Cotoneaster

Le cotonéaster, arbuste buissonnant rustique, est très résistant : il s'adapte à tous les types de sols et supporte la chaleur et le froid. En haie haute ou en couvre-sol selon les espèces, il sera très décoratif au jardin tout au long de l'année. Au printemps, ses fleurs délicates blanches ou rosées attirent les insectes et à la fin de l'été, la plante se recouvre de nombreuses baies qui dureront tout l'hiver : c'est alors au tour des oiseaux de venir régulièrement lui rendre visite.

Cotoneaster
© Yuliya Shauerman/123RF

Quand et comment planter un cotonéaster ?

Plantez votre cotonéaster idéalement à l'automne, c'est le meilleur moment pour favoriser son enracinement. Toutefois, il peut aussi être planté toute l'année en dehors des périodes de gel ou des chaleurs de l'été.

Le cotonéaster préfère le plein soleil mais se satisfait d'une exposition mi-ombre. Il peut dans certains cas être planté à l'ombre, mais s'il ne reçoit pas plusieurs heures de soleil par jour, il aura des difficultés à produire des fruits.

Selon l'espèce, il sera du plus bel effet dans une haie (pour les espèces atteignant 2 à 3 mètres) ou en couvre-sol (certaines espèces ne dépassent pas 20 cm de hauteur). Il peut également être planté en pot ou bac sur une terrasse. 

Il résiste bien au froid, jusqu'à -15 °C. Évitez si possible les expositions très ventées ou trop proches des embruns. Il préfère une terre bien drainée et humifère mais s'adaptera sans problème à tous types de sols. Un des points communs de toutes les espèces de cotonéasters : ces arbustes apprécient d'avoir de l'espace.

Pour planter votre cotonéaster :

  1. Faites des trous de deux à trois fois la taille des mottes et ajoutez un peu de terreau au fond et sur les bords
  2. Espacez les plants d'environ 30 cm
  3. Placez les plants au fond du trou après avoir vérifié la blancheur des racines (signe de bonne santé)
  4. Recouvrez de terre et tassez-la
  5. Arrosez

Entretenir un cotoneaster

Le cotonéaster ne demande pas beaucoup d'entretien, c'est une plante très rustique sous tous les climats. Arrosez régulièrement et surtout par temps sec l'année qui suit la plantation pour favoriser un bon enracinement. Ensuite, arrosez uniquement en cas de grosse chaleur, si la terre est très sèche.

Le cotonéaster est une plante très sensible au feu bactérien. Si votre arbuste est atteint par cette maladie, supprimez le bois malade. S'il ne peut plus être sauvé, brûlez sa souche pour protéger les arbres voisins. Cette bactérie s'attaque à certaines plantes de la famille des rosacées.

Attention, les baies du cotonéaster sont toxiques, ne les consommez pas. 

Quand et comment tailler un cotoneaster ?

Le cotonéaster ne craint pas la taille. Pour éviter qu'il ne s'étale trop rapidement ou pour harmoniser sa silhouette vous pouvez le tailler

  • soit au début du printemps pour les espèces persistantes
  • soit en hiver, avant la reprise de la végétation pour les espèces caduques.

Coupez les rameaux qui dépassent pour obtenir la forme et l'équilibre que vous souhaitez.

Comment bouturer un cotoneaster ?

Le cotonéaster se multiple facilement par bouturage. Il s'effectuera à la fin de l'été ou au début de l'automne pour les variétés persistantes et au printemps pour les variétés caduques.

  1. Prélevez l'extrémité d'un rameau sain de l'année. 
  2. Retirez la tête de ce rameau et ne conservez que deux feuilles sur la branche
  3. Piquez dans un pot à l'étouffée, c'est-à-dire dans une ambiance chaude et humide
  4. Au bout de 3 semaines, les premières racines se développent, vous pouvez laisser la bouture à découvert
  5. Placez le pot à l'extérieur à partir du printemps
  6. Plantez en pleine terre à l'automne suivant 

Variétés de cotonéaster

Le cotonéaster compte plus de 200 espèces. Certaines sont très sensibles au feu bactérien, nombre d'entre elles sont donc interdites à la vente pour éviter la propagation de la maladie. Parmi celles que vous pourrez trouver chez les pépiniéristes, on peut citer : 

Espèces rampantes de cotonéaster, pouvant servir de couvre-sol ou compléter une haie baisse :

  • Cotoneaster horizontalis : arbuste de 50 à 80 cm de haut, au port étalé, il peut atteindre 2 mètres de large. Sa fructification est abondante, son feuillage caduc prend des teintes rouge-orangé à l'automne. 
  • Cotoneaster horizontalis Varietagus : une variété avec des feuilles panachées de crème
  • Cotoneaster dammeri : ce cotonéaster atteint rarement plus de 20 cm de haut pour 2 m de large. C'est un couvre-sol florifère à baies rouge corail.
  • Cotoneaster dammeri  green carpet : cette variété s'étale généralement sur 1 m pour 15 cm de hauteur. Il fait un tapis du plus bel effet, avec ses feuilles arrondies et ses fruits rouges. 
  • Cotoneaster radicans : son feuillage est plus foncé et ses fruits plus sombres, plus précoces. Sa hauteur moyenne est de 40 cm. 
  • Cotoneaster microphyllus : une autre espèce de cotonéaster au port rampant. Il est très mellifère et convient bien pour des talus. 

Espèces plus hautes de cotonéaster, pouvant agrémenter une haie haute ou être plantées de manière isolée :

  • Cotoneaster franchetii : ce cotonéaster est connu pour son feuillage vert brillant sur le dessus. Avec ses fruits rouge-orangé, il est très décoratif dans une haie haute. Sa hauteur maximale est de 3 mètres. 
  • Cotoneaster lacteus : cette espèce très florifère peut atteindre 3 à 4 mètres en hauteur comme en largeur. Il est idéal pour une haie libre ou taillée. 
  • Cotoneaster insignis : cette espèce aux baies foncées peut atteindre 5 m de haut.