Valérie Trierweiler, première dame et femme de caractère

C'est une journaliste politique au tempérament affirmé qui partage la vie du nouveau président de la République. Portrait.

Valérie Trierweiler, surnommée "Tweetweiler" pour sa passion du réseau social, a déclaré sur ladite plateforme de micro-blogging être "fière d'accompagner le nouveau président de la République et toujours aussi heureuse de partager la vie de François". 140 signes de joie, donc.

Devenir première dame, cette grande et belle femme de 47 ans dit ne pas l'avoir imaginé un instant lorsqu'elle a croisé pour la première fois François Hollande, il y a 23 ans. Et sa nouvelle fonction, cette rédactrice de talent admet ne pas en avoir une idée précise. Compagne d'un Président qui se veut "normal", elle sait une chose : elle ne renoncera pas à sa carrière en mettant les pieds à l'Elysée. "Etre financièrement indépendante est pour moi fondamental", a-t-elle confié à la presse à plusieurs reprises.

Discrète

Longtemps, Valérie Massonneau, Angevine issue d'un milieu modeste - père invalide, mère ouvreuse dans une patinoire, cinq frères et soeurs - est restée inconnue du grand public. Mais pas des coulisses de la République : depuis qu'elle a décroché un diplôme en science politique à la Sorbonne, elle a couvert les dessous du sérail français pour l'hebdomadaire Paris Match. C'est là que cette beauté aux faux airs de Katharine Hepburn a rencontré celui dont elle porte encore le nom, Denis Trierweiler, collaborateur du magazine et surtout traducteur des philosophes allemands avec qui elle a eu trois garçons, aujourd'hui adolescents.

Faire parler les hommes d'Etat, Valérie Trierweiler le fait aussi avec tact, depuis 2005, sur la chaîne de télévision Direct 8. "Le pouvoir, je l'ai approché tôt. Cela ne m'a jamais impressionnée", explique-t-elle.

C'est en octobre 2010 que cette intervieweuse de charme sort de l'ombre. "Valérie est la femme de ma vie", clame un François Hollande énamouré et aminci dans Gala. Il est alors ex-premier secrétaire du Parti socialiste en pleine traversée du désert.

On lui attribue le nouveau look de l'élu corrézien ? "Je pense qu'il est libéré de beaucoup de choses", rétorque-t-elle sur Canal + alors qu'on lui demande s'il a changé à son contact. De notoriété publique, les relations entre Valérie Trierweiler et Ségolène Royal restent extrêmement tendues.

Ni muette ni invisible

Valérie Trierweiler n'a pas la réputation d'être effacée. "On me dit parfois froide. C'est plutôt une forme de réserve. Je n'ai pas de désir particulier de me mettre en avant (...) Je suis franche et j'aime qu'on le soit avec moi", répond-elle.

La suite ? Celle qui vit avec le futur chef de l'exécutif "le grand amour" pense pouvoir exercer son métier en dehors du périmètre français. Un mariage ? "C'est une décision personnelle, pas du ressort du protocole", a-t-elle déjà prévenu. Son nouveau statut ? "Je m'y adapterai. Je ferai de mon mieux... Première dame, c'est un second rôle", ajoute celle qui dit avoir apprécié le style de Danielle Mitterrand, "entre le dévouement et l'engagement". Gageons que Valérie Trierweiler, reine des médias et de la répartie, saura tenir son rang, être une alliée de coeur pour notre futur dirigeant... et occuper le premier plan !

Lire aussi :

Valérie Trierweiler, première dame et femme de caractère
Valérie Trierweiler, première dame et femme de caractère

Valérie Trierweiler, surnommée "Tweetweiler" pour sa passion du réseau social, a déclaré sur ladite plateforme de micro-blogging être "fière d'accompagner le nouveau président de la République et toujours aussi heureuse de partager la vie de...