"Parent 1" et "Parent 2" : un nouvel amendement proposé

Afin de mieux prendre en compte les familles homoparentales. les députés ont adopté un amendement visant à remplacer les mentions "père" et "mère" par "parent 1" et "parent 2" dans les formulaires scolaires. Mais face à la polémique, une nouvelle mesure est proposée.

"Parent 1" et "Parent 2" : un nouvel amendement proposé
© georgerudy -123rf

Le projet de loi sur l'école de la confiance débattu à l'Assemblée nationale prévoit de nombreux changements pour les élèves. Les familles homoparentales pourraient également être concernées par ces nouvelles mesures puisqu'un amendement a été adopté le 12 février dernier par les députés, en première lecture. Il vise à "ancrer dans la législation la diversité familiale des enfants dans les formulaires administratifs soumis à l'école", comme le précise Valérie Petit, la députée LaREM à l'origine de cette proposition. Le texte prévoit donc de remplacer les mentions "père" et "mère" par les termes "parent 1" et "parent 2", dans les formulaires scolaires. En effet, les parents de même sexe sont souvent confrontés à cette problématique lorsqu'ils souhaitent inscrire leur enfant à la cantine scolaire, donner leur autorisation pour les sorties ou encore pour remplir les documents à l'état civil. "On a des familles qui se retrouvent face à des cases figées dans des modèles sociaux et familiaux un peu dépassés. Aujourd'hui, personne ne devrait se sentir exclus par des schémas de pensée un peu arriérés. Pour nous, cet article est une mesure d'égalité sociale" a souligné Jennifer de Temmerman (LaREM).

Un nouvel amendement à l'étude. Pour autant, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer n'est pas favorable à cet amendement. Selon lui, cette modification ne relève pas du domaine législatif. Face aux réactions suscitées par cette mesure, la co-rapporteure du projet de loi "Pour une école de la confiance", Anne-Christine Lang, propose un nouvel amendement qui sera présenté en seconde lecture au Sénat. Cette fois, il s'agit de cases à cocher selon la situation des familles. "J'ai proposé effectivement qu'on puisse mettre deux fois 'père' et deux fois 'mère' et que les gens entourent les cases qui les concernent. Tous les couples seront au même niveau, il n'y a pas de hiérarchie ni de discrimination. Au fond, tout le monde s'y retrouve, les gens qui sont attachés à l'appellation 'père' et 'mère' mais aussi les couples homos", précise-t-elle.