Rafraîchir son toit ou sa terrasse en les végétalisant

Rien de mieux qu'un toit ou une terrasse végétalisée pour rafraîchir l'atmosphère et rendre son cadre de vie (et celui de ses voisins) bien plus agréable, réguler les eaux de pluies et ramener de la biodiversité dans les environs.

Rafraîchir son toit ou sa terrasse en les végétalisant
© SARL Orchis
© Fabrice Leo - SARL Orchis

En ces temps confinés à la maison et plus ensoleillés, ramener de la nature chez soi n'a pas de prix. Elle est parfois là où on ne l'attend pas : au-dessus de nos têtes ! Le paysagiste adhérent de l'Unep, Fabrice Leo (Sarl Orchis Paysagisme) nous en dit un peu plus sur cette tendance du toit terrasse qui nécessite un savoir-faire et des conditions bien particulières avant de se lancer, ainsi qu'un entretien spécifique dans le temps. Explications.

Un espace en hauteur pour accueillir plus de biodiversité

La création d'une toiture ou terrasse végétalisée est intéressante à plus d'un titre ! Qui ne rêve pas de transformer un endroit bétonné sans fonction particulière, en un endroit frais, foisonnant et accueillant pour vos proches mais également pour les oiseaux et les insectes ? Notez qu'il existe trois endroits dans lesquels vous pouvez projeter votre jungle en hauteur. Tout d'abord les terrasses cloisonnées ou intramuros, entre extérieur et intérieur - adaptées à ceux qui chérissent leur intimité et supportent mal le vis-à-vis. Pour les plus chanceux, il y a aussi les terrasses végétalisées complètement ouvertes qui offriront, cette fois-ci, plus en hauteur, des volumes encore plus intéressants. Les éléments végétaux que vous installerez auront l'avantage de créer un espace vert isolé du bruit et cocooning mais aussi de donner du cachet à votre logement.

L'autre atout d'une terrasse ou d'une toiture végétalisée est qu'elle pourra être réalisée à n'importe quel moment de l'année ! A prendre en compte : le choix entre une végétalisation dite extensive (composées de plantes grasses et de petites vivaces) ou semi-intensive (composées de vivaces, petits arbustes ou de gazon) voire intensive, à l'image d'un vrai jardin. En fonction de ce que permet votre structure et de la fonction que vous souhaitez allouer à ce nouvel espace, il est toujours conseillé d'opter pour les deux dernières options : plantez en pleine-terre et la nature vous le rendra !

Attention à la charge et aux conditions de pousse

Avant de planter la première graine, sachez qu'il faut réunir quelques conditions sine qua non dont un espace suffisamment grand qui puisse contenir votre projet de rêve. Pensez aussi à assurer une arrivée d'eau pour installer votre système d'irrigation et entretenir votre espace en ayant l'esprit serein. Un minimum d'exposition au soleil sera également idéal pour favoriser la bonne pousse de vos futures plantes ! Prévoyez enfin un point électrique pour l'éclairage de votre toit-jardin : c'est un vrai plus qui embellira nettement votre espace et le rendra d'autant plus chaleureux lorsque vous y recevrez votre famille ou vos amis. Rien ne vous empêche aussi d'intégrer des éléments structurels métalliques pour un style brasero.

Si vous possédez un espace atypique, n'ayez pas peur de donner carte blanche à un paysagiste afin de recréer un tout autre espace, au moyen de compositions végétales créatives, de manière à faire oublier la forme bétonnée et minérale de base. Surtout que la technique du toit végétalisé ne s'improvise pas : il est préférable que le projet passe entre les mains professionnelles d'ouvriers paysagistes menuisiers ou maçons. Ils s'occuperont de monter la structure de base et de réaliser une étude pour calculer la capacité optimale de portage en amont, car votre projet présentera une certaine charge à supporter. Concernant l'investissement dans un aménagement de terrasse végétalisée, comptez entre 200 et 450 euros le mètre carré. Le prix varie bien évidemment selon différents critères tel que la surface, la composition, la qualité des plantes, des fleurs et des matériaux – sans compter l'entretien de ces éléments.

Végétaux : composez selon la règle de trois

Afin d'avoir un coin vert équilibré et conforme à vos envies, le mieux est de suivre un plan de végétalisation en trois étapes. Attaquez-vous d'abord à travailler une base arborée : privilégiez les végétaux persistant de type Laurier tin, Photinia en premier plan, puis un second niveau composé de caducs avec différentes variétés d'arbustes fleuris caducs et persistants en privilégiant la floraison de janvier à décembre. Enfin, amusez-vous à répartir des plans fleuris tels que les spirées, sauge, agapanthe et additionnez les graminées. Jetez votre dévolu sur des plantes annuelles, plus résistantes aux différents changements climatiques, telles que les pensées ou les primevères. D'autres devront être ajoutées ou renouvelées à l'arrivée des beaux jours car plus fragiles, comme les bégonias ou les impatiences. Mais rassurez-vous rien n'est figé, au contraire ! Vous aurez toujours la possibilité d'ajuster les composants végétaux en fonction de vos goûts, envies du moment, et de vos observations après quelques mois d'installation.

Prenez soin de vos végétaux vieillissants : veillez à les renouveler tous les trois ou quatre ans environ, en fonction de l'ensoleillement et de leur état. Il est important également d'apporter des amendements naturels aux différents composants : un sol "posé" sur une surface bétonnée bénéficiera logiquement de moins de nutriments qu'un sol naturel. Charge à vous donc de lui donner sa dose d'engrais naturel de temps en temps, et vous pourrez ensuite profiter de toute sa fraîcheur et quiétude durant les beaux jours !

(En partenariat avec L'Unep – Les Entreprises du Paysage)

Conseils divers