VIDEO

Cette facture va exploser en juillet : les Français devront se serrer un peu plus la ceinture

Dès le 1ᵉʳ juillet, des millions de Français vont être impactés par cette hausse, qui s'annonce très importante.

Dans quelques semaines, le portefeuille des Français va de nouveau être mis à rude épreuve. À partir du 1ᵉʳ juillet prochain, un poste de dépense va subir une augmentation significative de 11,7%, comparé au mois de juin. Il s'agit d'une facture qui concerne de nombreux ménages, étant donné qu'elle est directement liée à leur logement. En effet, il faudra en moyenne dépenser 129,20 euros par mégawattheure (MWh) toutes taxes comprises, contre 115,70 euros/MWh en juin pour le prix du gaz, a fait savoir la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dans une déclaration le 10 juin dernier.

Cependant, "même si ce tarif est en hausse de 13,50 euros par rapport à juin, il reste inférieur de 4,70 euros/MWh TTC", qui représentait le tarif moyen au 1er janvier 2024, soit une diminution de 3,5% depuis le début de l'année, précise la CRE. En clair, la facture annuelle TTC pour un consommateur moyen atteindra 1184 euros, contre 1127 euros sur les conditions de janvier.

Mais comment expliquer une telle augmentation en juillet ? Depuis le 30 juin 2023, les tarifs réglementés de vente de gaz ont été supprimés, rappelle la Commission de régulation de l'énergie. Pour les remplacer, la CRE a mis en place le Prix Référence Gaz de Vente (PRGV), ce qui permet aux consommateurs de comparer aussi les différentes offres des fournisseurs. Ce fameux tarif est actualisé tous les mois et comprend un abonnement ainsi qu'un prix du kilowattheure, qui reflète les coûts d'achat, de stockage, de distribution, et les marges des fournisseurs.

Cette hausse de 11,7 % du PRGV, qui prendra effet en juillet, s'explique principalement par la revalorisation des tarifs d'utilisation des réseaux de distribution de gaz naturel, qui vont augmenter de leur côté de 27,5 % en moyenne au 1ᵉʳ juillet. Selon les estimations de la CRE, les factures auraient dû croître seulement d'environ 5,5 % pour les clients utilisant le gaz pour se chauffer et de 10,4 % pour ceux qui l'utilisent pour l'eau chaude et/ou la cuisine. Cependant, l'augmentation a été bien plus importante en raison de "la hausse, constatée ces dernières semaines, des prix de gaz naturel sur les marchés de gros, et l'augmentation légère de la composante Certificats d'économie d'énergie (CEE) entre juillet 2023 et juillet 2024", détaille l'organisation.