Macron tacle Philippe : rien ne va plus au sein du couple exécutif

Emmanuel Macron attaque et baisse dans l'opinion. Edouard Philippe encaisse et s'attire la sympathie des Français... Dans le duo de la gouvernance, les tensions sont palpables.

Macron tacle Philippe : rien ne va plus au sein du couple exécutif
©  Jacques Witt/SIPA

[Mise à jour mercredi 6 mai à 17h 16] D'aucuns pensaient que les supposées tensions entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe s'étaient apaisées, mais le président de la République a ravivé les rumeurs (malgré lui) lors de sa visite d'une école de Poissy le 5 mai. Lors de son interview pour TF1, on lui a tout simplement demandé s'il craignait un "écroulement économique", comme l'avait déclaré Edouard Philippe quelques jours plus tôt. "Non, je n'ai pas ces grands mots", a-t-il lâché. Une manière de casser son Premier ministre ? C'est ce que pense un parlementaire qui s'est agacé, auprès du Parisien : "C'est reparti pour le sale feuilleton, on n'en finira donc pas !"
Même le président Les Républicains Christian Jacob a consenti à défendre (un peu) Edouard Philippe, à l'Assemblée Nationale : "A votre décharge le président de la République ne vous aide pas. Au contraire, par ses prises de position pour le moins évolutives, il vous affaiblit à chacune de ses interventions".
Du côté de l'Elysée, on continue à démentir les rumeurs d'une brouille dans le tandem Macron-Philippe, mais personne n'est dupe…

Edouard Philipppe gagne le coeur et la confiance des Français

Visiblement, les Français semblent prendre fait et cause pour le locataire de Matignon, puisque si la côte de popularité d'Emmanuel Macron a baissé de six points (40 % d'opinions favorables) par rapport au mois dernier, celle d'Edouard Philippe a augmenté de trois points (46 %), selon les résultats du tout récent baromètre Ifop pour Paris Match.
Si le président de la République n'hésite pas à contredire son Premier ministre, les sondés semblent trouver le chef du gouvernement plus crédible...

Macron et Philippe, un vieux couple au bord du divorce ?

Entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe, le vernis craque depuis le début du confinement. Difficile pour le couple exécutif de résister à la pression de la crise du coronavirus et les tensions s'exacerbent à mesure que l'annonce du plan de déconfinement par le Premier ministre approche. Tout commence le 15 mars, lors de la première allocution télévisée du président de la République pour appeler les Français à rester chez eux. À l'époque, le chef de l'Etat doit décider de reporter ou non le premier tour des élections municipales. Elles sont finalement maintenues, contrairement à ce qu'espérait Edouard Philippe. Premier réel désaccord.

Malgré tout, la côte de popularité du couple exécutif grimpe. La crise de confiance entre Emmanuel Macron et son Premier ministre repart de plus belle lorsque l'époux de Brigitte Macron annonce que le déconfinement doit s'amorcer le 11 mai, laissant au chef du gouvernement la lourde tâche de préparer ce début de retour à la vie normale.

Le lendemain, les membres du gouvernement sont appelés à s'exprimer. Les prises de parole sont hésitantes : va-t-on déconfiner par région ? Les enfants reprendront-ils réellement l'école le 11 mai ? Les seniors pourront-ils mettre le pied dehors ? Tout (et son contraire) est dit... la confusion règne et avec elle, l'impression qu'Emmanuel Macron a laissé les ministres patauger au large sans planche de salut.

Emmanuel Macron a-t-il "planté un couteau dans le dos" d'Edouard Philippe ?

Et qui est en première ligne pour trinquer ? Edouard Philippe ! "Le Premier ministre a été littéralement mis devant le fait accompli, ce qui explique aussi l'improvisation du gouvernement dans les heures qui ont suivi", a expliqué un proche de Matignon à La Tribune. À chacune de ses interventions, l'on peut presque apercevoir des gouttes de sueur perler sur son front. Il se fait même rappeler à l'ordre pour avoir toussé dans sa main, et non dans son coude, lors d'une interview à TF1.

"En annonçant, lors de son allocution le 13 avril, une date de déconfinement le 11 mai, Emmanuel Macron a voulu planter un couteau dans le dos de l'administration et des ministres en les obligeant. Mais il a mis tout le monde dans la mouise", a assuré le conseiller d'un ministre au Point. Auprès du Parisien, on évoque même une "mission suicide".

La vengeance d'Edouard Philippe

Au pied du mur, Edouard Philippe passe son temps en réunion avec Jean Castex, nommé pour dessiner un plan de déconfinement, et part (volontairement) en roue libre, comme pour se venger du président de la République de l'avoir jeté aux lions.

Alors que le projet d'application StopCovid, un outil de traçage disponible sur smartphone, devait être soumis au vote des députés le 28 avril, des voix s'étaient élevées pour reporter le vote "pour avoir le temps d'étudier le texte", explique Le Point.

Emmanuel Macron était prêt à transiger, mais le Premier ministre n'en faisait qu'à sa tête. Selon Le Point, Emmanuel Macron s'était même indigné contre la "rigidité" du chef du gouvernement dans un SMS. Les tensions montaient, montaient... "C'est plus tendu qu'on ne le pense entre eux deux", a confirmé un proche de Matignon dans Le Figaro.

Finalement, dans son discours du 28 avril, dans lequel il a dessiné les contours d'un début de déconfinement, Edouard Philippe a confirmé le report du vote sur la question à l'Assemblée nationale, sous une horde d'applaudissements. "Compte tenu des incertitudes sur cette application, je serais bien en peine de vous dire comment elle fonctionne, et comment elle fonctionnera précisément. Les ingénieurs travaillent d'arrache-pied pour faire fonctionner ce projet, mais tant que ce n'est pas le cas, le débat est prématuré ", a-t-il expliqué. Voilà un Premier ministre qui ravale sa fierté.

Edouard Philippe, évincé du gouvernement après le déconfinement ?

Pour symboliser le renouveau de l'après-confinement, Emmanuel Macron devra opérer des changements et il se murmure que la première victime de cette nouvelle période serait Edouard Philippe... "Quand le président a dit le 13 avril qu'il faudrait nous 'réinventer' après la crise, c'est à Édouard Philippe qu'il pensait", a lâché un député de la majorité au Point.

Autrement dit, les jours du Premier ministre au sein du gouvernement seraient comptés. Le chef du gouvernement n'est d'ailleurs pas le seul à être inquiet. "Ils étaient en colère. Surtout dans ce contexte de tensions avec l'Élysée : ils perçoivent qu'ils sont sur la sellette", a expliqué le député, toujours au Point.

L'après-confinement sonnera-t-il le glas du couple Macron-Philippe ? "Pour la première fois, Emmanuel Macron paraît décidé (...) À un de ses amis, pas fana de l'équipe de Matignon, qui le houspillait sur sa difficulté à trouver de bons ministres qui accepteraient d'être pilotés par Édouard Philippe, le Président a répliqué: 'Ne t'en fais pas, ça, c'est réglé", nous apprend l'Express qui ajoute que le Premier ministre pourrait être remplacé en juin.

L'avenir nous le dira... Pour l'instant, les Français tentent de digérer les dernières annonces d'Edouard Philippe concernant l'allègement du confinement.