Audrey Fleurot (HPI) : "Ado très laide", Père pompier, "30 kg de plus", Addiction, "Baby blues"... À SAVOIR

La série HPI fait son grand retour sur TF1. L'occasion de découvrir tout ce que vous ignoriez sur son actrice incendiaire, Audrey Fleurot, aussi talentueuse et sincère... que déjantée !

Audrey Fleurot (HPI) : "Ado très laide", Père pompier, "30 kg de plus", Addiction, "Baby blues"... À SAVOIR
© F.Andrieu/Agencepeps/SIPA (publiée le 12/05/2022)

Avec sa chevelure fauve et sa peau nacrée, Audrey Fleurot, 44 ans, a su imposer sa singularité sur petits et grands écrans. Une actrice désormais indispensable au cinéma français, pour le plus grand bonheur de la série à succès HPI, qui revient avec une saison 2. HPI pour Haut Potentiel Intellectuel, particularité dont est doté le personnage qu'Audrey incarne: dans la peau de Morgane, femme de ménage surdouée, elle mène l'enquête de façon atypique. Parfaite dans son rôle de mère célibataire débordée et sans tabou, confrontée à la rigidité des méthodes de la Police, l'actrice séduit avec son bagou naturel. Pourtant, rien ne prédestinait la jeune femme à devenir comédienne.

Audrey Fleurot, fille unique d'un père pompier à La Comédie Française

Née à Mantes-la-Jolie en 1977, la petite Audrey mène une vie tranquille avec sa mère puéricultrice. Une famille pas franchement artistique, comme elle le reconnait elle-même, mais c'était sans compter sur un coup du destin, puisque son père sapeur-pompier travaillait à la Comédie Française. La petite fille s'y rend souvent, et y nourrit sa passion pour les arts de la scène. "J'étais fille unique et ils m'ont toujours accompagnée dans toutes mes envies, quelles qu'elles soient", confie-t-elle à Elle.

Audrey Fleurot, accro au tango

Petite, Audrey essaye toutes les activités artistiques, avec une prédilection pour la danse. "J'ai fait l'école du cirque pendant trois ans, j'ai pris tous les cours de danse possibles et imaginables, classiques, claquettes, modern jazz. Et, à 14 ans, j'ai commencé sérieusement le théâtre." Pas question pour autant d'arrêter de danser pour la jeune femme qui a bien "du mal à ne rien faire", comme elle le confiait encore à Elle. "Dès que je ne joue pas, je vais danser, à Paris ou ailleurs (...) Le tango ? Cette danse rend addict. Comme au théâtre, on cherche le moment de grâce, celui où vous, votre partenaire, la musique ne faites plus qu'un."

Audrey Fleurot, coupée au montage par Woody Allen

2011 aurait pu ne pas être un bon cru pour l'actrice. Cette année-là, sort le film de Woody Allen, Minuit à Paris. Audrey Fleurot y joue quelques scènes, qui ne seront finalement pas gardées dans la version finale. Une déception en demi-teinte, puisqu'elle se voit consacrée la même année avec le succès du film Intouchables, d'Olivier Nakache et Eric Toledano, avec Omar Sy et François Cluzet.

Audrey Fleurot, pas question de prendre le melon

Fidèle à elle-même, Audrey Fleurot n'a pas perdu pieds après l'énorme carton au box-office d'Intouchables en 2011. Celle qui jouait la dame du lac dans la série Kaamelott, a vu sa carrière décollée, mais pas question pour autant de prendre la grosse tête. "Cela ne modifie en rien ma façon de penser: je préfère toujours un petit rôle dans un grand film, qu'un grand rôle dans un petit film, précisait-elle dans les colonnes du magazine Elle. Le succès apporte la liberté de choisir."

Audrey Fleurot: "Adolescente, j'étais très laide"

Si elle incarne le fantasme d'Omar Sy dans Intouchables, Audrey est beaucoup moins tendre avec elle que son reflet dans le miroir. Comme elle le confiait à nos confrères de Gala: "Adolescente, j'étais très laide. Comme je suis myope, je portais des lunettes avec des verres épais (...), j'avais deux appareils dentaires, trente kilos de plus." Des confidences sans concession pour l'actrice, qui conclut: "Quand on me renvoie une image très valorisante physiquement, j'ai envie de dire: "Mais si vous saviez à quel point je suis une arnaque!", parce que dans ma tête, je reste cette adolescente là!"

Audrey Fleurot, un gros baby-blues après la naissance de son fils Lou

En 2015, Audrey Fleurot accueille Lou, son petit garçon, né de son amour avec le réalisateur Djibril Glissant, et goûte aux joies de la maternité. Si on la découvre jeune maman épanouie, l'année qui suivra la naissance de son fils sera bien compliquée côté coulisses, comme elle le confie en 2018 au HuffPost. "Après avoir énormément désiré mon fils, j'ai fait ce qu'on appelle un gros baby blues." Une dépression post-partum qu'elle justifie par un manque de préparation, car durant sa grossesse, Audrey Fleurot travaillait sur deux films. "Je n'ai pas eu le temps de me regarder le ventre. (...) Neuf mois, c'est le temps que ça prend pour se faire à l'idée, et comme je n'ai pas eu le temps d'en profiter, je pense que ça a pris les neuf mois qui ont suivi." Après des mois d'errance, c'est finalement un traitement de rééquilibrage hormonal qui lui permettra de reprendre le dessus. "Si on m'avait dit plus tôt que ce n'était pas de ma faute, que c'était un coup des hormones, que je n'y pouvais rien et qu'il fallait que je prenne un traitement pour me recadrer, j'aurais perdu moins de temps."

HPI, saison 2, la pression pour Audrey Fleurot

Alors que la série HPI saison 2 est attendue de pied ferme par des millions de fidèles, Audrey Fleurot ne cache pas sa pression. "Sur la première saison, on était sous les radars, analyse l'actrice dans les colonnes de Télé Loisirs. On avait envie que ça marche mais il n'y avait pas d'attente particulière du public." Pas d'attente particulière, mais alors en plein confinement au printemps 2021, le public est bien au rendez-vous. Les succès d'audience sont historiques pour les huit épisodes de la première saison. "On a vécu une sorte d'alignement des planètes, poursuit la jeune femme. Après, une fois que je vous ai dit ça, je ne vous cache pas qu'on a quand même une énorme pression car on se sait attendu sur la saison 2." Un deuxième rendez-vous dont Audrey se dit "très fière".

Rendez-vous sur TF1 ce jeudi 12 mai 2022 dès 21h10 pour découvrir les nouveaux épisodes de la série HPI, saison 2, avec Audrey Fleurot, au sommet de son art.