #9moismonchoix est une campagne publicitaire décalée et décomplexante. A travers des illustrations de l'artiste norvégienne Line Severinsen, la campagne décrypte avec humour le quotidien des femmes enceintes. L'objectif ? Les décomplexer et leur redonner le pouvoir de choisir comment mieux vivre leur maternité, de la grossesse à l'après-accouchement. A cette occasion, le 11 octobre, la Clinique de l'Union (près de Toulouse) ouvre ses portes au grand public et propose de participer à une dizaine d'ateliers organisés et encadrés par des professionnels de santé. Sommeil de l'enfant, premiers jours de vie, gestion de la douleur ou encore les préjugés de la grossesse, grandes étapes de l'accouchement, prévention de l'épisiotomie seront abordés lors de cet événement. Inscriptions et plus d'infos sur le site

Lire aussi :